ALGER - MILIANATwitter apFb ap

Apt youtube

Retour dans mes Souvenirs

LES ENFANTS AUX RÊVES USURPES

______________________________


Les enfants sont, avant de naitre : Des lumières dans le ciel bleu  Victor Hugo

Le petit jour venait de pointer. les taxis, les bus et autres moyens de transports se relayaient dans un va et vient sourd et interminable , transportant les uns vers leurs classes respectives, les uns vers leurs lieux de travail, d autres vers leurs occupations quotidiennes et d'autres encore aux grès des vents et du hasard se fiant à une étoile peu brillante quittent le gite en quête d’une occasion fortuite ou tout bonnement s’embusquer dans les galères d’el blassa et voir le monde tourner en rond.Cependant à chaque aube blanchissante que dieu fait, en dépit de l'age et des contraintes physiques, de petits hommes en alerte sont prêts pour affronter leur sort dans une épreuve inégale pour un enjeu hors du commun. Sur les gradins, la société observe ces gladiateurs armes par la seule foi de ramasser au plus haut degré ce qui peut constituer un gain en KHOBZ  YABES ET EN CHUTES DE FERRAILLE.

Dans la vadrouille des visages aux couleurs usurpées, aux rêves assassines, d'autres petits hommes, d'autres portions vivantes initiées aux caprices des temps, constituent l'outil le plus efficace pour enflammer les âmes charitables sans jamais saisir la portée de leurs mains qui, soumises aux règles de la répétition, avaient perdu de vue la saveur du lait et la blancheur des fromages.  les petits hommes ont été élevés au rang du crouton du pain rassis et les calories en perte de vitesse. Quand, vint la nuit, ils plongent dans une évasion sans étoiles,alors que que notre âme dans un silence amnésique s'alliait avec l'incertitude. L'éminent chirurgien J.HAMBURGER nous fait savoir que la main loin d'être un simple outil se limitant à exécuter les ordres transmis par l'esprit elle dessine, elle écrit, elle compose, mais elle est aussi capable de couper net les éléments d'une nuit et en faire d'elle un enfer sans précédent.

Les adultes, sirotant allègrement un thé ou un café dans un salon du bon coin réfléchissent à la résolution des mots croisés et des mots fléchés. Peu importe alors la confusion entre une main qui tremble et les doigts habitués au puzzle et au jeu des sept erreurs. Accrochées aux dents de l'enfer, les petites portions nous interpellent:  Investisseurs dans les entrepôts a ciel ouvert ou jonchent les bidons d huile et les chutes aux formes variables du fer et du plastique ne vous attelez pas trop aux  sous souilles dans le cri des gémissements. Honorables adultes et si la mélodie des  nuits  agitées vous est contée par les rides de ceux qui par votre vanité avaient loupe le virage et si les usagers de la bonne psycho et si la complainte des souffrances stoïques revendique son droit pour le droit de vivre et de rêver comme tous les enfants du monde et si  et si    les petits enfants savent que pour savourer leurs rêves ils devaient des la pointe du jour se débarrasser de leur sommeil et ne penser qu'à mieux pousser dans le soupir ces carcassents qui, autrefois, avaient réchauffe les entailles de ceux qui avaient le plein droit de croquer la vie a pleines dents  Ah yel khobz el yabes ila eyna ?

Dans les locaux de la police, dans le bureau du juge des mineurs, les éducateurs pris au dépourvu se renvoyaient réciproquement la balle: Non, moi j ai veillé à l'éducation de mon enfant, non ce n est pas mon fils, c'est surement le fils du voisin  tandis que les petits, ébahis, perplexes, regardaient sans trop comprendre ce qui se trame au niveau de la responsabilité parentale qui n'avait pas résisté face aux sons des grincements perpétués bien au delà des calculs planifiés dans la froideur des mains occultes.
En attendant la pointe de l'aube anodine incolore et anonyme, les petits hommes assommés par la cadence des roues que l'égoïsme et les calculs perfides en avaient fait une raison de vivre se maintenaient aux miettes misérables.

Le cri strident des roues adapté au tremblement des mains et à la sueur des fleurs qui n'ont jamais connu ni le printemps, ni le chant des oiseaux, ni le somptueux déclin vers l'horizon nous interpelle pour regarder en face cette face cachée que nous couvons dans notre égoïsme nous empêchant de réaliser enfin que les petits hommes sont nos propres enfants. Ils méritent de notre part l'attention la plus rigoureuse, sans doute aucun, ils sont les hommes de demain. Tous les enfants, fils de césar ou fils de rien, ils ont le même sourire et le même soupir. Avec jacques Brell et sa fleur qui tremble, je vous invite chères amies et amis du site à passer un agréable moment.

Par BELFEDHAL Abderrahmane

Commentaires (4)

Belfedhal Abderrahmane
  • 1. Belfedhal Abderrahmane | 19/11/2020
BONSOIR A TOUTES ET A TOUS
BONSOIR MAITRE NOUREDDINE
Voila un cinglant réquisitoire qui ne te place pas au rang du defenseur de la veuve et de l'orphelin,mais au contraire, il te place au rang de l'avocat general ciblant avec droiture l'un des aspects les plus sensibles dans la sociologie éducative et instructive, qui en plus d'un enseignement archaique est marqué par une démission des parents. mon cher noureddine votre vision sur ce point coincide avec celle de l'ami miliani2keur qui, d'une main de fer dans un gant de velours, n'a pas menagé le secteur de l'enseignement quoique incluant la fragilite de tout un chacun dans la prise en charge de facon objective pour assoir cette frange trop sensible et à haut risque sur une base saine et pleine d'humilite.
Pour illustrer vos propos sur ce volet , je ramene a la connaissance des amies et amis du site le tragique évenement suivant: un jour, un parent d une lyceenne se presenta tout confiant et rassuré pour solliciter l'octroi du certificat de scolarite de sa fille . Ce document est demandé pour usage administratif. brusquement l'atmosphere etait devenue tendue à l'extreme, frolant la douleur et le tragique. Que s'est il donc passé ? plus tard, la nouvelle a surpassé les regles de la reserve et de bouche a oreille il etait dit que l'eleve avant cette date fatidique, ne figurait plus dans la liste des eleves car pour absences repetées sans justification a ete renvoyée depuis plus d'une annee A qui incombe la faute? qui est donc la victime ? qui est en mesure de supporter et de reparer le mal subi? est il normal qu'un tel drame se produise de facon si discrete et tellement anonyme? autant de questions s'imposent et vous mes chers amies et amis qu en pensez vous?
Benouali nourreddine
  • 2. Benouali nourreddine | 18/11/2020
Bonsoir.
Et puis les parents se réveillent qu'ils ont une responsabilité envers leurs progéniture après une fuite totale pendant tout le trajet qui commence par la naissance de l'enfant en passant par les multiples arrêts à savoir l'école, la rue,la mauvaise fréquentation ,devant un système éducatif archaïque qui favorise le chemin qui déséquilibre l'enfant vers une destination inconnue où le responsable de famille se rend à l'école que pour demander à régler un petit détail avec l'enseignant sous prétexte que son fils est victime d'une injuste commises par son instituteur sans savoir le comportement de son fils qui est au bord d'une rivière pleine de délits .
Et puis un jour les parents se réveillent que ses enfants sont sous les mains d'un juge et que le seul moyen qui peut faire est demandé l'assistance d'un cabinet d'avocat tout en justifiant que son propre fils avait belle et bien reçu une éducation de première classe,mais le train dont son fils avait choisi, le contredit d'une façon extraordinaire ,je généralise pas loin de là ,malheureusement nôtre société est en voie de se noyer devant nous où la responsabilité des parents est ailleurs .
Merci maitre cher ami pour le texte
Belfedhal Abderrahmane
  • 3. Belfedhal Abderrahmane | 14/11/2020
BONSOIR A TOUTES ET A TOUS
BONSOIR MILIANI 2KEUR
Très enchanté pour ce retour naturel au site et tres touché par votre réacion noble vis a vis de cette portion humaine qui ne demande qu'un peu plus d'égards et de conciderations, je salue également ce retour qui coïncide avec la page providentielle du regretté jamel rabbi yarhmou qui a évoque votre nom a l'instar de nos amies meskellil et keryma pour la réalisation de son projet sur zohra la femme du mineur. enfin pleine reconnaissance a l'amie NORIA, véritable catalyseur et propulseur d'un second souffle pour la palette qui du vivant de son maître avait tout juste besoin qu'on lui essuie le front . mon cher ami, tout le plaisir est pour moi de ressentir que les assises du site algermiliana déjà solides ne sont en fait que l'empreinte d'une équipe en or au grand plaisir de vous lire.
Miliani2Keur
  • 4. Miliani2Keur | 13/11/2020
Texte trés sensible et regard aigû vers ces angelots parfois les mains dans le cambouis ou les fers tranchants, il restent pour moi cette image inoubliable et blessante, en plus de subir la cupidité, les enfants subissent malgré eux la violence d'un systéme éducatif génocidaire puis celle d'une sociéte Machiste présque feodale ... la fuite de toute une société ... et une part certaine de notre résponsabilité individuelle!

Merci Abderrahmane Pour ce cri avec en bonus un superbe Brel -que je ne connaisais pas!

Ajouter un commentaire