Facebook the green dressing 3 Images 4

Quand le citoyen perd les bonnes habitudes,

_________________________________________

Sans titre 57

La plupart des consommateurs prennent leur café dans des gobelets en carton. Les gobelets à café sont partout, ils inondent littéralement les rues, les caniveaux, les trottoirs et les plates-bandes des espaces verts. Ils font carrément concurrence aux sachets en plastique que l’on retrouve partout eux aussi.

Les gobelets jetables en papier renforcé sont très pratiques. Ils ont remplacé les verres (en verre) dans la plupart des cafés, fast-foods et pizzerias. Une fois vides, ils peuvent être pliés, écrasés dans la main et jetés dans une poubelle. Ils peuvent également être recyclés mais cela ne se fait pas encore chez nous, hélas. Ces gobelets sont censés être économiques et écologiques. Ils commencent à devenir très embarrassants et encombrants vu qu’ils envahissent notre entourage et encore notre environnement. En effet, on les trouve un peu partout dans la nature. Les rues de nos villes en sont saturées.

Ce qui est vraiment grave, c’est que ces gobelets sont souvent jetés au niveau des trottoirs, ils sont posés négligemment sur des murets, sous les arbres et dans les jardins publics. Parfois à moitiés remplis. Dès fois, une légère brise pourrait renverser le gobelet et qui laisserait échapper quelques gouttes de ce nectar. Des visions que l’on ne pourrait pas supporter et accepter. Y a-t-il une raison qui expliquerait ce phénomène ? Certainement pas, ce sont les nouvelles habitudes de consommation. Un comportement qui renseigne combien le chemin reste long pour que le civisme reprenne vraiment place dans notre société.

Les consommateurs ont pris l’habitude de prendre leur café dans un gobelet. Ils prennent souvent avec eux la tasse de café ou de thé à la main, ils se promènent avec, s’assoient sur des bancs publics ou sur les bordures de trottoirs, sirotent leur café puis, comme si de rien n’était, le balance n’importe où. Le téléphone portable dans la main gauche, le gobelet dans la main droite, le jeune en train de dandiner dans la rue et le plus souvent en titubant, ils aspergent les passants avec le café contenu dans le gobelet. Des excuses sont formulées et c’est tout. Néanmoins, aucune réflexion pour justement apporter une parade afin d’éviter ce genre de tamponnements. Très rares sont ceux qui jettent le verre en carton dans une corbeille ou dans une poubelle.

Habituellement, ce sont les automobilistes qui jettent à partir de leur véhicule le gobelet à moitié rempli et autres emballages d’aliments ou de cigarettes, voir le tabac à chiquer. « Parcourir les rues avec un gobelet à la main rempli de café, c’est du jamais vu, c’est écœurant et pas civilisé », nous dit un citoyen qui ne comprend pas comment les gens peuvent être aussi négligents, insoucieux et peu regardants. Selon, lui, un café, généralement, se prend attablé et dans une tasse afin que l’on puisse le déguster convenablement. D’ailleurs, on prend un café toujours à table, avec les copains ou en famille. L’arôme dégagé nous fait enivrer. Dehors, avec le gobelet, l’arôme se dissipe rapidement en l’air.

Un autre citoyen abordé nous révèle que connaitre l’art culinaire c’est aussi apprécier le goût et l’arôme d’un café dégagé par le café. Prendre un café avec les copains ou en famille pendant les moments de détente est un rare moment de plaisir et de détente. Un troisième citoyen, quant à lui, estime que prendre un café relève plus de la spiritualité que de l’acte de le consommer. Cela donne du réconfort, c’est reposant et cela fait bien digérer après un repas.

Ce n’est pas donné à tout le monde de savoir prendre un café ou bien un thé. Dès fois, on voit à longueurs de journées, des citoyens qui consomment du café ou du thé, de manière désordonnée, sans pour autant en apprécier le goût. Pour certains, c’est un moyen de faire passer une cigarette,  pour d’autres, c’est plutôt le goût du sucre qui leur fait envier le café.  De nos jours, on boit le café comme on boit de l’eau. Donc on n’apprécie guère ses bienfaits comme ses privilèges et avantages. Le prendre dans un gobelet en carton, c’est insulter les grands maîtres de torréfacteurs qui usent de subtiles techniques et d’un savoir–faire éprouvé pour nous faire apprécier son goût. Mais le progrès est ainsi fait. Du moins, chez nous. 

Ils ont dit :

Abdelkader Chouchaoui : retraité : « C’est vraiment désolant de constater tout cela ».Parcourir les rues avec un gobelet à la main rempli de café, c’est du jamais vu, c’est écœurant et pas éduqué. Un café, généralement, cela se prend à table afin qu’on puisse l’apprécier décemment.   

Makhlouf Amokrane dit Youcef, retraité : « Nos avons perdu presque tous nos repères ». Si c’était justement à cause du café versé dans des gobelets, on peut fermer les yeux, mais il y avait aussi beaucoup d’autres choses plus sérieuses et importantes. 

Khaled Roudali : « prendre du café, c’est beaucoup plus spirituel ».Cela est réconfortant, c’est relaxant et cela fait justement bien digérer. Prendre un café ou un thé cela doit être une véritable culture. C’est vraiment dommage de constater tout cela, le progrès commence  à perdre sa grandeur et de sa notoriété…

Sans titre 91

  Sans titre 16

Sans titre 21

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (5)

keryma
  • 1. keryma | 10/06/2016

Bonjour cher ami Djillali,

Encore un sujet sur lequel tu "colles" la vérité sur nos concitoyens, eh ces fameux gobelets mais pas que, il y a les mégots de cigarettes qui les agrémentent sur les sols, on les trouve partout comme les sachets en plastique etc. Mais on revient sur l'éducation toujours!
Amitiés Kéryma,

Chantal

Oh ! comme je suis d'accord avec toi Miliani2Keur ! Le sucre est devenu une dépendance au même titre que le tabac ou l'alcool. Les multinationales le savent bien et font des bénéfices exponentiels sur la dépendance du consommateur. Le fait que de plus en plus de personnes souffrent de diabète ... ce n'est pas leur problème. Dans certains produits "sucrés" exportés outre-mer, ces produits-là sont même exagérément sucrés pour encourager encore davantage cette dépendance. De la même manière, les multinationales encouragent également (c'est leurs intérêts !) la consommation de produits "soi-disant" sans sucre (c'est écrit sur l'emballage !) mais qui sont malgré tout sucrés avec des polyols (faux sucres). Certes, les polyols ne donnent pas de caries dentaires mais provoquent, comme les sucres "classiques", tous les effets pervers du sucre, à savoir, fatigue constante, maux de tête, troubles digestifs, oedèmes des membres inférieurs, etc.) et ne font qu'encourager la dépendance à tous les produits sucrés. Dans un cas comme dans l'autre, les multinationales continuent d'accroitre leurs bénéfices sur la dépendance des consommateurs.

Ahmed LABDI
  • 3. Ahmed LABDI (site web) | 09/06/2016

Bravo Djillali. Chapeau. Un tel problème entre dans une grande perspective où une vraie étude doit être faite. Si j'aurais cette pertinance de le faire, ton texte sera mon introduction. Tout est jetable pour un gain facile et rapide. Le monde entier est comme dans une tourmente spirituelle. La vitesse nous obnubile. Mais aller où ? Où est le café, le thé sur la braise? Un thé saharaoui qu'on prépare à la braise relie les hommes, il renforce le contact entre les gens. Il dure plus de vingt minute et il nous lie les uns aux autres. En le sirotant on écoute, et on extériorise, on est en contact directe avec ceux qui entourent ce feu sur lequel le petit bouilloire jette son filet de vapeur. Cette attente du premier, second et troisième verre rend l'homme à sa première nature d'homme libre.

Miliani2Keur
  • 4. Miliani2Keur | 08/06/2016

Merci Djillali... et toujours egal a toi-méme

Le gobelet, la bouteille d'eau "minérale", la serviette en papier ou le sac en plastique noir qui ont contaminé nos vies!
Les premiers responsables sont les industries qui créent des "marchés" bidons pour plus de bénifice et plus vite, le rendement monétaire est devenu la religion totale!
Le levier c'est la taxation de l'emballage et la dénonciation du recyclage comme panacée mais la il faut que le citoyen qu'est chacun de nous abandonne ou participe a des mouvements d'envergure d'abandon de l'emballage jetable.

Culpabiliser le citoyen est un raccourci éthique et intellectuel qui joue le jeu des industries:
- Le citoyen est-il responsable de la disparition des fontaines publiques (5 environ ) dans miliana seule
- Le citoyen est il responsable de la disparition d'une industrie nationale du Soda en bouteille de verre, qui aurait pulvérisé les centaines de "Conditionneurs d'eau sucrée" qui ont pourri nos paysages urbains et naturels (miliana comptait 2 limonadiers a la qualité et au prix imbattable)!

quand l'emballage sera taxé au moins au coût de l'enlèvement public le choix sera évident !

Encore qu'il y ait a dire sur la consommation du café qui n'est qu'une addiction déguisée au sucre! IMPOSEE ici et en occident CONSTITUTIONNELLEMENT avec départ des US! Sucre qui a tout gangréné : confiserie, pain, fast-food grâce a l'industrie du ... Diabéte.

Chantal

Bonsoir Djillali,

Je suis complètement d'accord avec vous ! Malheureusement, les habitudes que vous décrivez existent en France également ! Quel dommage de perdre la convivialité, l'échange et le partage d'un bon moment autour d'un café ou d'un thé sans compter le manque de respect de la nature par l'utilisation de matériaux qui mettront des années à se dégrader et qui ne feront qu'augmenter la pollution environnementale.

Ajouter un commentaire