Sans titre 110

MEDITERRANEAN SUN DANCE

________________________

Un univers de musique pour trois grands génies de la guitare ! Paco De Lucia, Al Di Meola, John McLaughlin ! Leurs parcours musicaux respectifs sont riches, ouverts et variés et la notoriété et reconnaissance de chacun séparément n’était plus à faire quand ils se sont rencontrés pour former ce trio légendaire de magnifiques jeux à trois, et surtout propulsé par le morceau que je vous propose d’écouter, extrait de l’album Friday night in San Francisco, « Mediterranean Sun Dance » d’une richesse musicale inouïe ! Flamenco, Jazz, Classique, Bossa, Caraïbe… fusionnent de manière époustouflante ! Des artistes hors du commun qui jouent avec perfection. C’est un plaisir sans fin de les écouter, de les regarder jouer, ce n'est qu’accord, harmonie, symbiose, tout au long de ce chef d’œuvre de virtuosité, les regarder s’amuser avec autant de virtuosité, de brio des cordes de leurs guitares, chacun y apportant son cacher personnel est fascinant. Des notes, une diversité toujours renouvelées, une exploration exhaustive des notes que peut offrir une guitare et c’est comme si tous les paysages méditerranéens défilaient devant nous, toutes les saisons, toutes les émotions de la plus joyeuse à la plus nostalgique, un peu mélancolique ou ces petits passages aux airs de flamenco. En fait Mediterrnean Sun Dance ne donne peut-être pas sa pleine mesure à la première écoute, elle se « bonnifie », si je puis dire, après plusieurs écoutes! A chaque fois c’est une nouvelle découverte, des passages, des notes sur lesquels on est plus réceptifs, plus attentifs, plus sensibles selon les écoutes. Submergés par les notes qui donnent par moments l’impression de venir de partout, bref, des génies, et depuis le temps que j’écoute ce morceau et d'autres, je ne m’en lasse pas, les émotions restent intactes, et ce morceau n’est jamais identique d’un concert à l’autre. Une complicité, un plaisir de jouer ensemble de se renvoyer la note, tantôt en solo, tantôt le même « solo » joué ensemble, tantôt rythme et solo…Ils sont délirants et font délirer le public par leur virtuosité rare, leur technique sidérante, leur profonde sensibilité… Incroyables, uniques! J'ai conscience que je me répète, désolée c'est parce que j'aime.., même si ma préférence va à Paco quand il verse dans l’andalou, le flamenco new wave que les puristes ne lui ont jamais pardonné. Il est tout de même considéré comme le plus grand guitariste de flamenco, et est une sorte d’icône en Andalousie. J’ai hésité sur la version à vous faire écouter. Celle où on les voit jouer, ou celle où le morceau en live toujours est plus long mais où on ne les voit pas, celui que je préfère. Comme je n’arrive pas à trancher, je propose les deux, les voir jouer et le lien dans sa version plus longue mais richissime.


Par Meskellil

Ajouter un commentaire