Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

La clairvoyance et la sagesse du docteur Sâadane

rt.jpgPar DEGHRAR Djillali, Ain Defla. AE-LFM
ddeghrar@yahoo.fr

Sans 14

Parler de la médecine, c’est tout d’abord comprendre et découvrir ses vertus et ses bienfaits quant à la sagesse, c’est un autre domaine, celui-ci est réservé aux personnes possédant des qualités et des valeurs intrinsèques.

La ville de Biskra, connue pour ses palmeraies et ses dattes « Deglet Nour » avait surtout le privilège d’abriter dans ses entrailles des personnages illustres à travers les âges, parmi ces hommes existèrent une certain Docteur Saadane et son collègue Docteur Mselati Gaston ou Abraham, nous ne sommes pas sûrs des prénoms.

Saadane hadj ahmed cherif0080r4 Le Docteur Saadane d’origine Kabyle, vivait à Biskra, avait obtenu, en 1920, son doctorat de médecine de l’université de Toulouse (France). Sa réputation, à l’époque, dépassait les frontières de la ville de Biskra.

Le Docteur Mselati Français d’origine juive, quant à lui, il était lui aussi réputé comme son collègue Algérien, et, ensemble, ils n’étaient pas seulement disponibles mais ils soignaient les malades pauvres et démunis, en tout, ils apportèrent également aux malades cette manie de vouloir créer la joie, de la bonté et surtout de redonner l’espoir aux malades et autres.

Les malades de toute la contrée venaient justement se faire soigner chez les deux toubibs, parce que leur bravoure voire leur simplicité en ont fait d’eux les personnages les plus aimés de la région.

Un jour, les élections pour les municipalités arrivèrent et nos deux praticiens s’inscrivirent pour avoir encore la possibilité de faire encore du bien d’une manière très élargie ; de pouvoir également redonner à la ville de Biskra tout l’enchantement dans elle jouissait, la possibilité de planifier la ville selon les préceptes modernes des grandes cités qui existaient déjà dans le monde

Alors, le Docteur Saadane est sorti vainqueur des résultats du scrutin, le docteur Mselati fut classé deuxième, la population fut ravie de cette nouvelle inespérée, les occupants Français voyaient d’un mauvais œil et mesuraient déjà les conséquences de cette victoire, le médecin, lui, en bon connaisseur, savait, lui aussi, ce qui pouvait générer de ce succès.

Comment un indigène et arabe comme lui pourrait-il prétendre à un poste tant convoité ? Comment se fait-il qu’un arabe pourrait prétendre et devenir l’homme le fort de la ville ? Comment adviendra-t-il qu’un indigène qui vient juste de sortir de l’anonymat pourrait devenir le maire et commander les dignitaires Français ? C’était inadmissible, incroyable et surprenant.

Lors de son intronisation en tant que Maire de la ville de Biskra, et, après que les honneurs soient rendus par les autorités locales, quand vint la parole à notre cher toubib, ce dernier renonça à son poste de maire tout en restant courtois et poli tout en vantant les mérites du Docteur Mselati et se contenta à la place du second, afin de permettre à ce dernier de devenir finalement le Maire de la ville.

La population quant elle avait su la nouvelle, alors, tout le monde s’est précipité vers leur cher toubib, pour s’enquérir des aboutissants de cette histoire, ce dernier, après les avoir convaincu de la réalité des choses, avait, continué en disant que l’indigène et l’arabe qu’il était ne pouvait en aucun devenir le Maire de la ville et cela pour diverses raisons; tout en rajoutant ceci :

« Le docteur Mselati étant un personnage très rapproché et très entendu de l’Administration Française.Il pourrait, non seulement, apporter des projets à la population de la ville de Biskra mais aussi lui permettre de vivre décemment et surtout de leur régler leurs problèmes personnels. Moi, je ne peux faire mieux que lui, à cause de ce je viens de vous expliquer, croyez moi, il y va de notre intérêt général, il est l’homme de la situation, de plus, il peut être bénéfique pour tout le monde.

Regardez la clairvoyance et la sagesse, avec laquelle notre médecin, a su la placer en faveur des habitants de la ville, l’ individualisme ne pourra jamais trouver sa place parmi ces grands hommes, ces hommes de confiance, ces éternels guerriers du bien.

Les gens, ont finalement compris et ont accueilli, les paroles de leur docteur avec tant de détermination et apprécièrent le dévouement de leur docteur, ce sacrifice leur avait changé complètement leur vision sur leur avenir et surtout de leur devenir.

Par DEGHRAR Djillali

Ajouter un commentaire