Les accidents domestiques et l'enfant

Abdallah ayouni mu00e9decin possu00e9dant le certificat du2019u00e9tudes spu00e9cialisu00e9 en u00e9pidu00e9miologie et en hygiu00e8ne hospitaliu00e8re
Dr Abdallah Ayouni, médecin possédant le certificat d’études spécialisé en épidémiologie et en hygiène hospitalière  au journal le Chélif :

Sans titre 14

 Nombreux sont les enfants qui sont exposés aux accidents domestiques, les faits sont là, les services de la santé enregistrent chaque jour de nombreux cas dont certains ne peuvent même pas être imaginés. Les parents oublient vite les recommandations d’usage et ne se soucient réellement de ces dangers qui guettent leurs enfants, et de surcroit de bas âges, que si le drame survient. Pourtant ces accidents domestiques existent et ont endeuillé plusieurs familles. La première cause de mortalité chez les jeunes enfants est due essentiellement aux activités domestiques. Tous les jours, un nombre incalculables d’enfants, de moins de six ans, ils sont vulnérables à ce type d’accidents sinon ils sont victimes de ces mésaventures de la vie courante. Nous avons approché M Abdallah Ayouni, notre médecin spécialiste en épidémiologie et en hygiène hospitalière  pour nous éclairer davantage sur ces mésaventures.

Causes des accidents domestiques …

Notre épidémiologiste souligne que les accidents domestiques endeuillent chaque jour des familles. Ils sont considérés comme la première cause de mortalité chez les jeunes enfants de moins 6 ans. Certaines victimes gardent toujours des séquelles qui sont à l’origine d’handicaps sérieux.

Selon le Dr Abdallah Ayouni, du service de la prévention en épidémiologie et en hygiène hospitalière au niveau de la polyclinique sortie ouest d’Ain Defla, les accidents domestiques représentent un pourcentage très élevé. Parmi ces accidents, on compte également ceux qui surviennent à l’extérieur du foyer familial (routes, aires de jeux et trottoirs) représentent un pourcentage très élevé (des décès qui y sont constatés) des accidents de la vie courante. Les accidents scolaires, les accidents de vacances et de loisirs : ces accidents se traduisent par des chutes, des électrocutions, des suffocations après l’ingestion d’un produit caustique ou de médicaments, des brûlures et des défenestrations…

Les accidents domestiques chez les enfants sont des mésaventures qui peuvent bouleverser le climat paisible d’une famille. De nos jours, nos foyers sont devenus des sources de dangers multiples, à cause des produits caustiques et corrosifs (eau de javel, déboucheur, décapant, esprit de sel, etc..), du gaz butane ou de ville (cuisinière, trépied, chauffage et chauffe-eau. De l’eau (baignoire, grande bassine), De l’électricité (prises murales, multiprises, appareils électriques, voire les jouets électriques), Du feu et les produits chauds (cafetière, eau chaude, lait bouilli, plaques chauffantes et plats chauds), Des ustensiles de cuisines (couteaux, fourchettes, hachoir coupant et tranchant) Des médicaments qui trainent (comprimés antidépresseurs, sédatifs, antibiotiques…) La prévention repose sur la vigilance des parents qui est un premier lien et de toutes les personnes adultes de l’entourage à condition d’avoir une éducation sanitaire basée sur l’information des dangers des accidents domestiques. C’est la seule garantie pour éviter que les enfants soient victimes de ces accidents. Ces erreurs peuvent être fatales conduisant à la mort ou handicapante voire  recevoir un choc psychologique à vie.

De la vigilance…

Le Dr Abdallah Ayouni recommande la vigilance, surtout lors des regroupements familiaux, à l’occasion des fêtes et des mariages. Notre interlocuteur insiste sur les intérieurs de maisons qui représentent également un lieu d’accidents pour les enfants de moins de 15 ans. Les lieux à risques pour les enfants de moins d’un an sont la cuisine, la chambre et ou la salle de bain. Lorsque l’âge augmente, les accidents diminuent surviennent de plus à l’extérieur de la maison. Seules la pédagogie et la surveillance peuvent limiter les accidents domestiques. L’enfant n’a pas de conscience des risques  que provoque par exemple l’électricité. Il est souvent attiré par les prises et risque de mettre ses doigts à l’intérieur et d’y glisser de petits objets en métal. L’enfant ne constate pas le danger, il est souvent attiré par des objets lumineux ou multicolores.

C’est pourquoi, il est essentiel que les parents adoptent les bons gestes, ne pas créer des situations à risques (chaise près d’une fenêtre, produits toxiques transvasés dans une bouteille d’eau minérale, appareils électroménagers branchés et sans surveillance…), il faut faire preuve de pédagogie et non punir ou gronder un enfant. Cette méthode  ne lui fait pas prendre conscience du danger. Pour qu’il en prenne conscience du danger, il faut le lui expliquer calmement.

A chaque étape de développement, il faut veiller à la sécurité de l’enfant et lui apprendre comment éviter les dangers  avec des mots et des gestes adaptés à son âge. A chaque fois que l’enfant grandit, les moyens correspondant à sa sécurité doivent suivre. A trois ans, l’enfant prend de l’assurance et se dépense beaucoup. Il parle et comprend de mieux en mieux. Il fait la différence entre ce qui est permis et de ce qui est interdit mais il n’est pas capable de mesurer les risques qu’il prend et les accidents sont souvent plus graves. 

Ajouter un commentaire