S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Errourma

Permettez-moi de joindre, mais cette fois-ci pas de moi mais de Lazhari Labter, un écrivain Algérien, un passage où il décrit ses moments de jeux, autrefois comme tous les garçons de son âge avec un moyen de transport hors du commun qu'est le "roulement", je suis sûre que vous allez l'aimer vous aussi, surtout vous les gars ! mais peut être aussi vous les filles, comme il m'a plu à moi qui me souviens de ce jeu exclusivement masculin !!



Voici donc "Errourma"Images 1

Je me souviens qu’en dehors de la chasse aux oiseaux avec des lance-pierres bricolés ou des pièges, du jeu des billes, du jeu du trou, du gendarme et du voleur, de colin maillard, de la pelote, du sig (jeu de bâtonnets pratiqué dans les hauts plateaux et le sud algérien) et, ô délice, des heures complices des siestes d’été des grands, du chapardage de fruits dans les jardins ou de la lecture quand j’avais la chance de mettre la main sur un roman ou une bande dessinée, on avait très peu de distractions et pas de jouets du tout. Les seuls jouets dont nous disposions étaient ceux qu’on fabriquait de toutes pièces. Errourma par exemple, nom qui signifie simplement « roulement » à cause des roulements à billes qui permettaient de faire rouler ces voiturettes qui nous donnaient tant de bonheur et tant de tracas et de fracas.

Il suffisait de quelques planches, l’une servant de plate-forme, les autres de guidon et de supports, cinq roulements à billes, de préférence provenant de gros camions, et c’était parti pour les folles courses sur toutes les pentes qui s’offraient à nous. Nos courses finissaient parfois dans un mur ou dans une seguia, mais la grisante sensation de rouler valait toutes les blessures et toutes les égratignures. Bien sûr, parfois le guidon mal fixé se détachait brutalement ou l’un des roulement cassait ou se bloquait, mais, bricoleurs de génie que nous étions, nous arrivions toujours à dépanner nos engins dont le bruit mettaient hors d’eux les habitants du quartier où l’on jouait, surtout si c’était à l’heure de la sieste.

Et comme la sieste, si je puis dire, n’a jamais été ma tasse de thé, je ne pouvais que faire les murs des jardins à la recherche
des fruits défendus ou faire rouler mes roulements dans mes aires de prédilection.


Extrait de "La cuillère et autres petits riens"

Par Jade

Commentaires (9)

bradai
  • 1. bradai | 20/08/2017
Dans ces années 50 posséder un joujou comme ce’’rourma ‘’ à trois roues c’est d abord et avant tout avoir l’aval du père pour que si jamais il ne vous voit avec il n a pas à courir après pour vous remettre un bonbon avec à la main sa trop large ceinture de cuir ou ce méchant et habituel ‘’mechehat’’ (petit bâton flexible )’, ni ne vous interdira d accompagner ou de jouer avec celui qui monte dessus ou de lui faire déposer un jour votre bijou dans un coin de sa propriété . En dehors du droit paternel il y a ce droit commun que se doit si on veut circuler en plein jour avec cet engin dans la rue on doit au préalable pour ca obtenir des deux anges gardiens Laurel et Hardy le droit à un permis de circuler librement dans les zones a gros risques et d avoir ce droit de propriété que cela appartient à vous ou pas en cas de saisi .
Mais posséder aussi un jour ce joujou pour soi, il faudrait faire après tout un travail au noir que l’on s impose à soi même. Ce labeur de travail dissimulé pour cette confection de pièces détachées se fait sans demander au papa est-ce qu on peut utiliser son marteau et ses paires de tenailles ou sa scie de bois et à la maman est-ce qu’ on peut voir sa poule noire pour regarder de plus prés ses œufs d’or .
Et c’était bien difficile pour nous d’après ces exigences d’avoir ce jouet ou de le faire voir au jour même quand on a les moyens de le mettre en marche nous mêmes et sans en demander aucune aide des autorités competentes dans ce temps passé .
Mais dans ce temps C’est tout un manège pour trouver les trois primordiales roues à bille suivant un modèle précis qu'il fallait demander chez un concessionnaire.Or, chez tout concessionnaire de ce temps , dira que la pièce n’est disponible pour nous que si notre demande est prise en considération et qu' elle ne sera bien prise qu' en fonction de l’ age qui est trop et tres exigé . La supplication pour l'offre à cet âge là que nous avions d'apres la loi en vigueur peut attendre quelques temps pour pretendre à de tels produits .
Mais c’est en voyant nos larmes devant ses yeux qu’ il nous recommande comme toujours son précieux conseil d’aller voir soit prés d’une forge ,d’un garage mécanique ou prés de ceux qui possèdent un matériel agricole roulant dirat il . Chez Ceux –là ,on aura ce qu’on cherche , ils ont en poubelles toujours quelques ferrailles hors usages q’ils n’utilisent plus mais ne le vendent pas à tout venant .Dans ce don qui viendra du ciel . Les premiers servis à cette ruée de pièces introuvables chez ces vendeurs informels ont toujours été ceux qui ont su bien lire un jour les astuces d’une livraison rapide avant d’en faire une commande dans des catalogues d’Arsène Lupin .
Une autre pièce aussi est la plus difficile à trouver .Elle doit être rigide, longue en bonne forme pour sa robustesse , et c’est à cette pièce du porte- guidon qu’il fallait faire du porte à porte chez tous les voisins et copains .Ceux que leurs parents ont eu peut etre à renouveler chez eux une porte ou ils en ontquelque part une planche à jeter ou une plancheen voie d’etre prise par les flammes d’un feu de koucha,.
Et Quand on trouve enfin la planche qu'on souhaite ,ce qu’on veut après c’est prendre des dimensions, qu’elle doit être de 80 cm de long sur 10 cm de large. D’une épaisseur de 03 cm environ
Notre caisse à outillage( celle qui ne nous a jamais appartenu et ne l’a jamais été) ne comprend tout simplement dans sa totalité qu’ une paire de tenailles, une scie à bois, un marteau que parfois on s’en passait pour utiliser un gros caillou . pour les pieces de confection ce sera pour le porte guidon une planche raide , pour un siège ou l‘assise de 40x40 quelques autres planches qu’il faudrait scier , pour le guidon une planche de 40 cm x 10 et pour maintenir l’essieu des roues arriéres avec le siege 04 clous en broches, une autre quantité de 30 clous à longueur du majeur du doigt de la main, 03 roulements à billes dont l’une sera plus petite que les deux autres 01 boulon au bout fileté avec écrou et 02 rondelles.
L’essai se fera loin du regard de nos deux curieux de la circulation pour ne pas qu’ils désapprouvent et qu’ils nous éliminent du circuit si vite et si rapidement apres tout un travail bien fait
Ces joujoux doivent être prêts pour jouer avant les vendanges, pour laisser la voie libre d’un va et vient de remorques pleines de raisins de vigne à se vider de leurs contenus et retourner pour d’autres chargements . En période de vendange c’est ce moment des vacances où on délaissera nos engins pour ce autre travail où l’on devra continuellement courir avec un roseau muni d’un grappin derrière une remorque pour satisfaire un estomac qui demande toujours plus à nos pieds de courir .
Après avoir fait l’essai préliminaire que tout va bien et qu’il n’y a à enlever aucun clou déformé de sa place et que les deux roues arrières suivent sans encombre la direction de la petite bien encrée au guidon on peut alors rendre sans risque la caisse à outils à son propriétaire . Notre jeu se fera plus tard un peu partout lus tard mais la plus part du temps à un moment idéal d’une sieste à l’heure du repos et du calme d’un milieu de la journée. Ce temps est ce meilleur moment de sortir ces joujoux de leurs cachettes et de jouer sans déranger nos pauvres voisins . C’EST le moment propice où tous les bons hommes sensés choisissent pour reussir à piquer un somme que la chaleur leur a dicté de faire . Même nos anges gardiens de la rue les deux gardes champêtres du village préfèrent déposer aussi leurs armes et reposer un peu leurs têtes . Ce moment crucial de l’apres midi où le soleil qui prend son zénith au ciel était pour nous le moment idéal de faire du bruit pour jouer sans déranger personne . Que de fois dans notre folie de jeu on se retrouve poursuivis par nos memes voisins et à courir au plus vite loin d'eux avec nos engins sous les bras tout simplement pour ’avoir trop épater l’ivresse de leur sommeil.
Le grincement de leurs dents se faisait entendre a nos oreilles à chaque fois le grincement de nos roulements n’en a rien fait entendre à leurs auditifs pendant leur sommeil.
Pour nous le dire bien haut ils sortent tous mécontents que pour gagner du temps à sortir chacun dans une tenue prêt à porter et à nous en vouloir pour nous dire notre faute monumentale de n‘avoir pas pu synchroniser assez notre chorale avec la douceur de leur sommeil .
Les planches de nos bolides plus tard payeront alors les frais des pots cassés en allant tout droit à ce four en terre cuite ‘koucha » de la mère qui n’attend elle aussi que ça pour mijoter au mieux son pain quotidien.
Comme le fer ne peut pas etre fondu facilement on récupère les roues et notre boulon fileté sauf les clous et on recommence à construire notre engin d’un peu partout comme pour les usines importés pour en faire un joujou bien de chez nous qui n’a jamais tardé de sortir.
Chantal
Bonjour à tous,

Personnellement, je trouve fascinante l'imagination débordante de ces jeunes qui prouvent, si besoin était, un esprit vif ainsi qu'un "cerveau" en perpétuelle cogitation !
Jade
  • 3. Jade | 24/07/2014
Noria ...
Jade
  • 4. Jade | 24/07/2014
Bonsoir
-L'ami Bradai, effectivement je suis bien passée par ce blog et c'est bien ce texte qui a retenu mon attention par votre façon de raconter vos souvenirs d'enfance . Je vous remercie pour votre attention et ne manque ps d'envoyer mon amitié à GM et à son Fiston!!

-L'aml Zoum, ravie d'avoir ravivé chez vous ces bons souvenirs d'enfance !!

Agréable soirée .
Zoum
  • 5. Zoum | 22/07/2014
Bonjour JADE,
Votre texte me rapelle ma lointaine enfance dans mon quartier
à Djendel où j ai vu le jour.Ces souvenirs révelent l amour de mon pays natal ,les etres que j ai connus,et restituent un pan de mon passé ,un fragment de mon histoire.Le roulement et la chaude camaraderie de cette époque sont pour moi et pour toujours, riches en valeurs morales....
merci JADE pour ce beau texte.
mourad
amicalement
Bradai
  • 6. Bradai | 22/07/2014
Salem amis(es) du site Saha Siyamkoum ,bonne journée à toutes et à tous.

Salem Jade
Quelques textes sur cet engin d'enfance "rourma" ont été publiés au Blog "Djendel-Lavigerie rubrique:les lieux Page 8/26 et 9/26.J'espere vous avoir orienté sur le bon chemin du texte que vous aviez lu .

Saha ftourkoum.
jade
  • 7. jade | 20/07/2014
Merci chère Noria, mais toujours aucun texte, mais avec un peu de chance son auteur nous guidera sur la bonne voie ... inshallah !!
noria
Bonjour Jade,
référez-vous au menu horizontal en bas du site.
catégorie "La gazette des souvenirs". Rubrique "jeux de récréation".
Jade
  • 9. Jade | 20/07/2014
... Bonsoir tout le monde.
A vrai dire, cette publication est un moyen que j'utilise pour faire le lien avec un autre rappel de souvenirs sur un épisode de jeux d'enfants avec ce "bolide" que l'ami Bradai a publié lui aussi . Son texte m'a beaucoup amusé mais je n'arrive pas à le retrouver ni je ne sais quand et comment je suis tombé dessus !! et si le sort fasse qu'il réapparaisse ?? ... inshallah !!

Ajouter un commentaire