S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Le tassili n'Ajjer

______________________________

Sans titre 74

Le trésor des fins fonds des sables, il émerge au milieu du Sahara renfermant les meilleures fresques que la nature façonne, donne et partage. Des multitudes de roches exceptionnelles et diversifiées attirent beaucoup de touristes de l’ensemble de la planète. Cela ne peut être que le paradis du tassili Algérien.

Le tassili n’Ajjer est un massif montagneux situé au sud est de l’Algérie, haut plateau aride constitué de grès (grains de quartz liés par la silice, du carbonate de calcium ou de l’oxyde de fer lesquels déterminent sa couleur). A plus de 1 000 mètres d'altitude, s'étendant au centre du Sahara sur 50 à 60 km d'est en ouest, et sur 800 km du nord au sud, soit une superficie de près de 120 000 km², soit le 5e de la France. Sur toute sa surface se dressent des formations rocheuses fortement érodées émergeant des dunes de sables, qui rappellent de loin les ruines de villes antiques. Ce paysage lunaire a été créé et façonné par l'érosion.

Pendant des millions d'années, le sol du Tassili n'Ajjer a été creusé et ravagé par les eaux. Ensuite, lorsque la sécheresse s'installa, ce fut au tour du vent d'user et de frotter et frictionner sans cesse ces roches labourables. Une autre cause de l'érosion ; les températures : La différence entre la nuit et le jour est parfois de cinquante degrés. Les pierres explosent littéralement par l'effet de ces modifications brutales jusqu'à devenir poussière de sable. Le massif est habité par les Touaregs Kel Ajjer. Sa ville principale est Djanet.

Le parc national du Tassili (72 000 km²) est inscrit depuis 1982 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et classé réserve de l'homme et de la biosphère depuis 1986. Des animaux en voie de disparition tels que le mouflon à manchettes et de nombreuses espèces de gazelles y ont trouvé refuge. Il est considéré, à ce jour, comme étant le plus grand musée à ciel ouvert du monde.

On peut apercevoir et constater également dans ce parc national de nombreuses peintures rupestres (notamment dans l'Oued de Djerat et sur le plateau de Sefar) rappelant que le Sahara était autrefois une contrée verdoyante et fertile. Nombreux sont les dessins représentant des troupeaux de bovins menés par des bergers. Le Tassili N'Ajjer est composé de grès (couches superposées de vase et de sable solidifiés) Issus des mers qui couvraient la totalité du plus grand désert du monde. Il y a plusieurs milliers d'années vivaient ici des hommes qui ont laissé la trace de leurs préoccupations quotidiennes ; on trouve, en effet, des scènes de chasse, de danse et de prière etc...

Vue du Tassili n'Ajjer près de Fort Gardel : grès fluviatiles du Paléozoïque (env. 450 millions d'années) en cours d'ensablement par les dunes du grand erg oriental et granite érodé en « boules » au premier plan. Hoggar est une transcription française du terme arabe جبال هقار qui vient lui-même du touareg Ahaggar dont le pluriel Ihaggaren désigne la classe noble chez les Touareg du Hoggar.

Traversé par le tropique du Cancer à 80 kilomètres au nord de Tamanrasset, le Hoggar couvre une superficie d'environ 540 000 km2, soit le quart de la superficie totale de l'Algérie.

À l'est de Tamanrasset s'élève à plus de 2 000 mètres d'altitude un plateau érodé de 250 kilomètre de diamètre composé de coulées de lave, l'Atakor du Hoggar, sur lequel se dressent des volcans dont l'altitude avoisine les 3 000 mètres. Le point culminant du massif, le Tahat avec 2 918 mètres d'altitude,

est aussi la plus haute montagne du pays. Le relief, abrupt et difficile, composé de pitons et de falaises de basalte et de porphyre (pierre ornementale) constitue un lieu apprécié d'escalade.

Les températures élevées de l'été résultent avec celles d'hiver où il peut geler ; les pluies sont rares. Malgré cela, les conditions climatiques inhospitalières sont moins extrêmes que dans le reste du Sahara et le Hoggar. Constituent un lieu de vie de certaines espèces animales et végétales qui permettent de différencier ces montagnes du reste du Sahara. À l'Assekrem, à 80 kilomètres à vol d'oiseau de Tamanrasset, se trouve l’ermitage d'été de Charles de Foucauld, un des nombreux ermites chrétiens qui vécurent au Hoggar ; Foucauld s'y installa en 1911.

Le Hoggar constitue aussi les terres ancestrales du groupe Touareg Kel Ahaggar. Près de la ville de Tamanrasset, dans l'oasis d'Abalessa, se trouve le tombeau de Tin Hinan, une matriarche qui serait l'ancêtre des Touaregs du Hoggar. Selon la légende, Tin Hinan viendrait du Tafilalet, dans les montagnes de l'Atlas, au Maroc.

Sans titre 106

Un bivouac, après une journée de voyage

 

 

 

Hoggar 03012

Désert...lieu des lumières magiques

Sans titre 108   Sans titre 109

Le Tassili du Hoggar, c'est une succession de grands plateaux

L'heure des trois thés traditionnels approche. Selon le dicton des Touaregs :

  • Le premier est fort comme la vie
  • Le second ...Sadek aide moi !
  • Le troisième sucré comme l'amour !

Sans titre 110   Sans titre 111

                                             Randonnée                                                                                       Météorite ?        

Sans titre 112   Sans titre 113

          Au cours de longues heures de marche dans des labyrinthes                                            Vue d'une grotte

Sans titre 114   Sans titre 115

                                             Tout au fond nous trouverons de l'eau

Sans titre 116   Sans titre 117

Fleur de pierre. L'érosion éolienne la fera tomber un jour                   La variété de la forme des roches dans le hoggar est infinie

Sans titre 118   Sans titre 119

  Falaise de près de 100 m de haut au lieu dit "le sous-marin "

Sans titre 120   Sans titre 121

Rencontre du 3e type/ Une chaussure de 30 m! où est l'autre pied ???             Dunes jaunes, dunes jaunes, dunes blanches...

Sans titre 122   Sans titre 123

Petite méditation sur le haut  / Sadek se balade dans le cadre enchanteur de Tagrera, un chaos de blocs de grès semés sur le sable

Sans titre 124   Sans titre 125

           Roches de grès sont fascinantes et dangereuses                                                        Du sable, rien que du sable...

Sans titre 126   Sans titre 127

Courbes féminines du sable jaune et sombres verticales masculines du grès brûlé par le soleil

Sans titre 128   Sans titre 129

            La plus belle des collines au-dessus de Tagrera

Depuis 10 000 ans avant notre ère jusqu'aux premiers siècles, les populations qui se sont succédé ont laissé de nombreuses traces archéologiques, habitats, tumuli et enclos, qui ont livré un abondant matériel lithique et céramique. Toutefois c'est l'art rupestre (gravures et peintures) qui a fait la renommée mondiale du Tassili à partir de 1933, date de sa découverte. 15 000 gravures ont été répertoriées jusqu'à nos jours.  C'est toujours un plaisir de voir ces magnifiques œuvres du passé...

Sans titre 130   Sans titre 131

Sans titre 132   Sans titre 133

Sans titre 134

Sans titre 135   Sans titre 136

La mystérieuse peinture rupestre de Tassili en Algérie

Une peinture rupestre découverte dans le massif de Tassili (Désert du Sahara Algérien) datant de 6000 ans avant J.C. représente un personnage d'apparence non-humaine d'environ 6 mètres de haut muni d'une sorte de scaphandre. Son visage ne possède pas d'oreilles, ni de bouche. On peut remarquer, au-dessus de ce personnage, un objet, qui fait penser à une sorte de disque volant. Cette fresque a été découverte par Henri Lhote en 1956 qui lui a donné le surnom du "Grand Dieu des Martiens".

Sans titre 137   Sans titre 138

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (3)

Kéryma
  • 1. Kéryma | 19/11/2017
Bonjour à tous,

L'heure du thé est un moment sacré!
Djillali, il faut retourner ton verre, sinon on te servira le thé à volonté! Le verre retourné signifie poliment que tu n'en veux plus! (je ne sais pas si on le fait toujours)
J"ai visité Tamanrasset, Ouargla.. Et j"avais 19 ans! Une très belle aventure avec ma très chère défunte amie Nacéra. (Allah yerhamha)
Encore une fois Djillali tu m'enchantes le coeur et l'esprit avec ce voyage magnifique si joliment illustré par des photos superbes.
Et tu m'apprends tellement de choses. J'aime le désert, tout ce sable à perte de vue! Dommage que quelques parts aux alentours, ces messieurs les princes d"Arabie viennent chasser la gazelle et l'outarde un massacre!
Merci cher ami pour ton sujet que je garde précieusement.
Amitié, Kéryma,
nina
  • 2. nina | 18/11/2017
A propos des thés le premier amer comme la mort le second doux comme la vie et le dernier sucré comme l'amour...
Chantal
Un voyage fascinant !

Merci Djillali !

Bonne journée à tous.

Ajouter un commentaire