Facebook the green dressing 3 Images 4

D

Les platanes de Miliana

_____________________________________

Les platanes sont un groupe d’arbres de la famille des Platanacée qui comprend une dizaine d’espèces. La plus répandue est un croisé, le platane commun largement utilisé comme arbre d’alignement pour orner les places et les rues.

Les platanes sont de grands arbres qui peuvent atteindre entre 25 et 55 m de haut pour 25 mètres d'étalement, et qui parfois peut dépasser entre 8 jusqu’à 12 m de diamètre. Ils possèdent une durée de vie de plusieurs siècles dans un sol humide. Le platane peut vivre jusqu’à 4000 ans.

La rue Emir Abdelkader (St Paul), le jardin Magenta et ...

Miliana, fut toujours cette ville qui au détriment de certaines autres villes ou villages, qui avait vu, au passage, planter, naitre et grandir ce type d’arbres qui le platane.

Miliana fut aussi cette ville qui jaillissait des profondeurs d’une région où il faisait très chaud. La température, en été, pouvait atteindre les 45 °C. Il faisait très chaud, une chaleur étouffante et même suffocante. De ce four incandescent et brûlant, la ville de Miliana, à l’instar des autres villages de la région, offrait à ses habitants un climat doux, tempéré et modéré.

  Cette différence était due exclusivement à cause des hauteurs sur lesquelles Miliana était couvée et aussi grâce aux multiples arbres de platane qui ne cessaient d’apporter ce vent doux ainsi que cette brise et cette fraicheur qui rendaient les Milianais heureux et enchanté. N’oublions également pas que la région (le mont du Zaccar et les alentours de Zougalla en furent pour quelque chose.

 Ces arbres qui sont les platanes furent plantés et alignés, de part et d’autres des rues, afin de composer avec un ornement parfait et sans oublier l’ombrage ressemblant beaucoup plus à un refuge (rue Saint Paul et autres recoins). Donc, ces platanes ont également donné à la ville de la clarté, les lumières qui pénètrent à travers les feuillages et donnaient aux gens cette espèce de tiédeur et de douceur qui n’existait nulle part.

 Parlons-en justement de ces arbres de platanes qui ont fait de Miliana ce qu’elle était devenue durant toutes ces années. Avec ces maisons et villas aux tuiles rouges avec un agencement que l’on ne pouvait retrouver ailleurs. Un climat doux tempéré avec des gens qui ont le sens du goût et l’art culinaire. Ils ont su à travers les temps, peut être les romains y sont pour quelque chose, e cultiver cet amour pour le basilique et la menthe.

 

 

Ces deux ingrédients à eux seuls démontrent et dénotent que nous avons affaire à des habitants qui savent et sachent ce que c’est vraiment « El Hdhar »

Les gens des villages limitrophes aimaient beaucoup venir visiter la ville millénaire, visiter le saint patron sidi Ahmed Benyoucef, le jardin et se dégourdir le long de ces ruelles bien ajustées et bien présentées. Les mines du mont Zaccar à ciel ouvert faisaient la fierté des Milianais, ces mines étaient renfermaient l’histoire de la ville, de ces grands mineurs, de ce fer extrait des profondeurs du djebel qui est le Zaccar.

Mémoires, souvenirs...

Un jour, un ami me racontait avec tristesse les moments de sa jeunesse à Miliana, il n’arrêtait pas de se poser pas mal de questions sur sa ville natale. Il se rappelait encore de ces platanes, de ces ruelles, de ses amis, de ces vieux et surtout de son quartier, de ses parents et de ses ancêtres.

Il parlait de Miliana avec beaucoup de regrets. Qui pourrait te redonner ta véritable apparence et les couleurs d’antan ? Dis-moi ce que je pourrais faire pour toi pour que tu puisses te métamorphoser comme avant ? Je ne cesse de penser à tes blessures et tes décadences. A regarder tes rues, les murs, les maisons, les routes, leurs alignements et surtout leurs aspects lumineux ? Les fêtes de cerises étaient, à l’époque, édifiées sur un style et configuration exceptionnelle. Il n’y avait que Miliana qui pouvait couver ce genre de rencontres. La rue Emir Abdelkader, autrefois rue Saint Paul. Adorable boulevard aux étroits accotements et où se rejoignent, jusqu’à nos jours, de robustes et d’imposant platanes dont les sommets se rattrapent pour former en haut une voute. Quel formidable refuge et surtout quelle douceur pendant l’été. Je ne saurais comment accepter ce délabrement et cet anéantissement.

Il ne pouvait et cesser de répéter comment aider sa ville natale. Afin de la revoir sous un autre et véritable angle que celui qui existe maintenant. Il ne cesse de s’enfermer dans le passé tout en se rappelant les bons souvenirs d’autrefois. Lorsqu’il s’assoupit, il revoie les images cependant lorsqu’il se réveille, il referme aussitôt ses yeux. La beauté de sa ville et le climat doux et tempéré dépasse toute espérance. Il termine en disant : pauvre Miliana, je pleure ton avenir et je renchérie ton passé.

Les arbres de platane sont des arbres d'alignement par excellence, le platane fait partie de nos paysages urbains. Il s'agit certainement de l'arbre le plus connu et le plus reconnaissable par la majorité des personnes, pourtant il cache encore des zones d'ombres que nous allons tenter de percer ensemble.

Caractéristiques générales

Les platanes sont de grands arbres pouvant atteindre de 25 à 55m de haut. Dont les caractéristiques générales diffèrent peu d’une espèce à une autre. Ils ont une durée de

vie (plusieurs centaines, voire dix siècles et plus). Dans un sol suffisamment humide, le platane peut vivre jusqu’à 4000 ans.

Leur écorce caractéristique se fissure en écailles dégageant et laissant apparaitre le liège. L’aspect de peau de serpent de l’écorce est assez particulier. Les feuilles sont caduques, alternés assez grandes de 15 à 25 cm de long) presque aussi larges que longues et de consistance assez ferme, voire coriace. Elles sont à nervation pédalée et comptent trois, cinq ou sept lobes aigus plus au moins profondément séparés.

Les fleurs, très petites sont dépourvues de calice et de corolle. Elles sont réunies en chatons ou capitules globuleux. Elles fleurissent assez tôt en mai. Les fruits sont akènes, généralement velus réunis en boules pendantes qui murissent à l’automne. Le bois est dur et lourd de couleur d’un brun rosé.

Histoire du platane

Au Royaume uni, dans le comté de Dorset à environ 80 kilomètres à l’ouest de Southampton, dans le parc de l’école privée Bryantton School vit encore un platane croisé et planté en 1749 pour commémorer le centenaire de la mort tragique du roi Charles 1er. Croisement entre un platane occidental et un platane oriental, il est présenté par comme ayant une circonférence à hauteur d’homme de 6,95 met une hauteur totale de 51 m. Largement utilisé comme arbre d’alignement, ils ont été récemment répandus dans le monde par la culture.

Utilisation

Usage médicinal : un ouvrage arabe du XII siècle, le traité d’abou Hamid Mohammed ben Ali Omar dit Al Samarkandi (né à Samacan de la seconde moitié du XII siècle) dit que la feuille de platane peut être utilisée comme un pansement contre les tumeurs chaudes et graves.

Arbres d’ornement : plusieurs espèces sont plantées comme arbres d’ornement urbain et d’alignement le long des rues et des routes. Ce sont des arbres qui supportent bien l’étalage et les conditions de vie en milieu urbain.

Production de bois : Le bois des platanes, clair, dur et ferme, peut être utilisé en menuiserie. Certains bois de platane sont coupés obliquement par rapport au fil du bois prennent un aspect noir quand ils sont polis .Il ressemble au bois du Hêtre et résiste mieux que le bois de l’hêtre humide, mais est plus facilement attaqué par les insectes.

Considéré comme étant difficile à travailler, il et peu employé, sauf en Orient : on peut faire des travaux d’ébénisterie, de menuiserie, de charronnage. En Europe, il sert surtout pour les intérieurs des meubles (casiers, tiroirs).

Légendes et traditions

Dans la mythologie Grecque, le platane est un symbole de la régénération (l’écorce se régénère par plaques) Il aurait servi à construire le célèbre « Cheval de Troie.

Maladie des platanes

De nouvelles techniques sont développées pour soigner les maladies qui s’étendent facilement dans les populations clonales, obtenues par une multiplication végétale.

Les platanes sont sérieusement menacés par un micro champignon responsable de la maladie du chancre coloré. Cousin de l’ennemi des ormes, ce parasite est originaire des Etats Unis, où il a été décelé des 1929, il a très probablement été introduit sur la façade européenne de la méditerranée lors   des opérations militaires de la fin de la seconde guerre mondiale, avec les caisses en bois d’armement américain. Si le parasite est d’abord resté latent pendant près de 15 ans.

Ravageurs des platanes

  1-Tigre du platane, punaise exotique envahissante : pullule affecte les feuilles.

  2-Une punaise exotique de la famille des lygacidae mais qui ne cause pas de dégâts.

1- Origine : Existant en Europe, le platane d’Orient, le platane disparait à l’ère glaciaire. Le platane d’Occident (peu courant en Europe) et le platane d’Orient (planté par les Romains, en Italie, vers l’an 390 av. J.C) évolue différemment (on appelle de la spéciation) Ils sont introduits en Angleterre par le jardinier du roi, Tradescent (jardinier de père en fils) et hybridés vers 1650, pour donner le platane commun ou platane à feuilles d’érable. Le plus courant en France.

2-Durée de vie : de 500 à 2000 ans, très exceptionnellement. Le platane d’Hippocrate à Cos, dans le Dodécanèse en Grèce, a plus de 2000 ans ; il mesure 14 m de circonférence.

Et se compose de plusieurs troncs au bois abîmé.

3-Taille maximum : 45 à 51 mètres de hauteur

4-Croissance : rapide 

5-Tronc : pouvant atteindre un diamètre impressionnant sur les sujets âgés

6-Ecorce : Caractéristique qui se fissure en écailles dégageant des zones jaunâtres, l’aspect de peau de serpent de l’écorce est assez particulier

7-Feuillage : Caduc, grandes feuilles, 3 à 7 lobes peu dentés. Les nervures ne partent pas toutes du même point. Les jeunes poussent sont couvertes de poils marrons qui restent un certain temps sur les feuilles, se mêlant aux graines poilues qui se libèrent des fruits de l’année passée. Les feuilles sont grandes, coriaces, difficilement putrescibles 

8-Fleurs : Unisexuées, réunies en capitules sphériques pendant au bout d’un long pédoncule.

Risque de pollen allergisant : moyen (dépend des régions : plus fort dans les régions sèches, les fruits sont des petits akènes entourés d’un duvet qui facilite la dissémination par le vent. Ils sont groupés en boules ou glomérules.

Légendes et traditions

Arbre de vie, la mythologie et la symbolique du platane commun sont rattachées au platane d’Orient. Le platane est associé à Gaia (déesse mère de la terre cher les Crétois et les Grecs) et à Tanit (déesse de la fertilité chez les Cartaginois) sa feuille en forme de main est la manifestation de la présence divine. Dans la mythologie grecque, le platane est un symbole de la régénération.

La ville de Miliana par l’image …

Le grand hôtel

Place du Monument aux morts 

Vue générale des Villas (Quartier Nord)

La pointe des Blagueurs 

Musée de l’Emir Abdelkader-Miliana

 

Hôpital

Ex : Sous-préfecture

 

Vue aérienne de Miliana

La pisicne municipale

Cour et fontaine de la mosquée

Plaine du Chellif vue des hauteurs

Musée de l’Emir Abdelkader-Miliana

Place Carnot

Que Miliana redevienne la ville d’antan, que ses vrais enfants puissent faire la promesse, le vœu et le vouloir afin de lui redonner son attraction d’antan.

Par DEGHRAR Djillali

Ajouter un commentaire