Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Le Saint Sidi Hadj BENCHERKI (Zaouia d'El-Attaf)

E 2

Bel Abb'es, Ex-Wattignies, est un petit village situé sur la rive gauche du Chélif à 2 km Ouest d'El Attaf (Ain-Defla).En réalité c’est là où se trouve la Zaouïa du Saint Sidi Bencherki. La Zaouïa se trouve exactement sur l’autre rive droite à un (01) km au nord de Oued Bel Abb’es. En 1939, M. Bloch avait exploré le site archéologique de Wattignies (actuellement Bel Abb’es- petite agglomération de la ville d’El Attaf).

La Zaouïa de Sidi Hadj Bencherki est un sanctuaire (Une structure ou bien un lieu commémorant une personne ou un concept religieux). Zaouïa de Sidi Hadj Bencherki est située à 147 mètre d’altitude.

Le Saint Sidi Hadj Bencherki, selon certains anciens, il est né en 1831 à Zeddine (petite localité à côté de la ville de Rouina. D’autres présument qu’il était né en 1822 à El Aakalia. D’autres références précisent qu’il était né en 1815. (Beaucoup de divergences et désaccords furent observés sur ces dates). Néanmoins, et probablement celle qui est juste est celle de 1822 à cause  de son âge qui avait dépassé les 100 ans donc sa date de naissance fut sans doute celle de 1822. Parce qu’il est mort en 1923. Il fut, donc, surnommé Bencherki à cause de sa descendance des Cherarga.

Il était également le fils de Sid Ahmed b/Abdallah d’où son tombeau se trouve à l’Est de la ville de Chlef à 7 km près des rails des chemins de fer. Et, D’après, certains parchemins, il est dit que l’un de ses petits fis de Sidi Hadj Bencherki est le fils de ben Kaddour, b/Kouider, b/Lahcen, b/Ahmed, b/Abdallah, b/Yeder, ibn Mohamed, ibn Ismail, ibn Idriss, ibn Slimane, ibn Mohamed,ibn Abdelkrim, ibn Abdesslem, ibn Mechiche, ibn Abu Bakr , ibn Djarma, ibn Aiss, ibn Salam, ibn Hydra, ibn Ali, ibn Ahmed, ibn ben Abdallal, ibn Idriss EL Assghra, ibn Idriss El Akbar, ibn ben Abdallah, ibn El Hassen EL mouthla, ibn ElHassen El Sabti, ibn Ali BEN abi Taleb (Karama El Allaho ouadjhaho) oua Fatima El Zahra bint Rassoul Allah Salla Allaho Alleyhi oua salam.

Sa mère fut décédée alors qu’il avait seulement six ans. Il avait vécu chez son père jusqu’au jour où il avait appris et récité le Coran par cœur. Sidi Bencherki est venu voir son père pour lui dire qu’il avait appris le Coran et après la prière de la Ichaa. Il commencera à réciter le Coran pour son père. Après la prière de l’Ichaa, il commença par la Fatiha et cela jusqu’à l’aube. Il avait récité tout le coran durant toute cette nuit. Son père, très heureux, avait pris son turban de sa tête pour l’enfiler autour du cou de son fils en guise de joie intense. Tout en répétant : «  Meure, ma vie après que mon fils Bencherki a su et pu apprendre et à réciter le Coran d’une manière parfaite et irréprochable ». Ensuite il avait mis son turban sur la tête de son fils. Et, depuis, cette tradition fut de coutume jusqu’à nos jours. Le père de Sidi Bencherki est allé à la Mecque pour effectuer un pèlerinage. Il est décédé lors pendant les rites du Hadj. Le cœur de sidi Bencherki fut toujours accroché pour les préceptes etb surtout l’enseignement du Coran. Plus tard, il est parti enseigner ce qu’il avait appris à Bokaat El Chkaknia commune d’El Abadia où il s’est trouvé au milieu des élèves d’une mosquée où on enseignait le Coran chez le cheikh El- Fakih Belarbi rahimaho allah. Ce dernier avait vu en Sidi Bencherki, cet élève et enseignant qui allait éventuellement le remplacer et faire persévérer et assoir le Coran à travers la région.

La bonne relation qui existait entre Sidi Hadj Bencherki avec El-Fakih Si Belarbià, avait permis à Sidi Hadj Bencherki de se marier avec la fille Ouda de Si Belarbi El –Fakih. Après quelques années Ouda était décédée et Sidi Hadj Bencherki s’est mariée de nouveau avec la sœur d’Ouda c’est à dire Fatima (sœur d’Ouda) et cela avec le consentement de  Si El- Fakih Belarbi. Si Belarbi El-Fakih fut décédé en 1273 hidjria (en1852). Sidi Hadj Bencherki, a eu beaucoup d’enfants.

Sidi El Hadj Bencherki était un fervent défenseur de la tarika El –CHADHLIA dont il a été initié par plusieurs chouyoukh dont, celui en premier, par le Cheikh Sidi El Missoum de Ksar El Boukhari et Cheikh Sidi M’hamed ben Ahmed de Teniet El-Had.Sidi El Hadj Bencherki avait enfanté des garçons et des filles digne de sa réputation et de sa descendance et qui sont : Si El Hadj Mohamed, Si El Hadj Kaddor, Si El Hadj Cheikh, Si El Hadj Abdallah, Si Ziane Ibn Khoukha, Si Brahim, Si El Hadj Maâmar, Si Ahmed El Larbi et Si El Mokhtar, pour ce qui est des filles éduquées et dévouées : Nesma, Yacouta, Meriem et Haoua.

Sidi El Hadj Bencherki avait durant sa vie fait sortir de grands chouyoukhs et enseignants du Coran ; Cheikh El Hadj Belarbi,Cheikh Bendouba (Rouina) Chekh Ben Ahmed. El Hadj Ahmed El Khouli surnommé Belhadj (Sidi Belhadj Des Aribs), Cheikh El Djilali ben abd El-Hakèm et plusieurs autres chouyoukhs répartis à travers la région. 

Comment Sidi Bencherki avait lutté la campagne d’évangélisme dans la région ?

En 1878, Le Curé avait construit une cité qui l’avait prévu pour abriter les familles Algériennes pour les attirer vers l’évangélisation. Il en a fait habiter environ 20 familles qui travaillaient dans l’agriculture. Ensuite, il avait construit une deuxième cité à l’Est de la première cité. Il en avait fait habiter également 22 autres familles. Il existait parmi eux, François, Benaissa et Jean Chérif qui vivaient à Saint Eugène (Alger) et sont venus renforcer et aider les deux sœurs blanches qui étaient chargé de l’éducation, e l’initiation, et de l’enseignement des enfants selon les préceptes du Christianisme. Afin qu’ils puissent grandir et devenir adultes en tant qu’évangélistes. Le Curé avait construit un hôpital à El Attaf appelé Elisabeth. Cette période était très difficile dans presque toute l’Algérie à cause des maladies, de la pauvreté et surtout de la mal nutrition qui ont ravagé presque totalement le pays.

De cette situation, avait émergé beaucoup de malheureux, sans abris et surtout beaucoup d’enfants orphelins qui furent, non seulement recherchés, récupérés mais aussi entretenus par le Curé et ses compères et cela dans toute la région et surtout au niveau du grand Souk d’E- Attaf. Ce Souk était, en quelque sorte le lieu ou bien la plaque tournante de la région. Ils venaient échanger leur marchandise et procéder à des achats. Le Curé profitait de la situation du pays pour rechercher ces pauvres malheureux afin de leur proposer un gîte et un travail et, bien sûr, par la suite, les faisaient découvrir, initier et inculquer la bible et surtout pour les faire embrasser la religion du Christianisme.

Le Curé envoyait soigner les enfants malades à l’hôpital Elisabeth, une fois guéris, ils repartaient vers les Bourg pour les s’initier à l’évangélisme. La Zaouia du Cheikh Bencherki était proche du Souk d’El-Attaf de trois kilomètres. Le Cheikh El Hadj Bencherki avait senti le danger qui guettait les musulmans et l’islam. Alors, dans le secret total, il commençait à s’enquérir de la situation et surtout enquêter et poser des questions autour de lui pour savoir de quoi il en ressort. Et,  c’est ainsi qu’il avait découvert le pot aux roses Il fréquentait le jour du marché la mosquée d’El Atik (actuellement, il porte le nom de Sidi Bencherki) pour enseigner le Coran (Bakara, El Omrane et EL Nissaa). Ensuite, il avait commencé à contrecarrer les plans du Curé et celui des sœurs blanches tout en expliquant à la population les préceptes de l’islam. Et en même d’expliquer aux présents le but et les desseins indéniables établis par le Curé et des deux sœurs blanches.  Il ne rentrait dans sa Zaouia que tard le soir.

Le Cardinale Lavigerie avait su, à travers, son parcours qu’il commençait à ne pas voir les prémices de son plan sur le Christianisme. Il en avait su également que Sidi El Hadj Bezncherki était derrière cette non réussite.

Alors, il envoya une lettre au président Français Louis 14 pour non seulement de dénoncer la stratégie adoptée par un certain Bencherki et cela concernant le Christianisme. Tout ce que j’entreprends pendant la journée, ce personnage le détruit le soir. Auparavant, Les nécessiteux qui se dirigeaient vers les deux cités à Sainte Monique (actuellement Cheikh Ben Yahia) aussi à Saint Syprien (actuellement Sidi Bouabida).Donc, Bencherki était omniprésent avec ses disciples. Lorsqu’au niveau des cités, des morts Algériens sont annoncés, ses disciplines viennent et l’enterrent selon les préceptes de l’islam.

Tentative des Français de séduction et de corruption du Saint pour se l’approprier

Lorsque le Cardinale Lavigerie avait consumé sa défaite, alors, il a aussitôt changé de tactique en voulant à tout prix gagner la sympathie de Sidi Bencherki et surtout en s’approchant davantage du Saint. Un émissaire du Cardinale fut envoyé au Saint pour lui donner l’aide afin de nourrir les pauvres (blé et d’autres appoints) qui commencent à devenir nombreux au niveau de la Zaouia. Dans le but de le détourner de sa véritable mission c'est-à-dire en s’occupant des pauvres malheureux et délaisser la mission noble. Le saint avait refusé l’aide l’entraide en disant que celui qui a créé ne peut justement délaisser. Par contre, je souhaiterais recevoir une aide qui va me permettre de renforcer davantage mes convictions dans le Coran. L’émissaire est retourné, découragé et bredouille d’où il était parti. D’autres possibilités de tentatives de séduction furent à l’ordre du jour, néanmoins le Saint Sidi El Hadj Bencherki trouve toujours des  alternatives pour rendre ses vis-à-vis accablés et abattu.

Première prière du vendredi  au niveau de la Zaouia fut en 1903.

En 1903, la première prière du vendredi au niveau de la Zaouia, après que la région d’El-Attaf et ses environs à plus de 80 km. Entre la ville de Chlef jusqu’à celle de Khemis–Miliana et cela malgré les modernités des villes et villages sans pour autant exister une seule mosquée ni d’ailleurs un lieu de prière pour les 05 prières. Donc, les hommes venaient assister la prière du vendredi des villes et villages environnants à la Zaouia. Depuis, il fut créé un souk (marché) au niveau de la Zaouia pour les besoins de la population. Le Cardinale Lavigerie, toujours à l’affut, a justement profité pour demander au cheikh de construire un grand marché avec des murs qui doit répondre aux aspirations d’un grand marché. Le Cheikh avait répondu que les gens venaient beaucoup plus à cause de la prière du Vendredi et non à cause du marché. Après la mort du Saint sidi Bencherki, Ils ont voulu détruire la Zaouia et construire un autre vrai marché. Les pèlerins avaient refusé cette approche, le marché était resté fonctionnel depuis et sans la destruction de la Zaouia. Et cela jusqu’au début de la 2ième guerre mondiale.      

Le Juif qui avait décidé d’annuler la tenue du marché de la Zaouia.

Un Juif avait acheté le marché d’El Attaf qui se tenait lords de la journée du mercredi et avait voulu et souhaité acquérir le marché de la Zaouia durant la journée du vendredi. Il a proposé aux fils du saint Sidi Bencherki la construction d’un véritable marché. Les fils ont catégoriquement refusé cette offre. Le Juif avait envoyé les gardes et la gendarmerie pour faire disperser la population au niveau du marché de la Zaouia par la force. Tout en saccageant les produits étalés sur le marché. La tenue du marché fut depuis arrêté par contre la prière du vendredi fut maintenue jusqu’à nos jours.

Rôle de la Zaouia dans la vulgarisation des préceptes de l’Islam

Après avoir été nommé président de l’église d’Alger, la priorité était de combattre les représentants du Coran.Il avait demandé au gouvernement de Paris d’interdire aux Algériens l’enseignement du Coran et de leur permettre d’apprendre le Christianisme. La Zaoui de Saint Sidi El-Hadj Bencherki était parmi les autres Zaouias du pays. Les chouyoukhs de la Zaouia du Saint Sidi El Hadj Bencherki étaient tous unanimes pour la continuité à  enseigner le Coran ainsi que d’autres études nécessaires. Et, ils avaient ordonné d’ouvrir des bibliothèques coraniques et cela dans toute la région. Et c’est grâce à la perspicacité et le dévouement de ces chouyoukhs que l’enseignement du Coran fut généralisé à travers toute la région.

Le Saint Sidi E-Hadj Bencherki

Sidi El Hadj Bencherki était avant tout un saint, un véritable pieu, un théologien hors pair, il avait su à travers ses légendes qu’il était un personnage hors pair. Ses présages et visions dans ses pensées comme dans ses rêves furent presque toutes vérifiées et justes.

Les hommes, en général, de cette époque étaient sincères bons, justes et surtout animés d’une intention (Niya) sans précédent. Il était souvent assis sur son genou sur un gros tapis. Tissé avec de la Halfa et sur sa main un chapelet. Sa langue ne cessait de répéter : « La Illaha Illa Allah ». Cette phrase était comme soudée dans sa langue sauf pour aller manger. Où pour dormir. D’ailleurs, il faisait tout le temps le jeûne. Il ne prêtait pas attention aux nombreux présents et cadeaux offerts par la population.

Il refusait tout repas somptueux qui ne pouvait le partager avec les pauvres. Et, où l’offrir à ceux qui étaient souvent auprès de lui. Par contre, si le repas offert semble suffira à un nombre important de présents. Il est divisé en trois partie, une partie sera destinée aux pauvres, la seconde partie ira à ses étudiants quant à la troisième qui, d’ailleurs n’est pas consistante ira pour sa femme et ses enfants. Il était simple et éviter toutes sortes de distinctions le mettant en valeur.

Il avait songé et voulu partir un jour à la Mecque pour y vivre et passer le restant de sa vie. Il est parti sans aviser personne, ses disciples, son entourage et ses amis l’ont intercepté au niveau du Dharih (tombe) de Sidi El Kebir de Blida parce qu’il voulait souvent s’isoler auprès de la tombe de ce grand cheikh. Ils l’ont ramené jusqu’à sa demeure qui est sa Zaouia. Et, c’est comme cela que sa vie fut arrêtée un certain 16 janvier 1923.

Que toutes les Zaouias du pays prennent cet homme comme un exemple dans l’éducation, l’enseignement du Coran, Sa manière de se comporter avec les pauvres comme avec les dignitaires et surtout l’administration Française. Il était, en quelque sorte, un exemple et un modèle à suivre et cela sur tous les domaines. 

Commentaires (2)

blarbi58
  • 1. blarbi58 | 03/08/2017
il y'a enormement d'autres choses, et d'autres aspects de sa vie.
il a fait beaucoup pour cette region mais que des chercheurs etrangers ce sont interresses a sa vie, et a tout ce qu"il a fait.
bon nombre de gens qui habitent juste a cte de son mausole ne savent rien de lui.
Peu etre j'aurai l'occasion d'ecrire quelques choses concernant ce grand homme
marouf
  • 2. marouf | 06/05/2016
mon père me parler beaucoup de ce grand cheikh qui était dans le temps cheikh de mon grand père qui il visité régulièrement a partir de douar draouch près de tighennif dans la wilaya de mascara c'était aussi une zaouiate qui enseigner que le coran il y avait toujours des visite de hadrate a el attaf khemiss meliana mon grand père qui voyager par cheval et charrette de mascara a el attaf était régulièrement allah yerham hadh choyoukh li wasslouna errissala el mohamadia hata wa law kanat aan tarik ezzaouia

Ajouter un commentaire