Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Hommage à l'Algérie, au Peuple Algérien

En ce mois de Novembre Historique, je souhaite rendre un hommage viscéral profond, total à ce valeureux Peuple Algérien dans toutes ses composantes, fier, digne, courageux, généreux, pacifique et fondamentalement humain, humaniste. Un ensemble riche de toutes ses diversités: nuances, variétés, couleurs, un magnifique arc-en-ciel qui fait que l’Algérie est l’Algérie, celle qu’on aime, avec le souhait ardent que cet ensemble demeure un tout harmonieux, fraternel, solidaire et portant haut et avec fierté ses différences, ses valeurs, ses richesses.... Allah yarham echouhada!

Je viens de ce pays… de K. Akouche

Le montagnard ne cède ni à la rudesse des nuits hivernales qu’il accueille sans couvertures chaudes, ni à la brutalité des longues journées de labeur, encore moins à l’imprécation du sort qui lui a tatoué le front.

Depuis la nuit des temps, sa vie est synonyme de résistance, d’endurance et de ténacité. Son repas se résume à quelques figues sèches trempées dans un bol d’huile d’olive.

Son vin: pas plus d’une coupe de lait caillé.
Ses habits: un simple tissu de laine.
Ses chaussures: des savates sans lacets.
Sa maison: un toit de tuiles posées sur des roseaux et du chaume, raccommodés avec de l’argile et du schiste, le tout soutenu par des poutres taillées dans d’antiques oliviers, où les humains et les bêtes vivent grégaires.
Ses valeurs: la famille, la dignité, l’honneur et la liberté.
Ses vertus: le pardon, le sens du partage et l’hospitalité.
Sa religion: l’amour sans fin, l’amour de son prochain, de ses bêtes, de ses arbres, de sa terre, de ses dieux, de ses saints et même…de ses ennemis…

Tel est cet être touchant à qui le monde a tourné le dos: une âme chaste et un cœur débordant de tendresse.

Un être jaloux qui ne badine ni avec ses principes, encore moins avec ses valeurs.
Je viens de ce peuple.

J’appartiens à ce peuple…
J’appartiens à ce peuple que le destin et les âges iniques ont relégué au rang de spectateur.
J’appartiens à ce peuple qui assiste, la bouche muselée, au cirque arbitraire de l’Histoire qui piétine sa civilisation.
J’appartiens à ce peuple de troubadours qui sait manier le verbe, comme tant d’autres savent si bien manœuvrer les armes.
J’appartiens à ce peuple qui, à cause de la brutalité de l’existence, ne se sent nulle part chez lui.

Comme mes aïeux qui ont traîné leur vie d’un bout à l’autre, c’est mon tour d’endosser l’attirail du soldat de l’exil.

Désarmé, dans le sillage de l’aventure, j’affronte les douleurs, les frayeurs et les fantômes des territoires étrangers.

Je suis l’empreinte de ce peuple.
Je porte en moi son interminable errance, ses pérégrinations incessantes au large de l’Histoire et au bord des Civilisations.
Je suis le produit des péripéties de mon peuple.
Je suis l’authentique descendant de ce peuple.

Dès le berceau, il m’a légué ses mots et ses douleurs. J’en ai fait ma morale, j’en ai fait mes valeurs. J’en ai construit et rafistolé les bribes de ma vie. Du giron de ma mère où j’ai tété le lait de mes racines, jusqu’à aujourd’hui ; de l’enfant effarouché que j’étais, habillé d’une robe usée jusqu’à la trame, lorsque je me vautrais et me roulais dans la poussière brûlante de la cour de notre maison en torchis, je n’ai cessé de porter mes chimères à bout de bras…

J’appartiens à ce peuple d’Hommes libres, riche malgré tout de sa misère : de ses loques en laine lavées à la sueur de l’infortune et au sang de la fatalité, de ses galettes d’orge cuites au feu rougeâtre de l’adversité, de ses oliviers mille fois millénaires élevés comme par défi si haut dans le ciel…

J’appartiens à ce peuple riche malgré tout de ses figues, de ses montagnes, de ses bijoux, de son artisanat, de son métier à tisser et de la beauté sauvage de ses filles…
J’appartiens à ce peuple d’hommes et de femmes libres, qui n’a jamais eu la conquête comme mode de vie, ni la violence comme gagne-pain…

Depuis des générations immémoriales qu’il résiste et qu’il se bat, qu’il souffre et qu’il se débat. Forgeron de métaphores, chantre de beautés, bâtisseur de paix ou charmeur de divinités; tout ce qui est bon sied à ses états d’âme et tout ce qui est mauvais n’atteint aucunement son esprit.

Ce peuple est mon peuple.
Sa terre est mon univers.
Son univers est ma foi.
Sa foi est ma croyance.
Ses doutes sont mes certitudes.
Ses quêtes sont mes rêves.
Ses rêves sont mes illusions.
Ses illusions sont mes douleurs et ses révoltes sont mes colères…

Quel brave peuple que ce peuple valeureux ! Il sait être digne dans sa misère, brave dans son martyre, dur dans ses révoltes, endurant dans ses corvées et tendre dans son art.

Ainsi survit mon peuple dans l’épreuve.
Ainsi rêve mon peuple dans l’ambition.
Aucun pesant d’or ne réussira à corrompre ses bijoux en argent et en corail et nul Crésus ne pourra se permettre de s’offrir son âme.
Ses valeurs ne se bradent pas, ses principes ne s’achètent pas.

Mon peuple c’est ce peuple pauvre parce qu’il ne mange pas souvent à sa faim. Mon peuple c’est ce peuple humble, discret, presque effacé; déshérité sans pour autant être miséreux, car mon peuple n’est pas l’indigent qui fait la manche…
Il est riche malgré tout de sa faim de pacifisme, de sa soif de non-violence et de son humanisme à perte de vue.

Il a su fabriquer d’une vulgaire peau de lièvre un tambour pour traquer les démons et tailler d’un roseau une flûte pour charmer ses malheurs.

Mon peuple c’est le chant des tripes incandescentes, le cri des cœurs sensibles, le roulement interminable des bendirs, les notes suaves de la mandoline. Mon peuple c’est la complainte, la berceuse, la danse, le poème, la verve et l’élocution…
 

Miliana bladi...

Un chaleureux merci à Youcef Azaïzia pour cette magnifique chanson sur Miliana que j’aime, et un non moins chaleureux merci à Darko Dico pour le montage video.
Allah yahfedhkoum we ya3tikoum essaha!!
 

Par Meskellil

Commentaires (9)

ferhaoui
  • 1. ferhaoui | 11/11/2015

bonsoir p'tite soeur meskellil certes oran c'est maville natale que voulez-vous c'est comme et j'y p...! rien mais miliana c'est une autre histoire il n'y a pas de quoi rouge!! à miliana, j'ai été mieux traité que dans ma propre ville natale oui il y a des mots et ily a la realité et puis il est impossible d'effacer des amies et amis et des histoires d'amours , des lieux magnifique,des soirées, des mariages a la milianaise celui de mon ami randi ou j'ai été le premier témoin (mon première amour une de mes filles porte le nom) ....à coup de bulldozers!!! .... merci, à vous p'tite soeur meskellil pour ce partage mais également pour savoir si bien susciter en moi l'emotionet de raconter spontanément quelques bribes lors de mon passage à milalana oran l'ami, ferhaoui.

Meskellil
  • 2. Meskellil | 11/11/2015

Bonsoir cher ami et grand frère Ferhaoui,

Et voilà que vous m’apprenez quelque chose que j’ignorais : les fontaines qui sont au nombre de 27 ! Si l’on pouvait recueillir toutes les bribes d’informations, toutes les mémoires, tous les souvenirs personnels, intimes, les représentations, les images, impressions, sentiments… que l’on a tous au fond de nous, nos visions personnelles de Miliana (ou de toute autre ville bien sûr), on aurait une Miliana extraordinairement multiple, différente, foisonnante, riche, surprenante, inattendue, méconnue, inconnue même ! Miliana, un nid accueillant, tendre et douillet qu’on aime tous.

Merci cher ami d’être passé parler de notre ville. Entre nous, on peut en dire autant d’Oran n’est-ce pas ?!

ferhaoui
  • 3. ferhaoui | 11/11/2015

bonjour tout le monde. bonjour p'tite soeur meskellil c'est vrai vous d'écrivez si bien notre algérie et de surcroit est merveilleusement maternelle....j'ai beaucoup apprécié ce voyage dans milianah, de bout en bout et qui certainement a accrocher touts les amoureux de l'algérie et ses villes entre autresla ville de miliana ou si vous préférez la ville au 27 fontaines. oran l'ami, ferhaoui

Meskellil
  • 4. Meskellil | 11/11/2015

Bonjour à tous,

Bonjour M. Mohamed,

Et comment résister au charme de Miliana ! Elle a laissé des empreintes indélébiles dans nos profondeurs et nous a façonnés à son image. On a beau y habiter, l’émotion à son évocation reste vivace et dynamique, son âme, son cœur sont présents, bien présents. Miliana vit, vibre et se déploie en chacun, chacune de nous. Elle nous survivra longtemps, longtemps nchallah.

Merci M. Mohamed d’être passé sur cette page. Et à nouveau merci à Youcef Azaïzia, Dark Dico et Ahmed Benrabah le parolier.

Benabdellah Mohammed
  • 5. Benabdellah Mohammed (site web) | 11/11/2015

ESSALEM à toutes et à tous.Merci beaucoup Meskellil pour ce baume qui a envahi nos coeurs.Une petite ballade à Miliana de temps en temps nous ferait beaucoup plaisir et de bien.Une thérapie dans le sens le plus large du mot.Une vidéo parfaite dans les ruelles ,les différents coins de la ville nous a comblé. Encore une fois merci Meskellil.On en redemande.

Meskellil
  • 6. Meskellil | 10/11/2015

Bonjour Benyoucef,

Oui, Miliana! L'impression que tout a été dit, pourtant Miliana change à chaque fois et prend la couleur de celui qui la raconte avec ses propres souvenirs, sa propre subjectivité.

Je croyais que les paroles de la chanson étaient de Mohamed Cherchali?!

Merci Benyoucef d'être passé sur cette page.

Bonne journée à vous ainsi qu'à tous.

benyoucef
  • 7. benyoucef | 09/11/2015

Merci Meskelil pour cette superbe video qui nous a fait balader à travers les differents sites pittoresques de la ville de Miliana, en compagnie de la voix melodieuse de notre artiste chanteurYoucef Azaizia, d'aprés les paroles de Ahmed Benrabah.
Grand bravo.
Benyoucef

Meskellil
  • 8. Meskellil | 08/11/2015

Bonjour Chantal,

Bonjour à tous,

Comme je te rejoins Chantal! ça me fait plaisir que tu aies tout ADORE! Merci pour ton expression réceptive et sensible sur l'âme algérienne et sur Miliana dont tu fais aussi partie! Je te fais un gros bisou à l'algérienne! Lol!

Chantal

Bonsoir à tous,

J'ai A D O R E ! Tout ... la vidéo ... cette visite dans Miliana ... la Pointe des blagueurs ... le Jardin Public ... mais également ce merveilleux texte de K. Akouche plein de sensibilité et qui décrit si bien l'âme algérienne dans toute son authenticité !

Merci Meskellil pour ce partage !

Ajouter un commentaire