Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Gaâda Diwane de Béchar / Zina L'aamama

 

En écho au "Vivre ensemble" et à l'orée de cette nouvelle année que je vous souhaite belle! Paix, tolérance, ouverture, fraternité et joie de vivre. A vous toutes et tous, bonne année!


Gaâda

« Gâada est un hymne à l'Algérie profonde, maghrébine, africaine, méditerranéenne, renaissante dans un monde décalé, aux saisons tourmentées. Mêlant et tissant tour à tour des rythmes arabo-berbères, des chants mystiques traditionnels, des sonorités africaines, des fresques musicales colorées de blues.Les musiciens et chanteurs du groupe sont ancrés dans les racines de la tradition orale, l'esprit résolument tourné vers la modernité, comme en témoigne la diversité des instruments employés (violon, banjo, luth, guitare acoustique, batterie, gumbri, qarkabous, bendir, mandole, guitare basse). » Musique du Monde.

« Gaâda sème le vent. Nos corps en récoltent le tempo. Vent des tribus qui, sandjak oriflamme déployée, chantent et dansent ; processions de tribus qu’un même vent a fédérées en peuple.

Au commencement était l’exil de l’esclavage. De la rencontre de descendants d’esclaves africains et de l’Islam est née la confrérie des Gnawa. Au cœur du Sahara, et sur son pourtour, Noirs, Berbères, Arabes, ont au fil des siècles, tissé les rythmes, les musiques qui disent la ferveur, soupir de l’opprimé adressant aux cieux une prière lancinante. Rythmes et musiques dépouillés, sans faste, tout empreints de la simplicité de la vie dans les territoires de l’éveil à la soif, le désert ; antienne rappelant la petitesse de l’homme devant l’immensité. Rythmes et musiques dépouillés pour célébrer avec une force exceptionnelle le miracle de la vie. »

« Quelques exils plus tard, des travailleurs immigrés originaires de Béchar se rencontrent le dimanche, pour effacer les plis creusés par le labeur de la semaine, retrouver un bout de leur pays ; une hadhra-être présent, pour chanter le Diwane sur le mode traditionnel au rythme des seules percussions. »

« Le nom complet du diwan est en réalité diwan Salihine, ce qui signifie réunion des gens de bien, ou hommage aux ancêtres vertueux (ceux qu'on appelle " les marabouts " en France). On y chante leur geste (le medh) et on appelle les participants à s'inspirer de leur exemple en communiant dans l'amitié des hommes et l'amour de Dieu. Les rythmes africains syncopés viennent rappeler l'apport des Noirs à la grandeur de l'Islam et le syncrétisme qui a été à la base du succès de cette religion dans les temps anciens où elle s'imposait par la conviction et non par la force. Elle rappelle le temps où l'Islam prônait l'amitié entre les hommes, quelle que soit leur race ou leur religion. C'est le chant de la fraternité, du bonheur du " vivre ensemble " incompatible avec le développement de la solitude, marque de notre temps. C'est le chant entêté de l'ouverture vers les autres, en ces temps où on électrifie les frontières et on cultive la peur de l'Autre. C'est le chant de la confiance dans la bonté ultime de l'Homme. C'est le chant de l'exaltation du versant mystique de la religion, celui de la quête individuelle de la Vérité, hors des chapelles et des prêches enflammés des porteurs de haine.El Gaada s'inscrit dans cette tradition. Plus encore, elle en fait une arme pour mener le combat de l'heure, celui de l'intégration de tous les citoyens dans la République, celui qui promeut le métissage fécond, celui qui pourfend le repliement mortifère. C'est à son honneur et c'est notre bonheur… »
Brahim Senouci, Maître de conférences, Paris, Mars 2004.

Par Meskellil

Commentaires (2)

Meskellil
  • 1. Meskellil | 31/12/2015
Bonjour Safia,

Bonjour à tous,

Oui Safia, c'est aussi limpide que l'eau des sources de Miliana, et aussi agréable que le miel de ses fleurs et arbres! Très belle image qui exprime de manière très poétique cette diversité qui est richesse qui nous augmente, nous amplifie, nous propulse.

Merci Safia pour ton commentaire sensible, juste et magnifiquement beau!!
Safia Belhocine
  • 2. Safia Belhocine | 30/12/2015
Bonsoir à tous,

Merci Meskellil de nous délecter avec cet hymne à notre chère religion et à ce qu'elle augure de sérénité.

La musique Gnawie est une richesse incommensurable tant pour notre Histoire que pour l'Art. Elle nous confirme que notre pays est une ruche dont les abeilles ont butiné dans différents horizons pour venir verser le nectar dans les mêmes alvéoles.
Le miel qui en ressort est celui de la diversité de nos origines mais surtout celui de l'unité dans nos différences!

Je ne sais pas si mon raisonnement est clairement exprimé!
Je m'en excuse si ce n'est pas le cas!

safia

Ajouter un commentaire