Les conséquences de l'hypertension artérielle

Abdallah ayouni mu00e9decin possu00e9dant le certificat du2019u00e9tudes spu00e9cialisu00e9 en u00e9pidu00e9miologie et en hygiu00e8ne hospitaliu00e8re
Dr Abdallah Ayouni, médecin possédant le certificat d’études spécialisé en épidémiologie et en hygiène hospitalière :

Sans titre 1 pngs

Introduction

Elle est considérée comme l’élévation anormale du chiffre de tension (la systolique et la diastolique). C’est une pathologie qui est considérée comme une maladie chronique et n’est pas dénudé  de complications telles que l’hémorragie cérébrale entrainant parfois une hémiplégie c’est-à-dire un handicap moteur de la moitié du corps. 

Le Dr Abdallalh ajoute que l’hypertension se définit aussi comme une pression artérielle augmentée de manière chronique. La grande majorité des personnes présentant une hypertension artérielle ignorent qu'elles en sont atteintes car l'hypertension artérielle évolue sournoisement au fil des années. L'hypertension artérielle est la maladie cardiovasculaire la plus fréquente et en représente le facteur de risque le plus important. Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité. La pression artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. On parle aussi de tension artérielle, car cette pression est aussi la force exercée par le sang sur la paroi des artères, elle tend la paroi de l'artère, la « tension » dans la paroi de l'artère résulte directement de la « pression ».

L'unité internationale de mesure de pression est le pascal (Pa). Toutefois, l'usage fait que la pression artérielle est souvent mesurée en centimètres de mercure (cm Hg), parfois en millimètre de mercure (mm Hg).

Elle est exprimée par deux mesures :

  • La pression maximale au moment de la contraction du cœur (systole)
  • La pression minimale au moment du « relâchement » du cœur (diastole).

Cela explique la grande variabilité des valeurs de la tension d'une minute à l'autre chez le même individu : en gros, l'effort et le stress font augmenter la pression artérielle, le repos le fait diminuer.

Les symptômes et causes …

Les symptômes courants et communs céphalées (maux de tête, vision floue, sensation de chaleur au niveau du visage, parfois nausée et vomissements. A noter que l’examen de l’individu ne présente aucune anomalie mis à part l’élévation du chiffre de tension (la systolique supérieur à16 et la diastolique supérieur à 9. Certains examens complémentaires sont nécessaires parfois et pouvant être objectives (bilan sanguin, électro cardiaque, radio du thorax) etc…     

L’hypertension primaire (ou « essentielle ») représente environ 90 % des cas. Elle est causée par une multitude de facteurs dont les effets s’accumulent avec les années. Les principaux sont liés à l’âge, à l’hérédité (surtout pour les hommes) et aux habitudes de vie. Ainsi, l’obésité, la sédentarité, le tabagisme, l’abus d’alcool et le stress contribuent à l’hypertension artérielle. Ce type d’hypertension apparaît le plus souvent graduellement à partir de 50 ans, mais peut aussi avant cet âge. Une forte consommation de sel est également associée à une élévation de la pression artérielle. Or, selon une enquête, on enregistre plus de 85 % des hommes et 60 % des femmes ont un apport en sel ou sodium qui dépasse la limite supérieure recommandée de 2 300 mg par jour.

L'hypertension secondaire peut résulter d’un autre problème de santé, comme un problème rénal ou endocrinien ou une anomalie congénitale de l’aorte. Elle peut aussi provenir de l’usage fréquent de certains médicaments, par exemple les anti-inflammatoires, qui créent une rétention d’eau et de sel, les bronchodilatateurs, qui ont un effet stimulant sur le cœur et les décongestionnants nasaux, en raison de l’éphédrine qu'ils contiennent (une substance dont l’effet ressemble à celui de l’adrénaline sécrétée en situation de stress). Elle peut aussi provenir de la consommation de drogues illégales, telles la cocaïne et les amphétamines. L’hypertension secondaire apparaît plus soudainement et la tension artérielle est souvent plus élevée.

Les facteurs de risques …

L’âge, le surpoids, le régime alimentaire, la sédentarité, le tabagisme et l’aspect héréditaire.   

Quelle est la tension artérielle idéale ?

Beaucoup de questions taraudent notre esprit quant aux symptômes, diagnostic, alertes, et surtout comment éviter d’avoir cette maladie ainsi que les traitements y afférents. Comment le prévenir ? Les signes d’alertes ? Les effets secondaires de la maladie ? etc… : Il vaut mieux avoir un chiffre de tension le plus proche possible de 12/7. C'est une pression artérielle qui va conduire à avoir une espérance de vie sans maladie cardiovasculaire.

Les statistiques ont déjà montré par le passé que le chiffre de tension tournait autour de  14/9 alors qu'il y a 40 ans, dans les années 60, la définition de l'hypertension artérielle, jusque dans les années 90, était de 16/9,5. Depuis 25 ans, on sait que 14/9 est un seuil à partir duquel le risque de la maladie cardiovasculaire augmente de façon très sérieuse et il faut intervenir surtout dans les formes où les patients n'ont pas de symptôme. Si on ne fait rien quand ils n'ont pas de symptôme, on interviendra à la suite d'une complication cardiovasculaire, dont certaines provoquent des handicaps très sévères. La mode est liée au vieillissement de la population. Quand on vieillit on élève son chiffre du haut, c'est normal. En fait, cela conduit à observer de nombreuses hypertensions artérielles dans les populations âgées et très âgées. Car le seul fait d'être un survivant aux maladies, aux infections et aux cancers… vieillit nos artères. Et lorsqu’  une artère vieillit le chiffre du haut s'élève alors que le chiffre du bas ne s'élève pas. Le chiffre du haut (systolique) est probablement le chiffre le plus important à considérer pour le contrôle de la pression artérielle. Il faut donc que ce chiffre soit à moins de 140 (mm). (14 cm).

Pathologie

Si elle est trop haute en permanence, il s'agit d'une hypertension artérielle. Si elle est trop basse, on parle d'hypotension. Si elle est effondrée, on parle de collapsus cardio vasculaire, pouvant entraîner un état de choc. Si elle n'est augmentée qu'en présence d'un médecin, on parle d'effet « blouse blanche » Si les deux chiffres (maxima et minima) sont écartés de moins de 4 cm Hg, on parle de « tension pincée ».

L’hypertension artérielle

L'hypertension artérielle, ou haute pression sanguine, se caractérise par une pression anormalement forte du sang sur la paroi des artères. En situation de stress ou durant un effort physique, il est normal que la tension artérielle s’élève. Mais chez les personnes hypertendues, la tension reste élevée en tout temps, même au repos ou en l’absence de stress.

À long terme, l’hypertension artérielle est un important facteur de risque pour plusieurs maladies.

  • Troubles cardiaques et vasculaires (angine, infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral). Une tension artérielle élevée signifie que le sang exerce une pression plus forte sur la paroi des artères, ce qui les fragilise et augmente le risque que l’artère se bloque par athérosclérose.
  • Insuffisance cardiaque. En imposant un surcroît de travail au cœur, l’hypertension artérielle peut provoquer un épuisement du muscle cardiaque.
  • Problèmes aux reins (insuffisance rénale) et aux yeux (lésions à la rétine pouvant mener à une perte de la vue). Encore une fois, en raison de la fragilisation des vaisseaux sanguins.

Comme l'hypertension artérielle ne s’accompagne généralement d’aucun symptôme, un nombre important d’hypertendus ignorent leur état - c’est d'ailleurs pourquoi on la surnomme le « tueur silencieux ».

Mieux comprendre la mesure de la tension artérielle

La tension artérielle se compose des pressions systolique et diastolique, lesquelles sont mesurées en centimètres de mercure, ou en millimètres Hg.

  • La pression systolique correspond à la pression du sang quand le cœur se contracte et envoie le sang dans les artères. Elle assure un apport de sang partout à travers le corps.
  • La pression diastolique est la pression qui continue de s’exercer sur les artères entre chaque contraction. À ce moment, le cœur se détend et reprend son volume, ce qui permet aux cavités cardiaques de se remplir de sang. Cette pression tend à augmenter avec l'âge, mais passé le cap de la soixantaine, elle diminue graduellement en raison de l'affaiblissement des vaisseaux sanguins du corps.

Ainsi, lorsqu’on parle d’une tension de 120/80, 120 en cm (12/8 en mm) correspond à la pression systolique, et 80 à la pression diastolique.

Qu’est-ce que l’hypertension ?

La pression artérielle est le résultat d'interactions complexes entre différents systèmes. Pour simplifier, on peut voir la pression par rapport au débit de sang et la résistance à son passage dans les vaisseaux due à sa viscosité. Le débit cardiaque dépend directement de la fréquence et de la force de contraction du cœur ainsi que d'autres facteurs. L’hypertension, ou tension artérielle élevée, est une maladie dans laquelle les vaisseaux sanguins subissent en permanence une pression élevée. Le sang est transporté dans les vaisseaux, depuis le cœur vers toutes les parties du corps. Chaque fois que le cœur bat, il envoie du sang dans les vaisseaux. La tension artérielle est créée par la pression du sang contre les parois des vaisseaux sanguins (artères) tandis qu’il est expulsé par le cœur. Plus la pression est élevée, plus le cœur doit pomper.

 Pourquoi l’hypertension est-elle dangereuse ?

Plus la pression artérielle est forte, plus le risque est élevé d’endommager le cœur et les vaisseaux sanguins au niveau des organes essentiels comme le cerveau et les reins. Si elle n’est pas contrôlée, l’hypertension peut entraîner une crise cardiaque et un grossissement du cœur, aboutissant à une insuffisance cardiaque. Les vaisseaux sanguins peuvent développer des renflements (anévrismes) et des points faibles qui favorisent leur obstruction et leur rupture. La pression dans les vaisseaux sanguins peut provoquer une hémorragie cérébrale et un accident vasculaire cérébral. L’hypertension peut également être à l’origine d’une insuffisance rénale, d’une cécité et d’une déficience cognitive.

Les conséquences de l’hypertension pour la santé peuvent être aggravées par d’autres facteurs qui augmentent les risques de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’insuffisance rénale. Ces facteurs sont notamment le tabagisme, la mauvaise alimentation, l’usage nocif de l’alcool, le manque d’activité physique et l’exposition à un stress permanent, ainsi que l’obésité, l’hypercholestérolémie et le diabète sucré.

Connaissez-vous vraiment votre tension artérielle ?

13/7, 14/9, 12/6 ? A quoi correspondent ces chiffres ? A partir de quel seuil faut-il nous inquiéter ? Quand parle-t-on d'hypertension artérielle ou d'hypotension ?

On compte plusieurs millions d'hypertendus dans le monde mais beaucoup ; beaucoup d’entre eux l'ignore. S'il n'existe pas de symptôme apparent ? Les conséquences à long terme peuvent être graves ?. Il est donc indispensable de contrôler régulièrement votre tension artérielle ! Lorsque le médecin prend votre tension, il vous donne 2 chiffres. Le premier correspond à la pression artérielle systolique et le second à la pression artérielle diastolique : 
Le sang circule dans votre corps grâce au cœur qui joue un rôle de pompe. Lorsque le cœur se contracte, il expulse et pousse le sang dans les vaisseaux. La pression du sang est alors maximale, on parle de pression systolique. Lorsque le cœur est au repos, entre deux contractions, la pression dans le sang redevient minimale, c'est la pression diastolique. 

Conséquences de l’hypertension !

Si votre tension est supérieure à 14/9 au repos, au calme et ceci sur plusieurs semaines, on peut parler d’hypertension Les conséquences sont multiples et peuvent toucher différents organes : tels que :

  • Le cerveau : l'hypertension est le plus gros facteur de risque des accidents vasculaires, que l'on appelle aussi " attaque cérébrale ". Une personne hypertendue multiplie par 10 ce risque !
  • Le cœur : l'hypertension augmente le risque d'infarctus du myocarde
  • Les artères : l'hypertension les rend plus rigides
  • Les reins : l'hypertension peut entraîner une insuffisance rénale

Et l'hypotension ?

Avoir une tension plus basse que la normale, ce n'est pas dangereux pour la santé. Au contraire, cela présente une protection vis-à-vis des pathologies cardiovasculaires. En revanche, si vous avez souvent des malaises ou des vertiges notamment en passant de la position assise à la position debout alors il faut en parler à votre médecin. 

Diagnostic

Avant d'établir un diagnostic d’hypertension artérielle, le médecin mesure la tension artérielle à quelques reprises, durant des visites successives. En effet, elle peut varier au cours de la journée en fonction des activités, et varier d'une fois à l'autre. Il est assez fréquent que, sous l’effet du stress ou de la nervosité, la tension grimpe de façon significative lorsqu'un patient entre dans le cabinet de son médecin et que sa tension redescende lorsqu'il en ressort. On parle alors du « syndrome de la blouse blanche ». Pour éviter ce type de réaction, le médecin peut proposer au patient de mesurer lui-même sa pression artérielle, chez lui, à l’aide d’un tensiomètre.

Une fois les valeurs fiables obtenues, le médecin peut poser un diagnostic : une personne dont la pression est égale ou supérieure à 140/90 souffre d’hypertension artérielle. Mentionnons que les personnes atteintes du diabète ou d’une maladie rénale devraient idéalement maintenir une tension artérielle qui ne dépasse pas les 130/80.

 Comment l’hypertension peut-elle être prévenue et traitée ?

 Le traitement consiste en général à traiter la cause tout en baissant la chute de tension. Concernant le traitement   adjuvant il repose sur l’hygiène de vie, le régime alimentaire, les exercices physiques, la lutte  contre le stress, l’arrêt des mauvaises habitudes  (tabac, café) etc…La prévention de complications repose également sur le contrôle systématique de la tension et le suivi médical rigoureux.

Tous les adultes devraient faire contrôler leur tension artérielle. Si cette dernière est élevée, ils doivent consulter un agent de santé. Certaines personnes parviennent à limiter leur tension artérielle en changeant de mode de vie, par exemple en arrêtant de consommer du tabac, en mangeant sainement, en faisant régulièrement de l’exercice physique et en évitant l’usage nocif de l’alcool. Réduire sa consommation de sel peut également avoir un effet positif. Pour d’autres, ces changements ne suffisent pas et la prescription de médicaments est nécessaire pour limiter la tension artérielle. Les adultes peuvent renforcer le traitement en prenant les médicaments conformément aux prescriptions et en surveillant leur santé. Tout le monde peut prendre cinq mesures concrètes pour diminuer autant que possible le risque de souffrir d’hypertension et des conséquences liées à la maladie.

  1. Adopter une alimentation saine :
    • promouvoir un mode de vie sain, l’accent étant mis sur la nutrition adéquate des nourrissons et des jeunes.
    • réduire sa consommation de sel à moins de 5 g par jour (un peu moins d’une cuillère à café).
    • manger cinq portions de fruits et légumes par jour;
    • réduire sa consommation de matière grasse totale et de graisses saturées.
  2. Éviter l’usage nocif de l’alcool, c'est-à-dire limiter sa consommation journalière à un verre standard maximum.
  3. Pratiquer une activité physique:
    • pratiquer une activité physique régulière et encourager l’activité physique chez les enfants et les jeunes (au moins 30 minutes par jour)
    • maintenir un poids normal: perdre 5 kg de surpoids peut réduire de 2 à 10 points la tension artérielle systolique.
  4. Arrêter la consommation de tabac et l’exposition aux produits du tabac.
  5. Gérer le stress de façon saine, notamment par la méditation, l’exercice physique approprié et les relations sociales positives.

 En revanche, et selon l’OMS au niveau de l’Afrique, on estime que plus de 40% (voire jusqu’à 50%) des adultes dans de nombreux pays ont de l’hypertension artérielle et cette proportion augmente.

 Dans les pays en développement, nombre des personnes dans ce cas ne sont pas diagnostiquées et ne bénéficient donc pas du traitement qui pourrait réduire sensiblement le risque de décès ou d’incapacités dues aux cardiopathies ou aux accidents vasculaires cérébraux.

 Conclusion

 Le Dr Abdallah Ayouni insiste sur les recommandations suivantes :

  • Apprenez à mieux comprendre la mesure de votre tension (si le sujet dépasse les 40 ans).
  • Adopter une alimentation saine.
  • Éviter l’usage nocif de l’alcool.
  • Pratiquer une activité physique.
  • Arrêter la consommation de tabac et l’exposition aux produits du tabac.
  • Gérer le stress de façon saine, notamment par la méditation, l’exercice physique approprié et les relations sociales positives.

NB : Les articles sur les (diabète et la hypertension artérielle) furent demandés par nos anciens amis du site.

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (3)

leila
  • 1. leila | 20/06/2016

voila jai 50 ans je suis hypertendu cette foiis ci ma tension est monte 18,9 et depuis jai des douleurs inssuportable plus des contractions tres doulereuse du bas du cote drit du crane et encore plus lorsque je m;enerve meme tres peux expiquer moi SVP, si je dois passer IRM ALGER 20 JUIN 2016

kéryma
  • 2. kéryma | 23/04/2015

Bonsoir tout le monde!
Je prends un médicament à vie! J'ai de l'hypertension, et j'ai failli en mourir en 2013 suite à une contrariété!
Encore une fois docteur et Djillali très bon sujet et très bonnes informations!

Kéryma,

sweetlilou

Le contrôle de la tension, c’est une habitude qui peut devenir importante pour certaines personnes, par exemple, pour les personnes souffrant de diabète. Dans ma famille, nous sommes quasiment tous concernés, et donc sensibles à la prévention.

Ajouter un commentaire