ALGER-MILIANA.COM

Au temps de si Hmida

___________________________________

Le coiffeur est un distributeur de plaisir, La coiffure est un art de changement, il faudra donc évoluer ou accepter de disparaitre ; une telle affirmation est à discuter.

Si Hmida, coiffeur des temps de nos âges enfantins disposait dans l’accomplissement de son œuvre d’un outillage très simple, usant également d’une technique tellement plus simple qu’elle égalisa la souplesse tant le geste mécanique était adapté au rythme du ronronnement de la tondeuse manuelle.Coiffeur d'antan Quant au coiffeur de ces temps qui nous échappent c’est toute une autre histoire, alors autant commencer par le commencement.

Chaque village retient en mémoire le nom de son coiffeur. Chaque âge enfantin garde dans le recueil des nuits et les jours l’éclat de son premier Mouniou. Mon village, Ô royaume de tous les sentiers battus, encore une fois je te demande de rehausser le blason des cheminées bercées par la complainte des vents, propulsant en douce les arômes de la belle époque. Une époque, un âge enfantin et voilà l’une des plus belles romances qui nous revient portant sur ses ailes la simplicité qui avait tant charme le bon vieux temps.

En ces temps-là il n’existait que trois modèles de haute coiffure répartis entre la coupe, la brosse et enfin celle qui plus tard devait s’attribuer le nom d’une référence à la fois historique et artistique se rapportant aux personnages de TARAS BOULBA et GOUJAK.

Le coiffeur de nos jours vous surprend par le seul énonce du type de coiffure à adopter. Honorables clients nous utilisons un matériel rénove et nous sommes là dans le but de vous satisfaire et surtout pour vous embellir.

Le menu est varié et comporte selon le goût et les préférences un certain nombre de choix :
Nous avons la coupe classique, la coupe en dégradé, la bande, la bande courte, la casquette, la coupe militaire, les marines ect…ect...
Du côté de la brosse, nous disposons d’un outillage roulant en entier par la bienfaisance des attributs énergétiques. La tondeuse électrique est réglée suivant des crans à niveaux variables et légèrement actionnée, elle suivra le chemin indique de façon efficace et sans aucune retenue.

À l’époque de Si Hmida et à l’instar de tous les Si Hmida de la vieille romance, la tondeuse manuelle prenait souvent un malin plaisir à observer une petite pause pour rafraichir ses dents à cause d’un accrochage avec un cheveu entêté très attache à sa réserve.

En dépit des signaux largues par le client, Si Hmida, calme, sobre et serein, trop bien à l’aise ne manifestait aucune gêne.
Honorables clients, nous attirons votre aimable attention que les choses ont nettement évolué au niveau de la dissection et la répartition des bribes de cheveux, désormais les choses ont un look de vraie jeunesse.

La boule à zéro, loin de rester rigide et kalbo elle s’est fait un nom et une référence. Bien plus, elle évoque la fantaisie. Au temps de Si Hmida, la tondeuse manuelle réglée au cran unique, encouragée par la hardiesse des doigts subtils suivait normalement le chemin à parcourir le plus normalement du monde, enfin presque ! Car de temps à autre manquant de carburant elle provoquait de légers sursauts. Le client habitue à ce petit jeu voyait en ce tour de manivelle un signe qualitatif de bonne œuvre. Honorables clients, nous disposons de la boula un, de la boula deux, et bien entendu même la boula trois. Ainsi va la vie, de quoi laisser pantois l’adepte de la coupe des anciens temps !

Au temps de si Hmida, l’arsenal déployé était fort simple mais tellement mécanise face à nos yeux et à notre vision sur la complexité des choses qui nous entouraient. L’arsenal était constitué de :
de peigne, brosse à cheveux, ciseaux de coiffure, sèche-cheveux, serviette, punto, et bien sur la serviette et la lavande. Cependant que dire de l’arsenal déployé par le coiffeur et la coiffeuse d’aujourd’hui ? Un arsenal digne de mabrouk s’en va en guerre ! A vous d’en juger : séchoir casque, fer lissant, rouleau de mis en pli, ciseaux à sculpter, tondeuse pour nez et oreilles, stérilisateur, etc. …etc. …la liste est loin d’être terminée, défrisant, mèche de cheveux, coloration des cheveux, décoloration, décapage, et la liste n’en finira jamais !

De l’outillage utilisé par si Hmida les lames Gillette attiraient ma curiosité car très bien coffrées dans leurs boites, reflétaient le portrait d’un personnage à l’allure élégante et imposante.

En relief, un grand navire sillonnait les hautes mers. Le message était clair net et précis : avoir cette force de disséquer le cheveu depuis sa racine.
Le petit salon de si Hmida dégageait sans cesse la fraicheur de l’eau de Cologne et surtout cette poudre si douce et si agréable qui par les doigts tendres vous tamponne la nuque durant quelques secondes laissant sur place une profonde sensation couleur de Printemps.

Le client retardataire ayant opté pour une belle coupe se contentera toute fois d’une simple touche de punto. Le tube à force d’être presse n’est alors qu’un tout petit bout de tube.

La musique par contre ne manquait pas. Le tissef…TSF…relié à un ressort en spirale accroché au plus haut niveau du plafond, en dépit d’une réception en dents de scie, arrivait tant bien que mal à saisir au vol les ondes magiques.

Si Hmida tenant par une main les ciseaux de coiffure, le peigne de l’autre main semait au gré des vents les restes ultimes d’une chevelure autre fois en liesse. Dans une démarche victorieuse la tondeuse se frayait un passage acquis parmi les cheveux qui, au fil des heures s’entassaient sur un coin du sol savamment arrose au grésil noir. A l’allure de petites dunes les bribes baignaient dans le gris, le blanc et le noir, signes des âges en passage.
Une glace de moyenne dimension fixée sur le mur ajustait au mieux les gestes augustes de si Hmida. Sur une table basse, un bastos bleu grillait à petites étincelles gisant au fond d’un cendrier en porcelaine blanche.

Défiant le vieil adage qui reprochait aux coiffeurs leur amour pour le bavardage, si Hmida dialoguait peu avec ses clients. Usant de la main, il orientait le faciès du client dans la position adéquate et permettre à la machine de suivre convenablement les instructions requises. Durant les jours de fêtes et la rentrée scolaire, le petit salon faisait preuve de bonne audience. Dans toutes les occasions et les situations si Hmida était présent.
Pour nos parents, la brosse tenait une place de choix. Elle est économique et les cheveux mettront un peu plus de temps pour réapparaitre de nouveau sur scène.

En pareille occasion, si Hmida doublait la vitesse s’appuyant largement sur une oreille sourde, fonctionnant à merveille. Les tics et les ais faisaient partie des décors. En quittant le luxueux salon on aura payé cinquante centimes. Si Hmida visiblement satisfait disait presque en silence : sahit.

Cependant et contrairement à tous les HMIDA d’antan, le coiffeur d’aujourd’hui est soumis à des règles de formation. On s’intéresse encore plus à l’étude des risques provenant de ce métier.

En France pour accéder au titre de coiffeur il est possible de suivre un CAP coiffeur durant deux années d’études, un autre diplôme complète le CAP, il s’agit du brevet coiffeur, d’autres diplômes sont proposé par les grandes écoles privées dites de hautes coiffures.

Dans les détails que nous venons de citer on aura perdu de vue Si Hmida, mais patience mes chers clients car ce qui a été désigné comme art de changement n’est en fait que la face cachée de l’iceberg et quelle face ! Des études récentes ont démontré que le coiffeur et la coiffeuse sont exposés à des risques tels l’inhalation et le contact cutané avec des produits toxiques aggravés par la découverte de substances susceptibles d’entrer dans la composition des produits cosmétiques.

Une expertise réalisée en 2016 par l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ANSM sur l’exposition aux produits cosmétiques et les troubles de la reproduction, recherche effectuée sur les métiers les plus exposés aux produits cosmétiques c’est à dire les professions de coiffeur et des soins de santé.

Les épidémiologistes et les médecins du travail ont observé que les coiffeuses sont plus exposées au cancer du sein que la population générale, ce risque est également détecte chez les femmes qui utilisent des teintures capillaires. Les risques de cancer du poumon et de la vessie ont été observé par les spécialistes cites ci-dessus. Ces types de cancer ont été retrouve également dans les industries des colorants. Les coiffeurs et les coiffeuses par l’usage de leurs mains s’exposent à des dermatites eczématiformes, allergies touchant à la fois la peau, les poignets et le bas de l’avant-bras.

Certains gants talques ou non talques peuvent contenir des allergènes. Les notions scientifiques que nous venons d’étaler pour soutenir Si Hmida sont le résultat de l’expertise réalisée par ANSM. Si Hmida dans ta simplicité tu étais réellement un distributeur de plaisir et de bonheur, dans ta simplicité tu as atteint le top des Étoiles. Dans toutes les occasions tu as été égal à toi-même. Dans ton humble salon de coiffure la lavande et le grésil noir se partageaient le nectar d’une propreté conjuguée à tous les temps. Jadis on était ces petites têtes qui obéissaient sans faille aucune à la prouesse de tes doigts subtils et aujourd’hui nous sommes ces cœurs qui ressentent la joie de vivre un instant de toutes les grâces d’un temps révolu.

Un temps que les métiers de la bonne heure avaient consigné dans l’un des plus beaux recueils intitule retour dans mes souvenirs. Un titre que l’agréable site Alger Miliana en avait fait son fer de lance ou même plus une sorte d’âme douce. La présente approche ne constitue pas à nos yeux un frein à l’émancipation et le développement mais bien au contraire une forme de questionnaire à dresser sur les aspects négatifs de ces produits multiples qui inondent les marches enflâmes par la surenchère d’une publicité vide de conscience car base sur le gain et le profit. Vu les risques qui caractérisent cette ruée vers les salons et les instituts de soin et de beauté, à mes yeux, le petit salon de Trézel restera toujours le réel distributeur de plaisir et de quiétude. Le vieil adage nous pousse à reconnaitre que la bonne soupe se trouve dans les vieilles marmites.

 

Par BELFEDHAL Abderrahmane

Commentaires

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 1. BELFEDHAL Abderrahmane Le 31/10/2021
    BONSOIR A TOUTES ET A TOUS
    Enchante pour la sixième approche qui pour cette fois ci est consacré à l’étude de façon abrégée de la médecine légale car nul doute que cette dernière revêt une importance capitale dans ses rapports avec le droit. La médecine légale est un outil indispensable qui aide à la fois l’enquête policière et judiciaire œuvrant à la manifestation de la vérité. Le médecin légiste est considéré par ce fait et a juste titre comme un auxiliaire vital de la justice tant son apport se base essentiellement sur la constation des coups et blessures, déterminer leur nature et les résultats qui en découlent. Nous prenons l’exemple d’un crime qui a été commis. Le médecin légiste déterminera avec exactitude le genre de l’outil qui a servi à tuer. Le médecin constatera les blessures occasionnées par l’arme à feu, la nature de l’arme utilisée, le calibre des balles, la distance entre la victime et le projectile et enfin les effets engendres par l armes à feu. L’expert rédigera son rapport que l’on appellera expertise medico légale. Les ouvrages traitant ce volet relatif à l’expertise medico légale donnent la définition suivante : c’est un acte par lequel un professionnel de la sante médicale ou un spécialiste dument reconnu d’une science médicale L’expert est charge par un tiers parti le mandant de procéder à l’examen d’une personne L’expertisé et de rédiger un rapport écrit complet sur ses constatations et son opinion motivee et independante, le tout pour répondre aux questions posées par le mandant. Dans le domaine juridique il est intéressant de se poser la question suivante : l’expertise a-t-elle une force probante ? Nous répondrons à cette question dans une prochaine approche inchaallah et voir le processus entame par le médecin légiste dans son travail en commençant par le prélèvement des indices L’autopsie et dans quel cas elle est autorisée et son rôle dans la découverte du crime
    A BIENTOT.
  • aziz
    • 2. aziz Le 25/10/2021
    Fessier, si tu lis ce message, je serai dans les parages de Toulon et j'aimerai bien prendre contact avec toi, discuter de vive voix et se rappeler le bon vieux temps du lycée de Miliana. J'y étais interne de 1960 à 1966. Tu étais mon maitre d'internat. Amitiés,
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 3. BELFEDHAL Abderrahmane Le 22/10/2021
    Bonsoir a toutes et à tous
    Heureuse reprise de notre familier Alger Miliana. Un retour aux couleurs captivantes que la photo de la semaine propose au menu artistique. Le peintre ayant réalisé ce portrait en quatre visions s’appelle Emile deckers. Wikipédia nous livre quelques données sur le personnage : il est né à Verviers, une ville francophone de Belgique le 09 janvier 1885.IL s’installe à Alger en 1921 ou il peint des scènes de genre locales, notamment des portraits de jeunes kabyles, Touaregs ou tribus du sud et de l’Atlas.IL resta à Alger après juin 1962 et ne quittera la ville qu’en 1966.IL s’éteint le 06 février 1968 a Verviers sa ville natale a l’âge de 85 ANS. Parmi ses œuvres : Basilique notre dame d’Afrique ALGER, elle se situe à bologhine, commune à l’ouest d’Alger.
  • Chantal
    Bonjour Abderrahmane Belfedhal,

    Merci d'avoir apprécié mes écrits concernant mon attachement à l'Algérie notamment. C'est grâce à ce site que mon retour à mon pays de naissance plus de cinquante ans après mon départ en 1962 avait été possible. C'est grâce à ce site également que des algériennes et algériens étaient entrés en contact avec moi et avaient grandement facilité mon "retour". Ils ont été si nombreux que je ne peux les citer toutes et tous ! C'est la raison pour laquelle j'aurai toujours pour eux une éternelle reconnaissance !

    Bonne journée à toutes et à tous !
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 5. BELFEDHAL Abderrahmane Le 19/10/2021
    Bonsoir à toutes et à tous
    A l’occasion du mawlid ennabaoui echariff je traduis ici présent mes vives pensées a l’ensemble des plumes ayant accompagné les différents cycles parcourus par le talentueux site Alger Miliana qui a su sous la direction de notre amie a toutes et à tous, madame noria, regrouper à la fois le présent le passe et les aspirations à venir. Cependant je ne me lasserai point de plaider pour un retour de ceux et celles qui ont hisse les voiles aux vents favorable des vertus. En cette heureuse occasion je laisse voyager mes toutes premières émotions que j’ai dû ressentir en découvrant le site Alger Miliana et ses merveilleux vestiges. Cependant un gout d’inachevé est omni présent pour me renvoyer aux meilleurs instants de mes ballades ca et la, tour à tour, revoyant encore ces personnages que je n’ai pas eu l’honneur de voir mais que j’ai tellement connu à travers leurs écrits, à travers leurs poésies, à travers leurs œuvres magistralement peintes sur des tableaux en or, à travers également ces verbes déchainés qui laissent pantois ces canards enchaines à leur faim, je ressent encore la force de cette tendresse qui a accompagné notre amie Chantal lors de son périple vers les états unis d’Amérique a la rencontre d’une âme qui respirait encore la fraicheur des pas premiers vécus a Miliana.helas,une absence lourde s’est imposée face à des appels qui sont restés sans suite. Au fond de moi-même je me disais toujours pourvu que tout ce beau monde se porte bien. chers intervenants de l’agréable site Alger Miliana j’ai le plaisir de partager avec vous l’émotion qui se fait sentir en écoutant maoulaya inni bibabika.
    https://www.youtube.com/watch?v=5p-Y7B5Tgx8&list=RDMM5p-Y7B5Tgx8&start_radio=1
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 6. BELFEDHAL Abderrahmane Le 08/10/2021
    Approche numéro 4.
    Bonjour tout le monde, enchante de vous rencontrer pour le compte d’une quatrième approche qui portera d’abord sur un rappel flash de ce qui a été dit de façon succincte sur les éléments constitutifs de l’infraction suivi pour cette fois ci d’un lexique des mots qui ont été utilisés à titre de terminologie.
    Nous avions tout au début défini l’infraction qui est une action ou une omission prévue par la loi, sanctionnée par une peine.IL ressort de cette définition les trois éléments de l’infraction à savoir l’élément matériel qui est caractérisé par la commission de l’action ou l’omission de façon visible, l’élément légal se justifie à son tour par la présence d’un texte qui réprime l’action ou l’abstention d’agir. Le troisième élément et le dernier se justifie par l’intention qui anime la personne auteur, Co auteur ou complice lors de l’accomplissement de l’action réprimée par la loi. Prenons l’exemple suivant : trois individus se concertent et décident de mettre à sac un appartement dont les occupants étaient ailleurs pour profiter de leur conge. Le vol a été commis à la faveur d’une nuit sans lune, par escalade et effraction. Deux d’entre eux se sont introduits dans l’appartement tandis que le troisième s est embusque aux abords du domicile pour surveillance et pour signaler toute éventualité pouvant compromettre le déroulement et la finalisation de l’action. L’action ainsi commise est dite vol qualifie qui est diffèrent du vol simple et de ce fait les personnes ayant commis cet acte seront juges sur la base de crime. L’action commise est considérée en tant que telle car le texte la réprimant considère que si l’action a été commise par deux personnes et plus durant la nuit et par effraction, le vol n’est plus un simple vol mais un vol qualifie passant de délit au crime. Apres cette illustration qui met en relief l’importance de connaitre qu’il ya trois catégories d’infractions à savoir : CRIME, DELIT, et CONTRAVENYION. Ce sera in chaallah l’objet de notre prochaine rencontre. Comme nous l’avons cite auparavant nous terminons cette approche par le lexique suivant :
    Auteur : qui est à l’origine de quelque chose, qui est la cause de quelque chose.
    Co auteur : Individu qui, à titre principal, collabore avec d’autres à une même infraction.
    Complice : C’est une personne qui participe avec quelqu un a une action réprimée par la loi.
    Infraction : Action ou omission expressément prévue par la loi, sanctionnée par une peine.
    Elément matériel de l’infraction : IL s’agit du comportement que la loi réprime.
    Elément légal de l’infraction : C’est le texte qui réprime l’action commise.
    Elément moral de l’infraction : c’est l’attitude psychologique de celui qui venait de commettre l’acte
    Ainsi prend fin la présente approche, dans l’attente de voir de plus près les différentes catégories de l’infraction, je vous laisse avec cet air nostalgique qui illustre la belle époque des chorales de l’enseignement général et du secondaire. Dans un décor le plus souvent très simple, les voix angéliques marquaient nettement le holà pour le compte d’une éblouissante traversée. Les échos à ce jour, accompagnent nos voyages vers les temps sublimes. Les temps d il était une fois… Pour notre amie Chantal que nous saluons au passage, les paroles débutent ainsi :
    Lève-toi, tu verras
    Les bourgeons des amandiers
    Affluant de partout.
    La brise les a éparpillés
    Dans l’enclos
    Et la rosée les a couverts.
    Ils fécondent la feuille du noyer.
    C’est un signe de bon augure.
    Les champs ont des couleurs plaisantes
    Dans le charme de la saison des promenades.
    O toi commensal,
    Viens au jardin,
    Profitons un moment de la vie.
    Pour mémoire, dans une autre version de koum tara, darahim est remplacé par baïram dans le sens à la fois de bourgeons et de pétales. Cherchant un peu plus le sens le plus approprie voilà ce que j’ai trouvé : pétale c’est la partie la plus apparente, colorée et parfumée de la fleur, alors que le bourgeon est une excroissance apparaissant sur certaines parties des végétaux donnant naissance aux branches, aux feuilles, aux fleurs et aux fruits. Pendant longtemps on croyait innocemment que darahim voulait tout simplement dire argent. Pour Le dictionnaire Larousse, commensal signifie compagnon de table ou manger à la même table. La traduction de koum tara est attribuée à monsieur JALAL EL Gharbi. A BIENTOT.
    http://jalelelgharbipoesie.blogspot.com/2012/11/beihdja-rahal-koum-tara.html
    Approche numéro 5
    BONJOUR A TOUTES ET A TOUS
    Enchante pour cette cinquième rencontre que nous consacrons à l’étude des catégories de l’infraction. Nous avons défini l’infraction, les éléments qui l’a constituent et enfin l’énonce d’un lexique comprenant les termes utilisés dans le sens d’acquérir une terminologie autour des mots clés. L’infraction, en fonction de la gravite du comportement commis se présente sous trois formes qui sont les suivantes : Crimes, délits et contraventions. Le code pénal algérien dans son article 27 énonce ce qui suit : Selon leur degré de gravité, les infractions sont qualifiées de crime, de délit ou de contravention et punies de peines criminelles, délictuelles ou contraventionnelles. Le crime est une infraction tares grave aussi bien que dans la loi ou la morale. Comme dans chaque infraction, le crime est constitué de 03 éléments : l’élément matériel qui réside dans l’accomplissement de l’acte L’élément légal qui réside dans le texte réprimant cet acte et enfin l’élément moral qui réside dans la volonté de l’auteur de l’infraction. Dans les medias on confond crime et assassinat mais sur le plan juridique la différence est de taille au niveau de la responsabilité pénale. Pour plus de précision cette il faut d’abord définir l’homicide qui est l’action de tuer un être humain que ce soit de manière volontaire ou involontaire. Le meurtre est un homicide commis mais sans préméditation tandis que l’assassinat est un homicide commis avec préméditation. La préméditation pèse lourdement sur la balance des peines à encourir. Mais la préméditation c’est quoi ? C’est l’intention murement réfléchie pour commettre un délit ou un crime de ce fait elle constitue une circonstance aggravante en matière d’homicide et fait passer le meurtre en assassinat. En arabe la préméditation c’est SABK EL ISRAR. L’auteur du crime est traduit et jugé en cour d assisies. La peine prononcée est dite réclusion criminelle. Passons maintenant à la deuxième catégorie de l’infraction qualifiée de délit. Le délit est une infraction moins grave que le crime. Comme nous l’avons cite auparavant, le délit à son tour se compose de trois éléments : matériel, légal et moral. Le délit est un acte illicite. Le dictionnaire Larousse definit le délit, tout fait illicite et dommageable commis envers autrui avec intention de nuire et qui entraine une obligation de réparation. Exemples : abus de confiance, coups et blessures volontaires etc.….Le tribunal correctionnel est compètent pour assurer la répression des délits. Nous passons maintenant à la troisième catégorie de l’infraction à savoir la contravention. La contravention dite moukhalafa en arabe est une action de contrevenir à quelque chose. Elle est punie par le tribunal correctionnel, avec la particularité de constater les faits sans pour autant tenir compte de l’intention de l’auteur de l’infraction. Cette dernière est généralement sanctionnée par une amande.
    LEXIQUE :
    Préméditation : intention longuement réfléchie pour commettre un crime ou un délit.
    HOMICIDE : action de tuer une personne volontairement ou involontairement.
    MEURTRE : Homicide commis sans préméditation.
    Assassinat : homicide commis avec préméditation.
    Circonstance aggravante : la préméditation pèse lourdement sur la qualification du crime qui passe de meurtre à assassinat.
    Réclusion criminelle : C’est la peine criminelle dont l’objet est la privation de liberté du condamne.
    Dans l’attente d’une prochaine approche, j’ai le plaisir de partager avec vous un poème tirant sa révérence à partir d’une riche et longue expérience de la vie , surtout face aux temps difficiles. Ce fulgurant poème nous recommande de prendre avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à notre jeunesse.
    https://www.youtube.com/watch?v=VROxGnf4ipY
    Bonne fin de soirée.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 7. BELFEDHAL Abderrahmane Le 18/09/2021
    BONJOUR TOUT LE MONDE
    Heureux de m’adresser à vous tous pour une troisième approche dans le cadre de la connaissance des éléments constitutifs de l’infraction. Pour rappel nous avons parlé succinctement de l’élément moral qui est le texte juridique qui incrimine l’acte. Donc a contrario s il n’existe pas de texte incriminant l’acte on ne saurait parler ni de crime ou de peine. L’acte commis n’est pas considéré comme étant un crime dans le cas de défense légitime ou dans le cas où l’acte est autorisé. Ceci dit passons aux deux autres éléments constitutifs de l’infraction qui sont l’élément matériel et l’élément moral.
    L’ELEMENT MATERIEL DE L’INFRACTION :
    L’élément matériel se manifeste par l’accomplissement de l’acte punissable .IL est tout acte ou comportement que commet une personne apte, que ce comportement soit positif ou négatif quand il s’agit d’une abstention d’agir punissable par la loi a l’exemple de la non-assistance à personne en danger l’article 314 du code pénal algérien définit ce cas comme suit : Quiconque expose ou fait exposer, délaisse ou fait delaisser,en un lieu solitaire, un enfant ou un incapable, hors d’état de se protéger lui-même a raison de son état physique ou mental, est, pour ce seul fait, puni de l’emprisonnement d’un a trois ans. S’il est résulté de l’exposition ou du délaissement une maladie ou une incapacité totale de plus de 20 jours, la peine est l’emprisonnement de 2 à 5 ans. Si l’enfant est demeure mutile ou estropie, ou s’il est reste atteint d’une infirmité permanente, la peine est la réclusion de 5 à 10 ans. Si l’exposition ou le délaissement de l’enfant a occasionne la mort, la peine est la réclusion DE 10 à 20 ans. Donc l’élément matériel c’est la partie visible de l’infraction. L’élément matériel se manifeste dans les trois cas suivants selon le docteur faraj Ridha : l’acte commis positif ou négatif, le résultat obtenu et enfin le rapport liant l’acte au résultat, ce rapport est aussi appelé lien de causalité. Exemple quand une personne agresse une autre personne et que le médecin légiste délivre a la personne agressée un certificat médical attestant les coups et les blessures, l’élément matériel se manifeste alors par l’acte volontaire qui est l’agression bien sûr, le lien de causalité qui se manifeste dans la relation entre l’acte et le résultat qui en découle. Le même processus est retenu lors de l’abstention d’agir à l’exemple de la non-assistance à personne en danger.
    L’ELEMENT MORAL DE L’INFRACTION : Il se manifeste par l’attitude psychologique de celui qui a commis l’acte condamnable. Autrement dit qu’elle a été son intention en accomplissant son geste incrimine par la loi ? A-t-il agit intentionnellement, par imprudence ou par négligence ? Voyons de près l’article qui nous renvoi à la définition de l’élément moral de l’infraction, Nous prendrons a titre d’exemple l’article 157 du code pénal algérien qui énonce : le gardien est puni d’un emprisonnement d’un a six mois, lorsque le bris des scelles a été facilite par sa negligence. Nous concluons que toute infraction est constituée de trois éléments qui se manifestent dans l’accomplissement de l’acte ou l’abstention d’agir, cet acte est punissable par un texte et enfin l’intention volontaire à aboutir au résultat du fait incrimine. Une fois le lien entre le fait et le résultat est prouvé on dira alors que la responsabilité pénale est établie. Nous voilà arrive à la fin de la troisième approche juridique et par la même occasion les trois éléments de l’infraction. Cette introduction est à mon avis très importante pour mieux cerner la classification des infractions en fonction de leurs gravites. Mes chers j’attends toujours vos remarques et suggestions afin de mieux situer l’apport avantageux de ce genre de travail. Pour étendre l’atmosphère je vous laisse en compagnie de la star blaoui el houari et EL MARSA A très bientôt in chaallah.
  • Noureddine benouali
    • 8. Noureddine benouali Le 17/09/2021
    Bonjour cher ami .
    En conclusion ,le crime est composé de trois éléments essentiels.
    1.légal c'est a dire l'infraction n'existe que si elle est prévue par la loi.
    2. matériel ,il s'agit du comportement réprimé par la loi.
    3.moral,il s'agit de l'attitude psychologique de l'auteur du comportement réprimé par la loi.
    Loi algérienne est basée sur les principes suivants .
    1.le principe de l'égalité.
    2.l'interpretation stricte de la loi pénale.
    3.l'application de loi dans le temps.
    4.l'application de loi dans l'espace.
    Merci
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 9. BELFEDHAL Abderrahmane Le 14/09/2021
    Approche juridique numéro 02
    Dans une approche précédente, nous avons cite succinctement la definition de l’auteur de l’infraction, le ou les Co auteurs et enfin le ou les complices selon les articles du code pénal algérien. A la leur des articles 41, 42,43 et 44 du code précité le législateur a fixé les moyens à mettre en œuvre pour que l’infraction ait eu lieu tout en insistant de façon catégorique sur la règle juridique suivante : …….PAS D’INFRACTION SANS TEXTE ……..PAS DE PEINE SANS TEXTE ……….
    Nous avons clôturé l’approche précédente par un rappel toujours de manière abrégée les éléments qui constituent chaque infraction, ce sont les trois éléments à savoir :
    ::::l’élément légal
    ::::l’élément matériel
    ::::l’élément moral
    Alors sans tarder commençons par l’élément légal qui réside dans le texte qui punit toute infraction. Cette particularité nous renvoie à l’article 01 du code pénal qui énonce : il n ya pas d’infraction ni de peine ou mesure de sureté sans loi. Par ailleurs l’article 43 de la constitution souligne de façon claire le principe de la légalité des délits et des peines : Nul ne peut être tenu pour coupable si ce n’est en vertu d’une loi promulguée antérieurement à l’acte incrimine. On retiendra donc toute l’importance du texte réprimant l’infraction et d’autre part la promulgation de ce texte avant la commission de l’acte incrimine. Sur ce plan-là il est nécessaire de mentionner l’article 39 du code pénal qui stipule qu’il n ya pas d’infraction dans les cas suivants :
    1 : Lorsque le fait était ordonné ou autorise par la loi,
    2 : lorsque le fait était commande par la nécessité actuelle de la légitime défense de soi-même ou d’autrui ou d’un bien appartenant a soi-même ou à autrui,pouvu que la défense soit proportionnée à la gravite de l’agression. Les deux éléments que nous venons de citer excluent l’acte de l’incrimination. Sur ce plan relatif aux faits justificatifs, l’article 40 du code pénal explique clairement les cas de nécessité : Sont compris dans le cas de nécessité actuelle de légitime défense :
    01 …L’Homicide commis, les blessures faites ou les coups portes en repoussant une agression contre la vie ou l’intégrité corporelle d’une personne ou en repoussant, pendant la nuit escalade ou l’effraction des clôtures, murs ou entrée d’une maison ou d’un appartement habite ou de leurs dépendances.
    02…L’acte commis en se défendant ou en défendant autrui contre les auteurs de vol ou de pillages exécutes avec violence. Mes amies et amis de l’agréable site Alger Miliana, avec la connaissance succincte et résumée de l’élément légal de l’infraction, je vous donne rendez-vous pour une prochaine rencontre avec les deux éléments restants à savoir l’élément matériel et l’élément moral. IN CHAALLAH au fil des temps nous aborderons des sujets importants tels l’abus de confiance, destruction de biens d’autrui, le vol, le vol qualifie, l’association de malfaiteurs, le chèque sans provision et autres, seulement je souhaiterai connaitre l’avis de nos intervenants, leurs remarques et leurs suggestions dans le but d’améliorer le contenu et un grand merci à mon amie NORIA qui nous a permis cet agréable espace. Pour ramener un léger souffle de l’orient, je vous invite à écouter un morceau de musique compose par Sayed derviche intitule TALAA YA MAHLA NOURHA. A bientôt.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 10. BELFEDHAL Abderrahmane Le 09/09/2021
    BONSOIR A TOUTES ET A TOUS
    IL VAUT MIEUX SE TROMPER DANS LA GRACE QUE DANS LA PEINE A ENCOURIR……..TRADUCTION PERSONNELLE D’UN HADITH.
    IL VAUT MIEUX RISQUER D’ABSOUDRE UN CRIMINEL QUE DE CONDAMNER UN INNOCENT. DANS LE PREMIER CAS, LE JUGEMENT EST UNE ERREUR, DANS LE SECOND C’EST UN CRIME…..BARTHELEMY
    Suite à l’aimable l’autorisation de notre amie noria afin d’apporter modestement un plus au site, ensemble nous hisserons les voiles vers les connaissances du droit en abrégé. Le droit pénal constituera notre première escale. Dans un récent commentaire lie au drame qui a défrayé la chronique à l’échelle nationale suite à l’assassinat du regrette Djamel, j’ai fait allusion aux deux articles 42 et 43 du code pénal sans pour autant citer leurs contenus, les éléments qui les distinguent et leur portée juridique pour enfin arriver à l’établissement de la preuve irréfutable et déterminer la responsabilité pénale qui découlera de l’acte condamnable tel que déterminé par les textes en vigueur. Mes chers amies et amis ouvrons le code pénal et voyons de près ce que dit le législateur au sujet de l’auteur de l’infraction .L’article 41 énonce ce qui suit : Sont considères comme auteurs tous ceux qui, personnellement ont pris une part directe à l’exécution de l’infraction, et tous ceux qui ont provoqué a l’action par dons, promesses, menaces, abus d’autorité et de pouvoir, machinations ou artifices coupables. L’auteur au vu de cet article c’est celui qui commet matériellement l’infraction. C’est donc celui qui accomplit personnellement les différents éléments de l’infraction, s’ils sont plusieurs à agir de façon directe ils sont alors considérés comme Co auteurs. l’infraction s’établit aussi dans le cas de l’abstention à accomplir un acte prévu par les textes tel le cas d’une mère qui s’abstient d’allaiter son nourrisson au risque de le laisser mourir. Cependant qu’en est-il de celui qui a seconde l’auteur de l’infraction ? IL s’agit du complice .voyons de plus près les textes appropries et plus exactement les articles 42 et 43 du même code cite ci-dessus .l’article 42 stipule dans son contenu ce qui suit : sont considérés comme complices d’une infraction ceux qui, sans participation directe à cette infraction, ont avec connaissance, aidé par tous moyens ou assiste l’auteur ou les auteurs de l’action dans les faits qui l’ont préparée ou facilitée, ou qui l’ont consommée. L’article 43 du code pré cite nous oriente sur les moyens utilisés par le complice pour prêter main forte à l’auteur ou les auteurs de l’infraction avec connaissance des faits avant leur exécution bien sûr. L’article en question énonce ce qui suit :est assimile au complice celui qui, connaissant leur conduite criminelle, a habituellement fourni logement, lieu de retraite ou de réunions a un ou a plusieurs malfaiteurs exerçant des brigandages ou des violences contre la sureté de l’état ,la paix publique, les personnes ou les propriétés. Le complice au vu de ces deux articles est une personne qui a agi en disposant pleinement de ses capacités en matière de la connaissance des faits avant leur exécution. L’article 44 du même code tranchant sur la peine réprimant ce crime cite : le complice d’un crime ou d’un délit est punissable de la peine réprimant ce délit ou ce crime. Mes chers amies et amis de l’honorable site Alger Miliana plusieurs termes juridiques nous ont accompagné dans la présente approche simplifiée a l’exemple du terme crime, délit ou contravention ; nous y reviendrons pour pour un éclaircissement de leur nature juridique. Nous signalons toute fois que la complicité n’est jamais punissable en matière de contravention. Nous concluons pour cette première partie de notre modeste approche que l’acte commis est clairement cite et défini par un texte juridique avec l’ensemble de ses éléments matériel, moral et légal et ce sera notre prochaine escale qui sera toutefois tributaire des avis des intervenants du site .je réitère encore une fois mon appel à toutes les plumes qui avaient certainement permis l’éclosion des plus belles fleurs qui ornent majestueusement notre site a toutes et à tous. Que chacune et chacun dans son domaine se manifeste pour le bien des générations à venir. Pour égayer l’atmosphère des articles au caractère impératif, général et abstrait je vous laisse en compagnie de Sayed derviche et sa composition musicale de l’extraordinaire ZORONI KOULI SANNA MARA A TRES BIENTOT IN CHAA ALLAH.

  • BELFEDHAL abderrahmane
    • 11. BELFEDHAL abderrahmane Le 28/07/2021
    BONSOIR A TOUTES ET A TOUS.
    La raison et la volonté font notre indépendance et la mesurent en même temps…….Henri -Fréderic Amiel.

    La photo de la semaine publiée par l’excellent site nous renvoie aux temps merveilleux du recouvrement de l’indépendance. La fidélité de la prise de vue de l’époque relative au mois de juillet est visible et se vérifie par l’habillement des enfants. La photo ainsi prise comporte également en gros plan l’illustration du moudjahid brandissant son arme en signe de victoire. Cependant l’enseignement le plus noble, le plus fort en profondeur reste le message de tous les temps : celui de l’unité et le rejet de toute forme de discorde. Tel est l’enseignement de l’éternel. Les drapeaux du Maghreb enracines sur la terre fertile, ensemble, flottent sous le vent de l’unité, sous le haut patronage de la glorieuse ALN. Cela datait depuis plus de 59 longues années ! Un Maghreb fort et uni, un Maghreb libre et indépendant et enfin un Maghreb tirant sa substance à partir des orientations de l’islam de la tolérance et de la fraternité. Les dirigeants politiques, malheureusement avaient perdu le sens profond de ce message si cher aux peuples épris de justice et particulièrement, la justice sociale. Le Maghreb si riche en potentialités diverses ressemble à un géant aux pieds d’argile face à une nomenklatura aux visées tendancieuses dont le but est de mettre main basse sur les acquis et les sacrifices stoïques des peuples qui ont souffert le martyr. L’illustration montre clairement que l’unité du Maghreb est le ciment qui consolidera à la fois la richesse du sol et le rafraichissement de sa productivité. MERCI NORIA pour le choix de cette noble affiche qui brave le temps car elle est vivante et défie toutes les équations et les axiomes qui tentent de discréditer le noble sacrifice .l’histoire nous rappelle que l’Algérie a peine sortie de la nuit coloniale s’est vue engagee dans une guerre fratricide dont le mobile était dicte par des visées expansionnistes du makhzen .Depuis ,les décideurs ayant opté pour des modèles économiques différents que la politique n’a jamais cessé d’orienter vers des issues loin de de concrétiser les aspirations des peuples, ont conduit vers un Maghreb devenu l’appât de d’inozores civilises et moralistes ne lésinant pas sur les moyens pour affaiblir ce qui a toujours constitue l’ossature et le nerf d’acier à savoir l’unité et le rejet de la discorde. Cette photo montre également l’innocence des enfants de la liberté qui peut être pour la première fois vivaient la joie des jeux, ces jeux que les restrictions du couvre-feu transformaient en cauchemars. Valeureux 5 juillet aux portées universelles, ton anniversaire est à la fois immense et profond car tu incarne l’une des plus grandes révolutions du monde dont le prix a été conséquent. Notre pays est beau aussi protégeons le avec toute l’énergie du grand espoir. L’illustration en grande affiche transmet une aya du livre saint qui recommande la nécessite de se regrouper et de renier toute forme de discordance. Encore une fois merci noria pour l’effort colossal que vous déployez ces derniers temps pour l’embellissement du site, pour la calligraphie, pour le choix des couleurs et le fond des thèmes qui méritent toute l’attention et beaucoup de réflexions. Bonne fin de journée a toutes et a tous.

    http://www.algermiliana.com/medias/images/0-17-photos-rares-de-la-joie-des-algeriens-le-5-juillet-1962.jpg