Facebook the green dressing 3 Images 4

Elle et moi, on ne s’est jamais quitté…

_________________________________

« Elle et moi, on ne s’est jamais quitté… »

 

   J’ai une guitare à la maison. Son parcours est pathétique. Elle est conçue au pays du flamenco. Un tout jeune homme l’a ramenée au village dans sa valise au milieu de ses bagages. Une vraie gitane, à la fois suave et envoûtante, légère et entraînante, docile et surprenante, elle porte dans ses cordes l’âme d’Andalousie. Dès que je l’ai prise dans mes mains, j’ai eu un coup de cœur pour elle ! Le jeune homme en l’occurrence est mort dans un tragique accident de la circulation et sa guitare, après une longue traversée du désert m’est revenue un jour de hasard, hélas sans sa valise, dévergondée, méconnaissable, éraflée, comme un Mozart à la rue abandonné. Quoiqu’en apparence ébranlée et diminuée par une aventure de bohème passant de mains indélicates en mains négligentes, cette guitare, parce qu’elle est vraie, a su rester fidèle à la noblesse de sa caisse. Je l’ai accueillie avec tout le respect que l’on doit aux dames de bonne souche. Son bois précieux empreint de grâce et de finesse en fait une privilégiée. Ses sons justes, langoureux et tendres confirment la qualité de son identité.
   Et depuis, elle et moi, on ne s est plus jamais quitté...

Par Said BELFEDHAL

Commentaires (7)

Meskellil
  • 1. Meskellil | 17/11/2018
Bonjour Saïd,

Saïd quel magnifique poème! Il est dit que « ma dra bel djemra ghir elli kwatou ». Et ce qui se dégage de votre (ton) poème est palpable, physique, et pour arriver à faire sentir les tourments du cœur et de l'âme, il faut avoir une sensibilité à fleur de peau, à vif, à mourir, à vivre. C’est une poésie qui s’enracine au cœur de la vie, qui s’accroche à la vie et qui la célèbre avec un éclat des plus lumineux en dépit des râles, des soubresauts, et des douleurs, une poésie des profondeurs de l'âme, universelle puisqu’elle interpelle tout un chacun. Merci beaucoup Saïd pour la belle lumière que cette poésie recèle!
keryma
  • 2. keryma | 17/11/2018
Bonjour les ami(e)s
Bonjour Saïd,

Ton poème est très poignant; j'ai ressenti cette profonde détresse ces questions restent peut-être sans réponses!
J'espère que depuis le temps où tu l'as écrit, ton coeur s'est cicatrisé. Et que ta vie est désormais comblée de joies. Il est dans ce bas monde des événement et des situations qui, nous surprennent, nous heurtent et nous blessent, et devant lesquels nous somme complètement désarmés, lorsque nous perdons un être cher, dans la vie comme dans la mort, la douleur est la même, et puis suivant la sensibilité de chacun, chacune, les dégâts sont réparés, ou alors rien ne se reconstruit et comme une bougie on fond tout doux sans aucun bruit jusque la fin..
En te souhaitant une excellente journée,
Kéryma,
said belfedhal
  • 3. said belfedhal (site web) | 17/11/2018
bonjour keryma
Ton poeme vient de réveiller en moi les démons de la poésie et à ce propos je viens d en retrouver un dans mes archives, il me rappelle un drame qui a secoué toute ma vie ! En paraphrasant Issiakhem qui disait " Quand je peins, je souffre", moi c est en écrivant que je sens cette tristesse inexplicable - tu confiais à ton amie Meskellil que tu ne pouvais éviter d etre triste pour écrire ! - ( c est sans doute un point que nous partageons )
Chaque soir, mon ciel s enténebre et l unique étoile qui le parcourt tient en horreur la clarté imminente du jour qui s étire. J ai envie de planer dans mon ciel en compagnie de mon étoile, d ajourner le temps, de révoquer ce sprinter sans escale, impavide et infatigable, mais l aurore, devant se lever est là, effaçant de mon ciel orphelin sa filante étoile. Je n ai plus alors que les larmes de mon etre pour pleurer et mon ame, affectée elle - aussi devant tant de chagrins et tant de combats, sanglote cette ode, en gémissant à tout vent la complainte mélancolique de ses vers en détresse :

Qu a - t - on fait de mon coeur
Pour qu il souffre, pour qu il peine
Pourquoi tant de malheur
Pourquoi tant de haine
Qu a - t - on fait de mon coeur
Pour qu il tienne rancoeur
Pour qu il se souvienne
Pour qu il saigne
Pour qu il meure
Que mille choses viennent martyriser
Encore...toujours et encore
Mon coeur vit dans la mort
Passé et souvenirs
Mon coeur meurt dans la vie
Présent et avenir
Qu a - t - on fait de mon ame
Pour vivre condamnée
A etre abandonnée
A l ombre d un coin
Et n etre qu un point
Sur le " i " d un rien
Dans le lit de l oubli
Au chevet de l infini...

NB : J ai omis volontairement de ne pas ponctuer ce petit poeme, chacun devant le lire librement comme il le ressent.
Meskellil
  • 4. Meskellil | 15/11/2018
Bonsoir à tous,
Bonsoir Kéryma, bonsoir Saïd

Très belle expression pour rendre hommage à la musique mais surtout à cette guitare qui a connu les belles envolées flamboyantes du flamenco et de leur soleil, qui se retrouve exilée dans un pays proche, l'Algérie où le soleil plus rayonnant encore, un pays de lumière, elle n'aura rien perdu au change puisqu'elle se retrouve revitalisée par une âme et des doigts sensibles qui sauront la faire vibrer sur d'autres airs. Elle saura s’y adapter si elle est sollicitée avec amour et cela est le cas de toute évidence. Merci Saïd.

Kéryma, j’aime beaucoup ce concerto joué avec brio sur une corde à "mille cordes", quelle prouesse ! En plus il me fait penser à une émission française qui passait à la télé algérienne dans le temps de Pierre Bartoli si je me souviens bien et qui s’appelait « La grande aventure ». Je me rappelle de la douceur des notes accompagnées d’images des fonds marins qui donnaient l’impression d'un ballet très gracieux de la faune et la flore au rythme des violons et guitares. Très beau souvenir qui me faisait beaucoup rêver. Merci Kéryma.
said belfedhal
  • 5. said belfedhal (site web) | 15/11/2018
keryma bonjour
Tout d abord un grand merci pour m avoir fait écouter et apprécier cette si belle symphonie, toujours vivante et accrocheuse...Ton choix révele ton gout subtil et raffiné pour la haute musique. A l écoute de ce virtuose de la guitare ( une perle rare façonnée sur commande), je me suis senti serein, et en parfaite harmonie avec tous mes sens.
Le son qui charme l ame avant l oreille est immortel.
merci encore une fois pour ces instants magiques !
keryma
  • 6. keryma | 14/11/2018
Said,
Ressemble-t -elle à celle-ci? Ta guitare?



En vous souhaitant à toutes& à tous une très bonne écoute!
Kéryma,
keryma
  • 7. keryma | 14/11/2018
Said bonsoir,

De ton texte on en ferait un poème, tomber en amour avec cette guitare fait montre d'un attachement profond aux cordes aux formes mélodieuses, vraiment, parler ainsi d'un instrument est une façon de savoir-vivre, et puis tu es un véritable musicien sans aucun doute (j'ai écouté vos chansons le Trio El Hidhab)!
Je te remercie de m'avoir fait vibrer sur les sons d'une guitare .. sons que j'imagine passionnés et limpides!
Kéryma

Ajouter un commentaire