Algermiliana banniere animee 2

Le merle enchanteur

Le merle enchanteur

Habitué à l’abondante verdure en forêt, en chasse dans les bosquets, les jardins, les terrains humides riches en nourriture, le merle insectivore, semble perdre peu à peu ses repères pour se lancer dans l’aventure en direction des villes et reprendre mystérieusement goût à la vie en envahissant la cité que même l’agitation des humains ne le dérange point.

Reconnaissable au milieu de la faune par sa robe noire, son fin bec, jaune pâle assez contrastant avec sa tunique corbeau, son chant flûté, son cri hystérique parfois à la perception du danger, la mine en alerte, sautillant entre les branchages en quête de fruit (la cerise par excellence), picorant dans l’herbe, au sol et en bordure des marécages. Il devint par le temps, un locataire de notre espace arbustif en ville. Hiver comme printemps, chantonnant au gré des saisons, nichant et s’accouplant en haut du noisetier, sa présence dans les parages nous émerveille au moment des parades nuptiales et nous ne cessons d’admirer son manège plaisant et réconfortant d’où l’idée de l’honorer par la citation de quelques quatrains.

Le merle enchanteur

 

 

 

Le merle enchanteur

Commentaires

  • Chantal
    Bonsoir Med !

    Merci pour ce partage ! Votre talent de poète associé au fin observateur que vous êtes font de ce poème une merveille !

    Bonne fin de journée à toutes et à tous !