Algermiliana banniere animee 2

La Station thermale de Hammam Righa

 

Sans titre 38

hebergement d'image

  Hammam Righa est une localité touristique qui se trouve à 650 mètres d’altitude. C’est une station thermale qui possède une histoire très ancienne. La découverte des bains et des ablutions remonterait justement à l’an 44 avant Jésus-Christ (J.C). Hammam Righa jouit aussi d’une situation géographique exceptionnelle. Elle est située dans une région montagneuse et boisée à l’abri des vents et des grands froids, un lieu particulièrement recommandé pour la reconstitution de l’équilibre psychosomatique. Les eaux de cette station thermale, dont la température varie, suivant les sources de 44° à 68°, sont des eaux salines sulfatées calciques.

Présentation de la ville. 

Pourtant, la ville de Hammam-Righa est une région à vocation agricole et touristique, Elle dispose d’un climat froid en hiver et tempéré en été (entre 25 et 35 °c). La caractéristique des eaux est sulfatée calcique. Avec un taux de chômage de 12 %. Elle se situe par rapport à Ain-Defla (ouest) à 65 km, au nord d’Alger 90 km, au sud, à l’est par Boumedfaa 20 km. Sa superficie est de 87 km2, sa population avoisine les 8700 habitants,  les montagnes qui l’entourent sont à l’ouest Ain-Torki, au nord par Mered (Tipasa), au sud par Ain-Benian.

Elle présente également beaucoup de carence pour son développement et cela malgré les opportunités qui sont offertes par la wilaya dans le cadre du programme 2010 et 2014. Mais cela reste trop insuffisant au vu de son emplacement et surtout de son importance comme lieu de regroupement des estivants.

Vocation de la ville…

Connue par ses eaux thermales qui cohabitent avec l’eau froide gazeuse et ferrugineuse (Ain-Karsa) bien précieuse et très favorable et propice dans le traitement des rhumatismes, des séquelles de traumatismes, l’anémie, l’insuffisance hépato-rénale, la chlorose, les problèmes liés aux fonctions digestifs, en général toutes les maladies qui connaissent pour cause l’appauvrissement du sang. La station thermale est dotée d’un équipement thermal des plus précieux et sophistiqués : salle de physiotherapie, salle de mécanothérapie, salle de pouliethérapie, etc… En guise d’hébergement la station thermale dispose aussi d’un hôtel moderne de 03 étoiles « Zaccar » avec une architecture qui se noie dans l’environnement, présentant des appartements et des chambres d’un grand standing, dotés de toutes les commodités souhaitées. La commune de Hammam Righa dispose également de somptueux bungalows, un camp de toile familial et un autre pour accueillir des colonies de vacances, également un lieu très intéressant pour la préparation aux compétitions sportives.

Cette station offre encore une vision touristique admirable surtout pour ceux qui désirent un moment de détente, loin du bruit et des désagréments de la ville. L’établissement qui surplombe à 650 mètres d’altitude et s’étalant sur près de 106 000 m2.

Remise en forme…

Un lieu très privilégié pour les stressés, ceux qui désirent aussi bénéficier d’un soulagement et d’un apaisement et surtout ceux souhaitent une remise en forme:

La station Thermale possède en plus une eau riche en sels minéraux, la station thermale est désignée comme étant un lieu de santé et de remise en forme. Elle fut, à plusieurs reprises, recommandée pour diverses maladies thérapeutiques. Les eaux thermales de la station sont des eaux salines, sulfatées et calciques sortant à une température variant, selon les sources, entre 44° à 68°. Leurs indications thérapeutiques sont nombreuses et conviennent aux : cures de remise en forme, à la rééducation fonctionnelle, à la réadaptation fonctionnelle, à l’asthme aux bronchites et surtout les affections allergiques nerveuses.

Marquée par la décennie noire

La décennie noire avait apporté, elle aussi, son lot d’horreurs, la région était difficile et d’où le terrorisme avait pris ses racines et avait opéré également à des destructions un peu partout. Donc, la ville, il ya de cela environ deux années, était en train d’entreprendre des réhabilitations au niveau des quartiers limitrophes de la ville pour ensuite clôturer le centre ville afin d’éviter de faire un travail pour ensuite le refaire etc… Des équipes étaient un peu partout pour réparer, entreprendre des travaux importants et colmater certaines brèches pour ensuite arriver au centre de la ville et ses abords. Des budgets furent alloués pour refaire les trottoirs, les dos d’ânes et surtout la réhabilitation des escaliers qui font la fierté de la ville. Ils sont devenus, par conséquent des ouvrages d’arts. Mais c’était très peu pour une ville qui possède en plus un challenge touristique.

Controverse et consternation à Hammam Righa…

Depuis quelques temps, les curistes qui autrefois se plaisaient pour se bifurquer, de temps à autres, afin d’aller prendre un bain et continuer son petit chemin, les autres qui n’attendaient que ces moments de vacances et même pendant le week-end pour aller se débarbouiller en solo ou bien en famille. A leur arrivée, ils sont déjà abasourdis, bousculés et surpris par, et à première vue, un environnement hostile. Des prestations avec des prix abusifs et démesurés. Ils se plaignent encore et surtout d’une vision habituellement, répandue et généralisée marquée par une carence totale d’hygiène et de propreté. Un manque flagrant d’initiatives pour redorer l’éthique d’autrefois. Donc les gens ont tendance à fuir ces endroits qui autrefois étaient très attractifs.

Environnement et mauvaises odeurs…

Les feuillages des arbres inondés de poussières leur prodiguant une couleur jaune au lieu de celle d’une couleur verte éclatante. Les ruelles lézardées avec des trottoirs mal entreposés d’où émergent et se profilent des herbes et feuillages. Rendant ces allées repoussantes avec une odeur provenant des égouts mal traités. Des mauvaises odeurs qui émanent également des détritus délaissées ici et là. A cela s’ajoute le manque flagrant d’une propreté journalière (même si ce travail d’entretien se faisait quotidiennement) alors il est fait d’une manière pas assez consistante et pas convenablement. A qui profitent justement cette situation et cette dégradation? D’autres faits, pour ne pas les citer sont effectivement signalés.

Parking à sous…

Le gardiennage des voitures, que l’on nomme expressément dans notre jargon « parking » n’est au fait et équivaut à une véritable mendicité. C’est une mendicité des temps modernes !!! Elle est pratiquée partout et le comble c’est qu’elle est encouragée et permise (remise de brassards comme aux temps des gardes champêtres). Manière de résorber le chômage !!! Avez vous pensez aux conséquences à l’avenir pour ces jeunes qui sont encouragés, dès leur jeunes âges, à pratiquer cette mendicité. Sommes-nous en train d’apprendre à nos enfants comment mendier ? D’ailleurs ce derniers sont en perpétuels conflits avec les Africains qui inondent, eux aussi, nos rues avec la fameuse phrase : « Sadaka ». Est-ce-que c’est cela que les parents veulent et souhaitent vraiment initier à leurs enfants à cette comédie. Le prix du parking à Hammam Righa est de 100 DA par véhicule. Par contre, cela ne dépasse pas les 25 ou bien 30 DA ailleurs !!! Ne parlons pas de ces bâtons avec lesquels ils vous appréhendent et vous intimident s’il y a une simple hésitation !!! Où allons-nous comme ça ? Les habitués de ces lieux ont effacé carrément de leur subconscient ce canton qui jadis était magique et féerique. Doit-on fuir continuellement ces beaux endroits de détente (d’ailleurs ils ne le sont plus) à cause de cette gangrène qui se profile. C’est devenu la loi de la jungle ou quelque chose de similaire.

Création des associations à caractère curatives…

Des associations à caractères caritatives peuvent être émergées et encouragées un peu partout au niveau des quartiers. Afin de rétablir de manière contemporaine les difficultés rencontrées par les entités locales. Ces associations peuvent être créées et encouragées afin de répondre efficacement aux diverses sortes de maux qui peuvent provenir et découler de ces jeunes. Ces affiliations doivent se multiplier et dans plusieurs domaines. Les jeunes peuvent alors facilement se retrouver et s’améliorer afin de s’affirmer chacun dans son domaine précis. Les possibilités et éventualités sont énormes et existent mais qui va vraiment les promouvoir et les piloter sur le terrain !!!

Les terrains de proximités c’est très bien et même trop bien, néanmoins, il faudrait que cela soit organisé et bien structuré. D’ailleurs ces terrains sont presque tous délabrés et endommagés en l’absence de véritables initiateurs, encadreurs et surtout gardiens. Ces terrains étaient réalisés puis délaissés. Ces terrains doivent appartenir à une entité ? Laquelle ? Alors pourquoi ce laissez aller ? A quoi cela peut- il rimer ? La responsabilité incombe à qui ? Aux responsables qui ont fuit leur responsabilité où à celle des enfants ? Les enfants ont toujours étaient des enfants.

A noter que le Hammam thermale de Zelfana (Ghardaia) recèle des prestations formidables avec une hygiène et une propreté hors du commun. La sécurité est omniprésente. D’ailleurs, les gens du nord partent en famille pour passer un séjour inoubliable. Celui de Bouhalouane (région de Blida) fut remis à un privé, il est redevenu le fleuron de la région en proposant des apports au dessus de la hauteur espérée. Les investisseurs privés peuvent facilement avec un temps record, redonner et permettre à une région de se développer rapidement en leur rendant leur vraie nature et leur new look.

Dégradation…

En constatant ces exactions, ces disproportions et ces abus qui ne sont ni contrôlés ni condamnés et même pas sanctionnés. Alors, ils peuvent émerger partout des irrégularités et anomalies. Ils peuvent peser lourd sur notre devenir. Et, évoluer dangereusement dans notre vie quotidienne comme c’est le cas. Pourquoi se voiler les yeux, il suffit de se rendre au niveau d’un tribunal pour constater les irrégularités, les déviations qui ne devraient même pas exister? Qui on est responsable ? Les parents ? Le voisinage ? L’environnement ? Tout le monde est responsable de ce chaos et de ce désordre. 

Conclusion…

La liberté est une chose formidable. Beaucoup d’efforts et un grand sacrifice furent consentis pour se l’approprier. Toutefois il ne faudrait jamais faiblir ni basculer pour perdre de nouveau cet acquis si précieux qui est la liberté. Il faut savoir la sauvegarder et lui donner une dimension digne de son rang et une cémentation bien solide afin qu’elle ne puisse plus détaler de nouveau. Pour cela, il faut commencer, tout d’abord par l’éducation de ces enfants. Abolir et anéantir tout ce qui est médiocrité et imperfection. Donner aussi à notre environnement un cadre agréable et présentable.

Ce lieu paradisiaque, qui fut autrefois la station thermale de Hammam Righa, était déjà très prisé et adoré par  les populations avoisinantes et même celles de toute l’Algérie.

 

  • Certaines informations sont tirées de l’interview réalisée par Djilali Deghrar avec le maire de Hammam Righa en l’occurrence M. Kerrouche Djilali (en 2015) Elles étaient d’ailleurs, parues sur le journal « Le Chéliff ».

hebergement d'image

j

hebergement d'image

hebergement d'image

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (4)

Nourreddine benouali
  • 1. Nourreddine benouali | 02/06/2021
Salut ,mon cher ami .
Voilà un ancien élève de l'ancienne école qui nous gratifié encore une fois avec ses petits commentaires d'une qualité de haut niveau .
Il existe des personnes qui sont des lumières pour tous parce-que ils savent aimer,quand on les rencontre, il nous remplissent de joie car par leur attitude, ils remettent de l'ordre dans le monde des valeurs .
Maitre belfhedel fait partie de cette catégorie de personne qui sont des lumières par son éducation et ses valeurs humaines ,quoi que dans sa vie est peu réservé où ses discussions et ses partages de sa vie sont limités aux membres de sa famille et ses intimes amis ,une qualité qui se fait rare de nos jour et cette vertu qui a fait de lui une personne très respecté à Tiaret.
Malgré ,un décalage d'âge entre lui et moi ,n'était jamais un handicap dans l'amitié qui me lie avec lui et qui dure depuis le jour où j'ai décidé d'entamer la carrière du métier d'avocat et c'est sa plume qui m'attire d'avantage vers lui et la vérité du temps, elle révèle toujours la réalité des choses et surtout des personnes, sans oublié son ami et collègue maitre guemaier mokhtar lui aussi issu d'une noble famille.
Mr abderrahmane me disait un jour que la plume est notre ami,la seul qui nous comprend et nous convie au bonheur.
Merci aderrahmane pour tes interventions sur le site qui apportent en nous un peu de fraîcheur morale.
BELFEDHAL abderrahmane
  • 2. BELFEDHAL abderrahmane | 01/06/2021
BONSOIR A TOUTES ET A TOUS
Voilà un texte qui renvoie aux temps passes avec des visages impossibles à oublier IL avait suffi d’évoquer hammam righa et c’est toute une chaine d’émotions qui remontent en surface pour situer dans l’espace combien sont chers nos parents près de nous ou ailleurs Mon cher Noureddine El hammam à lui seul évoque en nous cette vie si attachante et si irrésistible de revoir et de revivre les épopées de nos vaillants gladiateurs en l’occurrence el moutchou el kayasse wel kahwaji toujours prêt pour servir un excellent judor a la pulpe d’or Etre a hammam righa ou hammam boughrara qui me rappelle à moi aussi beaucoup de souvenirs c’est le refuge acquis pour le repos et la quiétude Mon cher ami les temps ont changé et je ne te cache pas que revenu des années après sur le site hammam boughrara j’ai été désagréablement surpris de constater que les prestations servies laissaient a désirer en sus de la mauvaise maintenance voire une vitre qui manque un loquet qui ne fonctionne qu’ a coup de pouces répètes une eau réglée a défier les rhumatismes les plus rebelles en un mot la gestion de ces perles d’antan soumise à des règlementations aux facettes multiples avaient fini par entacher leur particularité les privant d’une place de choix dans la politique globale d’un tourisme conséquent capable d’assurer une rentrée solide en devises Mon cher Noureddine a l’image de tes souvenirs évoques je dirais tout simplement que nous sommes tous des anciens enfants longue vie à ta maman sous le toit de ses merveilleuses années passées en compagnie de son monde qu’ elle a conçu et fabrique
Nourreddine benouali
  • 3. Nourreddine benouali | 31/05/2021
Salut.
Le village ,c'est l'endroit préféré de mon père avant son décès ,aimait prendre ses bains et se reposait de temps en temps dans cette endroit et chaque fois ,il désignait un de mes frères pour l'accompagner et moi je faisait parmi la liste des heureux qui choisissait pour un séjour de 24 heures avant de nous achetait un jouet ,en plus d'un repas qui dérangeait la routine des repas de maison que préparait ma chère maman qui âgée aujourd'hui de 90ans que dieu la préserve .
Et puis un jour une maladie avait décédé de mettre fin à la vie de mon défunt père, que le tout puissant lui accord sa miséricorde ,c'était le moi d'avril 1987 et peu de temps mon frère aîné âgé de 42ans choisissait lui aussi de rejoindre son père sans nous dire un mot .
Et malgré la maladie ,mon père avait toujours le désir de revoir ce village qui le lié tellement et profondément qu'en pensait que c'était son village natal.
Moi aussi, j'adorais ce site merveilleux délaissé par nos gouvernants qui me rappelait mon enfance et ma jeunesse passait avec mon père et qui était aussi un ami .
Je sais bien que la vie est un train qui ne s'arrête pas et que ses passagers doivent descendre à chaque arrêts pour laisser aux nouveaux de reprendre leurs places pour une autre destination.
Ce petit village beau ,je l'avait perdu depuis une trentaine d'année pour une raison ou une autre que je n'arrive pas a expliqué et même à comprendre.
Merci pour l'article et merci pour les commentaires.
Christian GABRIEL
  • 4. Christian GABRIEL | 31/05/2021
Cela me fait toujours plaisir de regarder le site d'Hammam Righa village que j'ai habité jusqu'en 1962, notre maison , actuellement en réfection ,se situait au bas de la source ferrugineuse ( Ain Kharsa).Je suis allé a l'école primaire avec Ali SEGHIR et bien d'autres camarades Hattabi Louati etc...

Ajouter un commentaire