S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

L'autisme

 Enfant autiste 1Sans titre 1 pngs 1

  Il m’a fallu beaucoup de temps pour me décider à écrire cet article à cause de la branche de la médecine de cette spécialité. Cette pathologie renferme plusieurs spécialités alors que par le passé je faisais participer uniquement le Dr Abdallah Ayouni. Cela été très difficile, pour moi, d’associer à la fois plusieurs médecins dans un même papier. J’allais abandonner mais au vu de certains lecteurs qui m’ont sollicité de faire un article sur le sujet entre autres notre chère « Hortense » Alors j’ai dû réfléchir longuement, afin de préparer ce document, pour cela. Il a fallu se rapprocher et discuter avec un ORL, un épidémiologiste, un neurologue, un psychiatre, un pédiatre et le président de l’association des autistes à Ain Defla. La pathologie l’exige.

Enfant autiste  La plus part des parents ayant des enfants autistes se posent beaucoup de questions, beaucoup d’interrogations sur le devenir de leurs enfants ? Sur l’origine de la maladie ? Comment peut-on la prévenir et la guérir ? Est-ce qu’elle grave ? Comment peut–on vérifier si un enfant est autiste ou non ? Comment s’y prendre et faire face ? Comment s’y préparer ? Surtout comment se comporter ? Et où s’adresser ? Autant de questions qui tourmentent et taraudent l’esprit des parents. Le malade vit dans son milieu naturel au sein de ses parents, cela est-il normal ? Les parents, après tant de déboires, se demandent dès fois qu’avons-nous fait de mal pour subir les affres de cette maladie ? Pourquoi spécialement eux ?

Paniqués, affolés et désemparés, les parents ne savent plus quoi faire, Ils ont là, ils attendent un signe, un espoir voire une aubaine pour voir leurs progénitures guérir. D’ailleurs, certains d’entre eux ne savent même pas à quel type de maladie ils ont affaire !!! Le comportement d’un enfant autiste, de par ses gestes, sa mauvaise communication et ses balbutiements répétitifs, est très difficile à gérer et même pénible à supporter.

Devant cet état de fait et devant aussi cette dislocation familiale, nous avons bien voulu  répondre à la demande de certains parents qui sont devant une situation difficile, dure et très pénible.

Peut-on savoir ce que c’est vraiment l’autisme ? Son historique et sa complexité ?

L’autisme est un trouble mental sévère se traduisant par un isolement voire un repli et une absence de communication D’autres signes peuvent également traduire ceci : un Trouble du Spectre Autistique  (TSA) qui sont des troubles  du développement humain caractérisé par une interaction sociale et une communication anormale avec des comportements étroits et répétitifs. Les symptômes sont généralement détectés par les parents dès leurs premières années de la vie de l’enfant.

Son histoire, est relativement récente. En effet, ce n’est qu’en 1943 que le psychiatre américain d’origine autrichienne. Léo Kanner, décrit sous le nom d’autiste infantile des particularités de comportement de certains enfants qui ont tendance à l’isolement, un besoin d’immuabilité et un retard dans le langage. L’autisme était alors relié aux « psychoses infantiles » terme employé dans les classifications officielles ’jusqu’en 1980. 

Quant à sa complexité (complication et difficulté) réside surtout lorsque la maladie apparait chez l’enfant à partir d’un âge très précoce. Cette précité perturbe les parents et les désoriente et les met dans une situation peu reluisante. Sa complexité réside aussi dans le manque d’informations de ce mal qui désarticule non seulement les enfants mais également les parents. On l’explique aussi par la génétique complexe et les influences environnementales encore mal comprises. Néanmoins les recherches se poursuivent en (neurophysiologie, psychologie cognitive et épigénétique…) La date du 2 avril est la « journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme » La maladie de l’autisme est reconnue comme un handicap depuis seulement quelques années.

Véritable interprétation?

Précocement, au cours de l’enfance et persiste à l’âge adulte. Il se manifeste par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer. Ainsi que par du trouble du comportement. Les personnes souffrantes d’autisme semblent souvent isolées et vivent dans une sorte de monde intérieur. Le handicap associé est variable, allant du léger au sévère Il est presque toujours associé à des difficultés d’apprentissage.

L’autisme apparait dans la petite enfance, avant l’âge de trois ans, puis persiste tout au long de la vie. Parmi les principaux TED (Trouble Envahissant de Développement) On estime qu’un nombre important  de jeunes de moins de 20 ans  sont atteints  d’un TED, l’autisme infantile concernerait également un nombre très sérieux.

Effets psychologiques chez les parents ?

Certaines familles frappées par ce malheur se demandent et se posent une multitude de questions sans pour autant recevoir en retour et en guise de satisfaction la moindre petite réponse qui pourraient les soulager ou bien les réconforter. Parce que tout simplement que ce mal est incurable dans certains cas et préconise une attention particulière, un sacrifice plus approfondi et plus présent.  

Difficulté particulière chez un autiste ? 

Des troubles affectant  les relations interpersonnelles, la communication et le comportement. Les personnes atteintes d’autisme semblent  difficilement accessibles aux autres. La plus part ne répondent pas lorsqu’on les appelle. Elles sourient très rarement et semblent ne pas comprendre  les sentiments et les émotions des autres. Elles semblent vivre dans un autre milieu.

Les troubles de la communication  associés à l’autisme touchent à la fois le langage  de communication verbale. La  majorité des autistes ne parlent pas. Ceux qui acquièrent un langage  parlé parlent  de manière étrange. Ils inversent les pronoms (tu  à la place de je), répètent tout le temps la même phrase, modulent bizarrement leur voix, ont un débit et un rythme particulier…Ils sont généralement incapables d’utiliser des termes abstraits. Ils ont, par ailleurs,  beaucoup de mal à comprendre une conversation et à entrer  dans un dialogue. Par ailleurs, ils ne comprennent  et n’utilisent pas les éléments  de communication non verbale, tels que les gestes, les expressions du visage ou bien le ton de la voix.

Pouvez-vous citer  quelques gestes  ou bien le comportement véritable d’un autiste 

Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des comportements bizarres  et répétitifs (balancement  du corps, battement des mains, tournoiements.), auto agressifs (se mordre les mains, se cogner la tête…) ou inappropriés (pleurer ou rire sans raison apparente). Elles s’attachent souvent à des objets  qu’elles utilisent  de manière détournée, par exemple, en les alignant  ou en les  faisant tourner inlassablement. Elles semblent souvent indifférentes  aux bruits extérieurs, mais de manière paradoxale, elles peuvent y être extrêmement sensibles à la lumière, le contact physique ou certaines odeurs peuvent également déclencher chez elles des réactions  de rejet très fortes. Enfin, les autistes ont souvent des peurs inhabituelles  et une intolérance aux changements (lieux, d’emploi du temps, de vêtements...) Une situation imprévisible les dérange et provoque une réaction  d’angoisse et de panique, de colère et d’agressivité.

Les autistes et les autres TED s’accompagnent souvent de troubles de sommeil, de troubles psychiatriques  (dépressions, anxiété, déficit d’attention-hyperactivité).L’épilepsie est aussi parfois associée aux TED. Un retard mental est observé dans environ un tiers de cas. 

Son origine ?

Le tabac, l’alcool, séparation, la drogue et surtout le stress chez des mamans de surcroit trop jeunes. Sans oublier un milieu pas favorable à l’épanouissement du fœtus et son arrivée. Une famille qui vit difficilement à cause des problèmes internes tels que (bagarres, séparation et des attitudes négatives) qui influent dangereusement sur la maman et surtout sur le fœtus. Alors nait avec des troubles dus à l’alcool, le tabac, la drogue  et surtout les difficultés environnementales. Donc autant de problèmes avec autant de séquelles.

Comment peut- on effectuer un diagnostic ?

Les premiers signes avant trois ans. Les premiers signes évocateurs de l’autisme apparaissent le plus souvent entre 18 et 36 mois. L’enfant est trop calme ou au contraire excité. Il est indifférent au monde sonore  et aux personnes  qui l’entourent. Il ne réagit pas  (ou très peu) aux séparations et aux retrouvailles. Il ne sourit pas (ou rarement) et reste silencieux. Il ne joue pas et ne cherche pas à imiter les adultes. Il développe des comportements répétitifs  et s’intéresse  à un nombre très restreint d’objets.

Quels sont donc les symptômes ?

Les signes avant-coureurs  sont un comportement atypique de bébé, trop calme ou au contraire trop agité, un rapport avec les parents inhabituel  et distant (peu de sourires  et absence de fixation dans le regard) :

  •        L’enfant donne l’impression de ne pas s’intéresser à ce qui l’entoure
  •        Des  troubles  de sommeil  ou de l’alimentation, sont possibles
  •        La posture de l’enfant  peut être atypique
  •        Jugée anormale, parfois l’enfant à des mouvements stéréotypes et répétés comme des balancements 

Au cours de l’évolution, les troubles s’accentuent et les  acquisitions sont retardées  par rapport  à la normale : langage  arrivant plus tard et pauvre, le jeu  n’est pas acquis et souvent solitaire. Dans la phase caractéristique, on retrouve les trois éléments suivants : 

  •       Troubles  de comportement et l’absence de plaisirs aux jeux.
  •       Des activités répétitives ou l’intérêt pour des choses  qui en sont peu dignes.
  •       Troubles de communication  de l’acquisition du langage, souvent pauvre et peu d’expression physiques.  

Quel est le véritable diagnostic ?

Pour l’heure, le diagnostic de l’autisme est avant tout clinique et nécessite plusieurs bilans. Il est basé sur plusieurs points, comme un entretien long et précis avec les parents pour rechercher des signes particuliers. On procède aussi à l’étude des comportements de l’enfant, placé en observation, et au cours de mises de situations de communication et d’interactivité, ou encore à l’évaluation du développement psychomoteur. On cherche aussi à éliminer des pathologies autres, pouvant présenter une symptomatologie proche de l’autisme. Il est généralement demandé en complément une imagerie cérébrale, notamment une IRM, un électroencéphalogramme qui étudie l’activité du cerveau ainsi qu’un bilan génétique à la recherche d’une maladie héréditaire ou congénitale. 

Le traitement ?

L’autisme ne possède pas de traitement curatif. Les autistes légers peuvent parfois rester au domicile, mais bénéficient  souvent d’une prose en charge globale en institution spécialisée ou en réseaux de soins, de façon continue ou sous la forme de consultations répétées. La prise en charge repose sur la psychothérapie de l’enfant, des tentatives pour développer les relations sociales, parfois des médicaments, et bien entendu la prise en charge des proches. L’autisme infantile, souvent, regroupé sous le terme générique d’autisme, se diagnostic avant 3 ans. Grâce aux thérapies proposées, l’enfant peut améliorer son état. Mais c’est un trouble dont on ne guérit pas encore.

Où en est la recherche ?

La recherche a récemment permis de nombreuses avancées dans la compréhension des mécanismes biologiques associés à l’autisme et aux normes TED. L’imagerie médicale a permis de mettre en évidence des anomalies cérébrales chez certains patients, notamment dans les régions du cerveau impliquées dans le langage et la cognition sociale. La biologie moléculaire à quant à elle conduit à l’identification de nombreux  gènes dont l’altération semble  conduire à une plus grande susceptibilité à l’autisme. Ces gènes sont impliqués dans des processus biologiques divers, mais nombre d’entre eux participent à la formation du système nerveux et la synthèse de substances chimiques indispensables au bon fonctionnement  du cerveau, comme la sérotonine, le glutamate et l’acétylcholine.

Conclusion

On peut penser que les différentes formes d’autisme sont causées par une anomalie neurobiologique inconnue d’origine génétique et que les facteurs relationnels sont des additifs (améliorant ou aggravant). On peut penser également que le développement psychique très particulier se fait sur une base biologiquement différente de la normale. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de dimension représentationnelle et cognitive chez l’autiste mais quelle est différente  de la norme.   

Cas d’autistes guéris

Ils existent plusieurs cas d’autistes qui furent complètement guéris. Et cela, grâce à une longue prise en charge bien entretenue, un suivi médical rigoureux avec aussi un entourage spécialisé. Nous pouvons citer, à titre indicatif, quelques personnes connues afin de démontrer que cette lueur d’espoir existe toujours ; Ils s’agiraient de : Lionel Messie (footballeur), Dustin Offman (acteur), et d’Hugo Horiot (comédien) :

Messie Lionel (football)

Célèbre footballeur qui joue actuellement dans le championnat Espagnole et plus précisément au club catalan de Barcelone. Il est l’un des talentueux joueurs sinon le meilleur de la planète. Il était justement dans son jeune âge atteint de cette maladie qui est l’autisme ou bien d’une autre maladie similaire qui se rapproche beaucoup plus de l’autisme. Donc, il était autiste. Ses parents l’ont ramené en Europe et plus précisément en Espagne pour suivre une prise en charge spécifique. Il était guéri grâce aux soins intensifs prodigués par d’imminents spécialistes. Il était surtout entouré par un personnel médical spécialisé. Etant jeune, il possédait dans son jeune corps cette énergie débordante et c’est grâce à elle qui lui a permis de guérir rapidement. Les médecins lui ont conseillé justement de faire sortir et évacuer cette énergie supplémentaire et débordante. Alors, le sport était le meilleur moyen et le football serait encore parfait. Après sa guérison, il nous semble qu’il garde toujours quelques faibles séquelles sur le visage, les yeux, le nez et surtout le corps (corpulence faible et rabougrie). Sa joie, après un but, est toujours furtive. Ses coéquipiers ne se roulent jamais sur lui à cause peut être des consignes très strictes au contraire ils le soulèvent et le portent tout haut.  

DustrinOffman (comédien)

L’acteur Américain  Dustin Offman, célèbre comédien avait toujours  joué des rôles dans le au cinéma très époustouflant avec une ardeur  et un professionnalisme hors pair. Lorsqu’il fut désigné pour jouer le rôle d’un autiste. Il est allé vivre dans une pension ou vivaient des autistes afin de mieux comprendre, apprendre leurs gestes, leurs communications controversées, leur isolement, bien leurs mutismes et aussi leurs manières de se comporter etc… afin de mieux reproduire tout cela devant les caméras. C’était l’un de ses meilleurs films.  

HugoHoriot (autoportrait d’un ancien autiste)

L’auteur, aujourd’hui comédien, a réussi à quitter la prison de ses rêves pour en faire une œuvre. Un récit exceptionnel dans lequel il donne les clefs de son comportement. Bien qu’il soit exprimé sur les plateaux de la télévision l’occasion de la journée de l’autisme, disant sans détour ce qu’il pensait des traitements qui ont cours. Hugo Horiot a pris soin de ne faire figurer les termes « autisme » et « autiste » dans son récit. De sorte que, quiconque a ressenti, comme lui, la souffrance de ne pas correspondre à la norme, quiconque est doté d’une sensibilité extrême qui le fragilise ou est révolté par le monde tel qu’il va, trouvera un écho à son désarroi dans ce livre, qui n’est pas tant un témoignage qu’un récit de combat, intense et puissant.

Pourtant, bien que ce soit insoupçonnable aujourd’hui. Hugo Horiot avait bien des caractéristiques autistiques  lourdes, hurlements de bête, obsession pour certains objets, évitement du regard, raideur du corps, jeux interminables des mains, etc…Il suffit pour s’en assurer de se plonger dans les livres magnifiques que sa mère, la romancière Françoise Lefèvre a écrit à son sujet : « Le petit prince », « cannibale » (prix Goncourt des lycéens) et surtout « ne me dessine pas un mouton » pour apprendre à aimer et tenter de guérir un enfant, c’est beaucoup plus simple de l’imaginer comme un petit prince, écrivait Françoise Lefèvre. C’est ainsi, en s’invitant sur sa planète, en entrant dans son monde, qu’elle a pu l’attirer doucement vers sa terre.

A la fin, je remercie tous ceux qui m’ont aidé à réaliser et concrétiser ce papier. J’espère également avoir suffisamment répondu aux attentes et aux appréhensions de nos amis les lecteurs et surtout aux parents des enfants autistes.

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (19)

Orchidée
  • 1. Orchidée | 29/03/2015
Bonsoir à tous,

Demain inchAllah est la journée du don de sang.
Que tous ceux qui peuvent le faire n'oublient pas de passer par les centres spécialisés en la matière.
Seul DIEU saura récompenser les âmes charitables .
Fraternellement.
Un ami du site
  • 2. Un ami du site | 16/03/2015
Bonsoir à tous,

Une longue citation mais qui mérite sa place sur le site:

"La plus grande gentillesse se manifeste souvent en laissant les choses s'en aller.
Personne n'est parfait,mais nous pouvons être des amis et partenaires parfaits en permettant à ceux que l'on aime de ne pas être parfaits.
Lâchez "la grappe" aux autres comme vous pourriez espérer que le monde vous lâche la grappe dans vos" mauvais jours" et vous ne le regretterez jamais ".
Un ami du site
  • 3. Un ami du site | 15/03/2015
Même adultes ayant eu un suivi psychologique,et pris un traitement médical ces êtres restent très fragiles et d'une naïveté déconcertante.

Si vous voulez vous créer de nouvelles connexions neurales,tapez Daniel Tammet sur un moteur de recherche et régalez vous.
Bradai
  • 4. Bradai | 13/03/2015
Un film qui merite d'etre vu . L'AMOUR D'UNE MERE
https://youtu.be/TMjRnbfmRac
Orchidée
  • 5. Orchidée | 13/03/2015
Monsieur Aziz,

Je n'ai aucun doute vous concernant.
je parlais des parents démunis financièrement,et surtout sans connaissances dans le domaine,et il faut reconnaitre qu'à l'annonce du diagnostic on est abattu,et on a l' impression que le sol se dérobe sous les pieds selon les dires de parents que je connais dont une cousine.
C'est un chamboulement dans la vie de la famille,des femmes au foyer qui ne sortaient qu'accompagnées de leurs époux se rendent dans les centres spécialisés de la capitale pour la prise en de leurs bouts de choux,les eux doivent assurer le pain de la progéniture.
Oh que vous n’êtes pas seul à aimer ces enfants hors du commun qui ne laissent personne indifférent,et c'est fou ce que leurs parents leur ressemblent .
Inconditionnellement.
aziz
  • 6. aziz | 13/03/2015
En ce qui me concerne, un enfant autiste, ce n'est certainement pas ''une calamité qui m'est tombée du ciel'', mon Dieu, c'est tout le contraire. C'est un don du Ciel que je chéris le plus au monde. Toute ma vie j'ai été un cartésien pure et dur, mon job et mes responsabilités courantes obligent, mon temps chronométré avec en plus un stress continu mais dans ce cas précis, ''forget it '' je change sans hésitation aucune mes priorités :''Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas''.

A ces parents désemparés, je leur dirai tout simplement, si je peux me permettre, que le remède qu' aucun médecin au monde ne pourra apporter, même si c'est Freud en personne, c'est l'amour unconditionnel et sans limites des parents.
Orchidée
  • 7. Orchidée | 13/03/2015
Bonjour à tous,

Je n'interviens qu' aujourd'hui et ce par manque de temps.
J'ai rencontré des parents dans le désarroi total,désempares,ne sachant à quel saint se vouer, avant et après le diagnostic pour n'avoir jamais entendu parler de cette "maladie".
Il est utile d'informer,donc familiariser la population avec certaines affections afin de les préparer à mieux encaisser 'la calamité' qui leur tomberait sur la tête.
La presse écrite,l'audio-visuel surtout devraient s'investir un peu plus,et que les médecins qui interviennent s'expriment en dialecte algérien afin que les messages délivrés soient compris par un grand nombre.
On ne peut qu'encourager les associations qui se créent à travers le territoire car leur aide (surtout psychologique) aux parents est très importante dans les moments de détresse.
Je remercie Mr Deghrar d'avoir répondu à ma demande,et le connaissant persévérant ,je lui propose un autre thème aussi passionnant qui demande l'avis de certains spécialistes,je parle de la SEP, bon courage et à bientôt.
Fraternellement.
.
Hortense
  • 8. Hortense | 12/03/2015
Bonsoir Mr Deghrar,

L'idée de faire du site un espace où même la médecine trouve sa place,et intéresse plus d'un est très louable.
Mr Brahim-Djelloul étant le premier à présenter les dessins d'un génie autiste,Orchidée vous a sollicité pour un travail sur le ce thème,et vous-même,soyez-en tous remerciés .
On peut débattre toute une vie sur le sujet,sans vraiment faire le tour vu la complexité car on considère chaque patient comme unique.
Alors vivent tous les autistes du monde entier,et qu'on les laisse vivre à leur guise.!!!!
Ne soyez pas désolé,j'ai précisé que le sujet m'importait.
Avec mes amitiés.
Meskellil
  • 9. Meskellil | 12/03/2015
Bonjour M. Aziz,

Bonjour à tous,

L’expression de votre Amour pour votre enfant me touche beaucoup M. Aziz.

Quelques extraits choisis de K. Gibran

Dans le cœur de tout homme et de toute femme, il est un peu de sable et d'écume. Mais certains d'entre nous livrent ce qui demeure caché dans le plumage de leur cœurs, d'autres en éprouvent de la honte. Quand à moi, je n'en rougis point.
Pendant longtemps vous avez été un rêve dans le sommeil de votre mère, et puis elle s'est éveillée pour vous donner naissance.

Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, au petit matin, à la table des anges.

Votre joie est votre tristesse sans masque. Et le même puits d'où fuse votre rire fut souvent rempli de vos larmes.

La solitude est un orage silencieux qui brise toutes les branches mortes, mais qui plante cependant nos racines vivantes plus profondément dans le cœur vivant de la terre vivante.

Si vous vous asseyiez sur un nuage, vous ne verriez pas la frontière entre un pays et un autre. Il est bien regrettable que vous ne puissiez vous asseoir sur un nuage.
Le chant qui est silencieux dans le cœur de la mère chante sur les lèvres de son enfant.

L'Amour est un mot de lumière, écrit par une main de lumière, sur une page de lumière.

L'Amour ne donne que de lui-même et ne prend que de lui-même. L'Amour ne possède pas, et ne veut pas être possédé; car l'Amour suffit à l'Amour.

Nous n'habitons pas des régions. Nous n'habitons même pas la terre. Le cœur de ceux que nous aimons est notre vraie demeure.
Deghrar Djilali
  • 10. Deghrar Djilali | 12/03/2015
Chère Hortense,

Vraiment désolé, ce n'était pas vous qui avait souhaité qu'on développe un sujet sur l'autisme sur le site mais c'était notre amie Orchidée.Je m'excuse encore une fois de l'erreur qui s'est glissée dans mes propos.Je renouvelle ma considération à notre ami Aziz et sa femme d'avoir eu ce courage et cette patience illimitée pour sauver leur garçon.Un grand bravo

Djilali
Miliani2Keur
  • 11. Miliani2Keur | 12/03/2015
Je me souviens de "Rain Main" un Bon film avec Hofmann et tom cruise, c'est vrai que l'interprétation d'Hofmann était exceptionelle.
Miliani2Keur
  • 12. Miliani2Keur | 12/03/2015
Khouya Deghrar

Moi je souligne dans ta livraison, le triple travail :
- De proximité,
- D'investigation de terrain,
- De prospection locale.
en continuité avec ta démarche, pénible et seule démarche a notre portée pour sortir de nos "ténebres", je parle pour la sociéte.

Merci Aziz pour ce témoignage positif, l'existence d'une association a Ain-defla vous permettra une connexion éventuelle, avec de sortir un minimum les parents de leurs désaroi.

Merci hortence aussi pour l"evaluation" trés utile.
LIBERTE
  • 13. LIBERTE | 12/03/2015
Bonjour AZIZ,

LA TENDRESSE A SES RAISONS QUE LE CŒUR COMPREND TRÈS BIEN DIT-ON TRÈS SOUVENT . JE SAIS QUE TU ES UN PÈRE EXEMPLAIRE ET QUE TU CONSACRE DU TEMPS SUFFISANT POUR DISPENSER UNE ÉDUCATION SAINE ET EQUILIBREE A TES ENFANTS .QUE DIEU PUISSE T AIDER ......
Chantal
Bonsoir Aziz,

Quelle belle et touchante déclaration d'amour à votre fils !

Si la médecine est indispensable dans bien des pathologies, quelles qu'elles soient, rien ne peut remplacer la tendresse et l'amour des parents.

Ashley MONTAGU qui a été un anthropologue et un grand humaniste avait raconté l'anecdote suivante dans l'un de ses livres.

Au cours d'une visite du Dr. TALBOT dans une clinique en Allemagne, avant la première guerre mondiale - pour mémoire : c'est le Dr. Talbot qui avait introduit l'idée de TLC (Tender Loving Care) qui désigne une attitude envers l'enfant qui consiste à donner la priorité à la tendresse plutôt qu'à l'éducation - ce médecin avait donc été frappé par la présence d'une vieille femme portant sur la hanche un enfant en mauvais état. Lorsqu'il demanda qui était cette femme, on lui répondit : « Oh ! ça, c'est la vieille Anna, lorsque nous avons tout tenté sur le plan médical et qu'un enfant ne guérit pas, nous le confions à la vieille Anna qui, elle, réussit toujours à faire quelque chose ».

En réalité, cette femme ne faisait qu'entourer le bébé d'une douce affection, le touchait, le cajolait, le caressait.

L'amour peut parfois faire des miracles !
Deghrar Djilali
  • 15. Deghrar Djilali | 11/03/2015
Hortense, Ferhaoui et Aziz,

Merci beaucoup de l'attention que vous portez à ce sujet:

Hortense:

Vous avez raison de parler du Syndrome d'Asperger et aussi de beaucoup d'autres.Je n'ai pas voulu me plonger et m'approfondir d'un coté à cause des lecteurs, il faudrait leur présenter quelque chose de simple, utile et surtout captivant. Pource qui est de ces notions techniques, il aura fallu peut être plus de vingt pages pour résumer tout cela. encore merci.
Ps: pour Poutine, je pense tout simplement qu'il veut ressembler à Staline durant les 28 à 1950.(Même tempérament et même sens vers l'amour du pouvoir).Il se peut que je me trompe mais c'est mon point de vue.

Ferhaoui:

toujours pareil, lucide et perspicace, j'admire votre manière de commenter, celle d'encourager toujours les bonnes idées et les bonnes intentions et encore merci à vous aussi.

Aziz:

Laissez moi vous dire un grand bravo.Mon idée à travers l'article c'était cela: il faut entrer dans le monde de son petit et l'intéresser ensuite procéder à le faire sortir de son monde avec une délicatesse et un savoir faire sans limite.

Cher Aziz, il existe des autistes "léger " et "lourd".le coté intelligence, c'est vrai les autistes ont cette particularité de comprendre vite et d'être beaucoup plus imaginatif dans un sens très positif à cause peut être de son "handicap)je ne sais pas si on peut dire ou non mais je pense que c'est la seule explication.

Pource qui est des adresses en Algérie, je pourrais vous répondre incessamment.et je vous remercie d'avoir commenté ce papier.

Djilali et à la prochaine
Hortense
  • 16. Hortense | 11/03/2015
Bonsoir Mr Aziz,

Votre témoignage m'a fortement secouée,interpellée et j'aurais aimé vous avoir comme père,mais vous ne pouvez être à peine qu'un grand frère.
Vous avez longuement galéré certes mais tous vos efforts ont eu la récompense méritée,à savoir l'autonomie de votre fils(que Dieu vous le garde).
C'est ce que recherchent tous les parents que le créateur aime (plus que d'autres) en leur offrant un enfant différent mais qui enrichit quotidiennement.
Je ne vous offre pas une kahwa (selon les dires de quelqu'un) mais une révérence.
Amitiés
aziz
  • 17. aziz | 11/03/2015
J'ai lu l'article sur l'autisme et remercie Djilali Deghrar.

J'ai un enfant autiste, mon plus jeune, et sa mère et moi en sommes aperçus, il y a 25 ans, c'est à dire quand il avait 4 ans. Sa mère qui est pharmacienne et microbilogiste medicale de formation, a travaillé dans de grands hopitaux, à Lyon en France, à Houston aux USA et à Londres, en Angleterre ou elle a sollicité, de part son travail, l'assistance des plus éminents spécailistes sur la question, dans ce bas monde. Ni mon épouse, ni moi meme, n'avons eu des écarts dans notre mode de vie, à l'exception de tous ces voyages à travers le monde, ou j'ai du déplacer ma famille avec moi, mon travail l'exigeant. Après toutes ces années d'errance à vouloir à tout prix trouver une solution medicale à notre enfant, nous sommes arrivés à la conclusion que la médecine est bien bien limitée. Nous avons vu un grands nombres de specailistes, et nous avons lu des tonnes de publications médicales et autres, qu'on continue de faire à ce jour mais nous sommes arrivés conjointement à la conclusion que ce qui demeure d'une importance capitale et ce qui peut faire la différence pour notre enfant, c'est de l' aimer, tel que le Bon Dieu nous l'a donné, sans vouloir le modifier, et ceci sans relache et sans jamais baisser les bras, ce que nous n'arretons pas de faire, toujours avec autant d'amour, d'attention et de persévérance, comme le prmier jour.

Je ne preconise pas cette solution mais mon but c'est surtout de parler de mon expérience personnelle.

Mon fils vit avec nous en Angleterre, continue sa petite vie et la société anglaise étant tolérante et compréhensive, a fait qu'aujourd'hui mon fils a pu trouver un travail dans un centre de sport, a eu son permis de conduire, conduit sa voiture et joue dans une équpe de Rugby, à Guilford dans le Sud de Londres.

Il ne se passe pas un jour ou je ne remercie pas le Bon Dieu de nous avoir donné un fils pareil, il est pour nous notre monde, notre Univers, il m'apprend des choses tous les jours et pour rien au monde je n'essayerai de le changer car il est certainement beaucoup plus intelligent que moi et que sa mère réunis.

Pour terminer j'aimerai avoir l'adresse de centre d'Autisme en Algerie pour essayer de savoir si je peux me rendre util à d'autres enfants.
ferhaoui
  • 18. ferhaoui | 10/03/2015
bonjour tout le monde, bonjour l'ami djillali pour ce travail je ne sais pas quoi dire pour vous remercier!!. sur le meme sujet ( l'autisme) je me rappelle il y a pas longtemps de cet sos! d'alarme de cette jeune fille en détresse... est - il possible de relire son appel merci pour cet article intéressant comme toujours! l'ami ferhaoui, oran.
Hortense
  • 19. Hortense | 10/03/2015
Salut à vous,

Merci pour votre charmante intention,pour les efforts que vous avez déployés,et même si je n'ai pas demandé le thème,il reste d'une importance capitale pour moi.

Le sujet est impeccablement abrégé,présenté,et donc assimilable par tout lecteur.

Je suis ravie d'apprendre l'existence d'une association (d'autistes à Ain Defla) qui sans doute apporte un tant soit peu de réconfort,d'aide aux parents,et surtout l'orientation pour une prise en charge adéquate .
Je remercie avec une révérence l'équipe pluridisciplinaire que vous avez consultée,et que tous ses membres me permettent d'ajouter un mot sur le sujet:
Le"Syndrome d'Asperger" est une autre forme d'autisme qui concerne des enfants d'intelligence normale,c'est le comportement social qui pose problème.
Le président Pouchkine SERAIT un Asperger ?????
Avec mes amitiés.

Ajouter un commentaire