Facebook the green dressing 3 Images 4

Charles Aznavour / Camarade

________________________________

Par Miliani2Keur

Commentaires (2)

Miliani2Keur
  • 1. Miliani2Keur | 06/10/2018
merci mesk' pour ton temoignage des tréfonds!
une amitié arrivée aux antipodes résiliente par plus fort que l'amour ... l'amitié "camarade" est aussi une chanson qui me touche exceptionnellement meme si pour ma generation Aznavour sonne un peu daté mais la force de son interprétation y est pour quelque chose ainsi qui pourrait chanter "Emmenez moi", La Mamma ou même "Comme ils disent" un "inchantable" dont personne n'en voulais ... son origine y est pour beaucoup je pense... cette Surarticulation des mots comme des gestes reste unique , et peut-ont imaginer la France sans Brel, Aznavour, la litterature de Boujedra, le politique d'un Fanon!
Meskellil
  • 2. Meskellil | 06/10/2018
Bonjour Miliani2Keur,

Aznavour et son timbre unique, et sa profonde sensibilité, sa profonde humanité, sa profonde générosité qui me, nous fait fondre parce qu’elles ne sont pas feintes, fabriquées, ce ne sont pas des sentiments de circonstance. Passionné, entier et sincère, iAznavour nous remue jusqu’aux tréfonds de nous-mêmes, et cette chanson est si belle, si vraie des sentiments, des émotions, des valeurs et combats entrepris côte à côte avec le camarade, soudés dans la pire des tempêtes, Brothers in arms comme le chante Dire Straits que je vais poster sur ce même commentaire si Noria veut bien l’ouvrir, merci Noria, pour nous rappeler ce qu’est la valeur de celui, de celle avec qui on s’est battus jusqu’à la dernière énergie, jusqu’au dernier souffle, jusqu’à l’épuisement, et pour lesquels on continue à se battre, même seuls, même sans ce camarade, en hommage à l’amour, à la tendresse, à la générosité, à l’amitié, à la camaraderie, à la loyauté sans faille en dépit et envers tout. Merci Miliani2Keur pour cette sublime chanson qui me touche, me remue, me retourne. Camarade est un mot sacré et un lien indéfectible dans la vie, du moins c’est ainsi que je le vis, moi, et des camarades, des vrais il n’y en a plus beaucoup.

Ajouter un commentaire