Algermiliana banniere animee 2

Au temps de si Hmida

___________________________________

Le coiffeur est un distributeur de plaisir, La coiffure est un art de changement, il faudra donc évoluer ou accepter de disparaitre ; une telle affirmation est à discuter.

Si Hmida, coiffeur des temps de nos âges enfantins disposait dans l’accomplissement de son œuvre d’un outillage très simple, usant également d’une technique tellement plus simple qu’elle égalisa la souplesse tant le geste mécanique était adapté au rythme du ronronnement de la tondeuse manuelle.Coiffeur d'antan Quant au coiffeur de ces temps qui nous échappent c’est toute une autre histoire, alors autant commencer par le commencement.

Chaque village retient en mémoire le nom de son coiffeur. Chaque âge enfantin garde dans le recueil des nuits et les jours l’éclat de son premier Mouniou. Mon village, Ô royaume de tous les sentiers battus, encore une fois je te demande de rehausser le blason des cheminées bercées par la complainte des vents, propulsant en douce les arômes de la belle époque. Une époque, un âge enfantin et voilà l’une des plus belles romances qui nous revient portant sur ses ailes la simplicité qui avait tant charme le bon vieux temps.

En ces temps-là il n’existait que trois modèles de haute coiffure répartis entre la coupe, la brosse et enfin celle qui plus tard devait s’attribuer le nom d’une référence à la fois historique et artistique se rapportant aux personnages de TARAS BOULBA et GOUJAK.

Le coiffeur de nos jours vous surprend par le seul énonce du type de coiffure à adopter. Honorables clients nous utilisons un matériel rénove et nous sommes là dans le but de vous satisfaire et surtout pour vous embellir.

Le menu est varié et comporte selon le goût et les préférences un certain nombre de choix :
Nous avons la coupe classique, la coupe en dégradé, la bande, la bande courte, la casquette, la coupe militaire, les marines ect…ect...
Du côté de la brosse, nous disposons d’un outillage roulant en entier par la bienfaisance des attributs énergétiques. La tondeuse électrique est réglée suivant des crans à niveaux variables et légèrement actionnée, elle suivra le chemin indique de façon efficace et sans aucune retenue.

À l’époque de Si Hmida et à l’instar de tous les Si Hmida de la vieille romance, la tondeuse manuelle prenait souvent un malin plaisir à observer une petite pause pour rafraichir ses dents à cause d’un accrochage avec un cheveu entêté très attache à sa réserve.

En dépit des signaux largues par le client, Si Hmida, calme, sobre et serein, trop bien à l’aise ne manifestait aucune gêne.
Honorables clients, nous attirons votre aimable attention que les choses ont nettement évolué au niveau de la dissection et la répartition des bribes de cheveux, désormais les choses ont un look de vraie jeunesse.

La boule à zéro, loin de rester rigide et kalbo elle s’est fait un nom et une référence. Bien plus, elle évoque la fantaisie. Au temps de Si Hmida, la tondeuse manuelle réglée au cran unique, encouragée par la hardiesse des doigts subtils suivait normalement le chemin à parcourir le plus normalement du monde, enfin presque ! Car de temps à autre manquant de carburant elle provoquait de légers sursauts. Le client habitue à ce petit jeu voyait en ce tour de manivelle un signe qualitatif de bonne œuvre. Honorables clients, nous disposons de la boula un, de la boula deux, et bien entendu même la boula trois. Ainsi va la vie, de quoi laisser pantois l’adepte de la coupe des anciens temps !

Au temps de si Hmida, l’arsenal déployé était fort simple mais tellement mécanise face à nos yeux et à notre vision sur la complexité des choses qui nous entouraient. L’arsenal était constitué de :
de peigne, brosse à cheveux, ciseaux de coiffure, sèche-cheveux, serviette, punto, et bien sur la serviette et la lavande. Cependant que dire de l’arsenal déployé par le coiffeur et la coiffeuse d’aujourd’hui ? Un arsenal digne de mabrouk s’en va en guerre ! A vous d’en juger : séchoir casque, fer lissant, rouleau de mis en pli, ciseaux à sculpter, tondeuse pour nez et oreilles, stérilisateur, etc. …etc. …la liste est loin d’être terminée, défrisant, mèche de cheveux, coloration des cheveux, décoloration, décapage, et la liste n’en finira jamais !

De l’outillage utilisé par si Hmida les lames Gillette attiraient ma curiosité car très bien coffrées dans leurs boites, reflétaient le portrait d’un personnage à l’allure élégante et imposante.

En relief, un grand navire sillonnait les hautes mers. Le message était clair net et précis : avoir cette force de disséquer le cheveu depuis sa racine.
Le petit salon de si Hmida dégageait sans cesse la fraicheur de l’eau de Cologne et surtout cette poudre si douce et si agréable qui par les doigts tendres vous tamponne la nuque durant quelques secondes laissant sur place une profonde sensation couleur de Printemps.

Le client retardataire ayant opté pour une belle coupe se contentera toute fois d’une simple touche de punto. Le tube à force d’être presse n’est alors qu’un tout petit bout de tube.

La musique par contre ne manquait pas. Le tissef…TSF…relié à un ressort en spirale accroché au plus haut niveau du plafond, en dépit d’une réception en dents de scie, arrivait tant bien que mal à saisir au vol les ondes magiques.

Si Hmida tenant par une main les ciseaux de coiffure, le peigne de l’autre main semait au gré des vents les restes ultimes d’une chevelure autre fois en liesse. Dans une démarche victorieuse la tondeuse se frayait un passage acquis parmi les cheveux qui, au fil des heures s’entassaient sur un coin du sol savamment arrose au grésil noir. A l’allure de petites dunes les bribes baignaient dans le gris, le blanc et le noir, signes des âges en passage.
Une glace de moyenne dimension fixée sur le mur ajustait au mieux les gestes augustes de si Hmida. Sur une table basse, un bastos bleu grillait à petites étincelles gisant au fond d’un cendrier en porcelaine blanche.

Défiant le vieil adage qui reprochait aux coiffeurs leur amour pour le bavardage, si Hmida dialoguait peu avec ses clients. Usant de la main, il orientait le faciès du client dans la position adéquate et permettre à la machine de suivre convenablement les instructions requises. Durant les jours de fêtes et la rentrée scolaire, le petit salon faisait preuve de bonne audience. Dans toutes les occasions et les situations si Hmida était présent.
Pour nos parents, la brosse tenait une place de choix. Elle est économique et les cheveux mettront un peu plus de temps pour réapparaitre de nouveau sur scène.

En pareille occasion, si Hmida doublait la vitesse s’appuyant largement sur une oreille sourde, fonctionnant à merveille. Les tics et les ais faisaient partie des décors. En quittant le luxueux salon on aura payé cinquante centimes. Si Hmida visiblement satisfait disait presque en silence : sahit.

Cependant et contrairement à tous les HMIDA d’antan, le coiffeur d’aujourd’hui est soumis à des règles de formation. On s’intéresse encore plus à l’étude des risques provenant de ce métier.

En France pour accéder au titre de coiffeur il est possible de suivre un CAP coiffeur durant deux années d’études, un autre diplôme complète le CAP, il s’agit du brevet coiffeur, d’autres diplômes sont proposé par les grandes écoles privées dites de hautes coiffures.

Dans les détails que nous venons de citer on aura perdu de vue Si Hmida, mais patience mes chers clients car ce qui a été désigné comme art de changement n’est en fait que la face cachée de l’iceberg et quelle face ! Des études récentes ont démontré que le coiffeur et la coiffeuse sont exposés à des risques tels l’inhalation et le contact cutané avec des produits toxiques aggravés par la découverte de substances susceptibles d’entrer dans la composition des produits cosmétiques.

Une expertise réalisée en 2016 par l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ANSM sur l’exposition aux produits cosmétiques et les troubles de la reproduction, recherche effectuée sur les métiers les plus exposés aux produits cosmétiques c’est à dire les professions de coiffeur et des soins de santé.

Les épidémiologistes et les médecins du travail ont observé que les coiffeuses sont plus exposées au cancer du sein que la population générale, ce risque est également détecte chez les femmes qui utilisent des teintures capillaires. Les risques de cancer du poumon et de la vessie ont été observé par les spécialistes cites ci-dessus. Ces types de cancer ont été retrouve également dans les industries des colorants. Les coiffeurs et les coiffeuses par l’usage de leurs mains s’exposent à des dermatites eczématiformes, allergies touchant à la fois la peau, les poignets et le bas de l’avant-bras.

Certains gants talques ou non talques peuvent contenir des allergènes. Les notions scientifiques que nous venons d’étaler pour soutenir Si Hmida sont le résultat de l’expertise réalisée par ANSM. Si Hmida dans ta simplicité tu étais réellement un distributeur de plaisir et de bonheur, dans ta simplicité tu as atteint le top des Étoiles. Dans toutes les occasions tu as été égal à toi-même. Dans ton humble salon de coiffure la lavande et le grésil noir se partageaient le nectar d’une propreté conjuguée à tous les temps. Jadis on était ces petites têtes qui obéissaient sans faille aucune à la prouesse de tes doigts subtils et aujourd’hui nous sommes ces cœurs qui ressentent la joie de vivre un instant de toutes les grâces d’un temps révolu.

Un temps que les métiers de la bonne heure avaient consigné dans l’un des plus beaux recueils intitule retour dans mes souvenirs. Un titre que l’agréable site Alger Miliana en avait fait son fer de lance ou même plus une sorte d’âme douce. La présente approche ne constitue pas à nos yeux un frein à l’émancipation et le développement mais bien au contraire une forme de questionnaire à dresser sur les aspects négatifs de ces produits multiples qui inondent les marches enflâmes par la surenchère d’une publicité vide de conscience car base sur le gain et le profit. Vu les risques qui caractérisent cette ruée vers les salons et les instituts de soin et de beauté, à mes yeux, le petit salon de Trézel restera toujours le réel distributeur de plaisir et de quiétude. Le vieil adage nous pousse à reconnaitre que la bonne soupe se trouve dans les vieilles marmites.

 

Par BELFEDHAL Abderrahmane

Commentaires

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 1. BELFEDHAL Abderrahmane Le 14/09/2021
    Approche juridique numéro 02
    Dans une approche précédente, nous avons cite succinctement la definition de l’auteur de l’infraction, le ou les Co auteurs et enfin le ou les complices selon les articles du code pénal algérien. A la leur des articles 41, 42,43 et 44 du code précité le législateur a fixé les moyens à mettre en œuvre pour que l’infraction ait eu lieu tout en insistant de façon catégorique sur la règle juridique suivante : …….PAS D’INFRACTION SANS TEXTE ……..PAS DE PEINE SANS TEXTE ……….
    Nous avons clôturé l’approche précédente par un rappel toujours de manière abrégée les éléments qui constituent chaque infraction, ce sont les trois éléments à savoir :
    ::::l’élément légal
    ::::l’élément matériel
    ::::l’élément moral
    Alors sans tarder commençons par l’élément légal qui réside dans le texte qui punit toute infraction. Cette particularité nous renvoie à l’article 01 du code pénal qui énonce : il n ya pas d’infraction ni de peine ou mesure de sureté sans loi. Par ailleurs l’article 43 de la constitution souligne de façon claire le principe de la légalité des délits et des peines : Nul ne peut être tenu pour coupable si ce n’est en vertu d’une loi promulguée antérieurement à l’acte incrimine. On retiendra donc toute l’importance du texte réprimant l’infraction et d’autre part la promulgation de ce texte avant la commission de l’acte incrimine. Sur ce plan-là il est nécessaire de mentionner l’article 39 du code pénal qui stipule qu’il n ya pas d’infraction dans les cas suivants :
    1 : Lorsque le fait était ordonné ou autorise par la loi,
    2 : lorsque le fait était commande par la nécessité actuelle de la légitime défense de soi-même ou d’autrui ou d’un bien appartenant a soi-même ou à autrui,pouvu que la défense soit proportionnée à la gravite de l’agression. Les deux éléments que nous venons de citer excluent l’acte de l’incrimination. Sur ce plan relatif aux faits justificatifs, l’article 40 du code pénal explique clairement les cas de nécessité : Sont compris dans le cas de nécessité actuelle de légitime défense :
    01 …L’Homicide commis, les blessures faites ou les coups portes en repoussant une agression contre la vie ou l’intégrité corporelle d’une personne ou en repoussant, pendant la nuit escalade ou l’effraction des clôtures, murs ou entrée d’une maison ou d’un appartement habite ou de leurs dépendances.
    02…L’acte commis en se défendant ou en défendant autrui contre les auteurs de vol ou de pillages exécutes avec violence. Mes amies et amis de l’agréable site Alger Miliana, avec la connaissance succincte et résumée de l’élément légal de l’infraction, je vous donne rendez-vous pour une prochaine rencontre avec les deux éléments restants à savoir l’élément matériel et l’élément moral. IN CHAALLAH au fil des temps nous aborderons des sujets importants tels l’abus de confiance, destruction de biens d’autrui, le vol, le vol qualifie, l’association de malfaiteurs, le chèque sans provision et autres, seulement je souhaiterai connaitre l’avis de nos intervenants, leurs remarques et leurs suggestions dans le but d’améliorer le contenu et un grand merci à mon amie NORIA qui nous a permis cet agréable espace. Pour ramener un léger souffle de l’orient, je vous invite à écouter un morceau de musique compose par Sayed derviche intitule TALAA YA MAHLA NOURHA. A bientôt.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 2. BELFEDHAL Abderrahmane Le 09/09/2021
    BONSOIR A TOUTES ET A TOUS
    IL VAUT MIEUX SE TROMPER DANS LA GRACE QUE DANS LA PEINE A ENCOURIR……..TRADUCTION PERSONNELLE D’UN HADITH.
    IL VAUT MIEUX RISQUER D’ABSOUDRE UN CRIMINEL QUE DE CONDAMNER UN INNOCENT. DANS LE PREMIER CAS, LE JUGEMENT EST UNE ERREUR, DANS LE SECOND C’EST UN CRIME…..BARTHELEMY
    Suite à l’aimable l’autorisation de notre amie noria afin d’apporter modestement un plus au site, ensemble nous hisserons les voiles vers les connaissances du droit en abrégé. Le droit pénal constituera notre première escale. Dans un récent commentaire lie au drame qui a défrayé la chronique à l’échelle nationale suite à l’assassinat du regrette Djamel, j’ai fait allusion aux deux articles 42 et 43 du code pénal sans pour autant citer leurs contenus, les éléments qui les distinguent et leur portée juridique pour enfin arriver à l’établissement de la preuve irréfutable et déterminer la responsabilité pénale qui découlera de l’acte condamnable tel que déterminé par les textes en vigueur. Mes chers amies et amis ouvrons le code pénal et voyons de près ce que dit le législateur au sujet de l’auteur de l’infraction .L’article 41 énonce ce qui suit : Sont considères comme auteurs tous ceux qui, personnellement ont pris une part directe à l’exécution de l’infraction, et tous ceux qui ont provoqué a l’action par dons, promesses, menaces, abus d’autorité et de pouvoir, machinations ou artifices coupables. L’auteur au vu de cet article c’est celui qui commet matériellement l’infraction. C’est donc celui qui accomplit personnellement les différents éléments de l’infraction, s’ils sont plusieurs à agir de façon directe ils sont alors considérés comme Co auteurs. l’infraction s’établit aussi dans le cas de l’abstention à accomplir un acte prévu par les textes tel le cas d’une mère qui s’abstient d’allaiter son nourrisson au risque de le laisser mourir. Cependant qu’en est-il de celui qui a seconde l’auteur de l’infraction ? IL s’agit du complice .voyons de plus près les textes appropries et plus exactement les articles 42 et 43 du même code cite ci-dessus .l’article 42 stipule dans son contenu ce qui suit : sont considérés comme complices d’une infraction ceux qui, sans participation directe à cette infraction, ont avec connaissance, aidé par tous moyens ou assiste l’auteur ou les auteurs de l’action dans les faits qui l’ont préparée ou facilitée, ou qui l’ont consommée. L’article 43 du code pré cite nous oriente sur les moyens utilisés par le complice pour prêter main forte à l’auteur ou les auteurs de l’infraction avec connaissance des faits avant leur exécution bien sûr. L’article en question énonce ce qui suit :est assimile au complice celui qui, connaissant leur conduite criminelle, a habituellement fourni logement, lieu de retraite ou de réunions a un ou a plusieurs malfaiteurs exerçant des brigandages ou des violences contre la sureté de l’état ,la paix publique, les personnes ou les propriétés. Le complice au vu de ces deux articles est une personne qui a agi en disposant pleinement de ses capacités en matière de la connaissance des faits avant leur exécution. L’article 44 du même code tranchant sur la peine réprimant ce crime cite : le complice d’un crime ou d’un délit est punissable de la peine réprimant ce délit ou ce crime. Mes chers amies et amis de l’honorable site Alger Miliana plusieurs termes juridiques nous ont accompagné dans la présente approche simplifiée a l’exemple du terme crime, délit ou contravention ; nous y reviendrons pour pour un éclaircissement de leur nature juridique. Nous signalons toute fois que la complicité n’est jamais punissable en matière de contravention. Nous concluons pour cette première partie de notre modeste approche que l’acte commis est clairement cite et défini par un texte juridique avec l’ensemble de ses éléments matériel, moral et légal et ce sera notre prochaine escale qui sera toutefois tributaire des avis des intervenants du site .je réitère encore une fois mon appel à toutes les plumes qui avaient certainement permis l’éclosion des plus belles fleurs qui ornent majestueusement notre site a toutes et à tous. Que chacune et chacun dans son domaine se manifeste pour le bien des générations à venir. Pour égayer l’atmosphère des articles au caractère impératif, général et abstrait je vous laisse en compagnie de Sayed derviche et sa composition musicale de l’extraordinaire ZORONI KOULI SANNA MARA A TRES BIENTOT IN CHAA ALLAH.

  • BELFEDHAL abderrahmane
    • 3. BELFEDHAL abderrahmane Le 28/07/2021
    BONSOIR A TOUTES ET A TOUS.
    La raison et la volonté font notre indépendance et la mesurent en même temps…….Henri -Fréderic Amiel.

    La photo de la semaine publiée par l’excellent site nous renvoie aux temps merveilleux du recouvrement de l’indépendance. La fidélité de la prise de vue de l’époque relative au mois de juillet est visible et se vérifie par l’habillement des enfants. La photo ainsi prise comporte également en gros plan l’illustration du moudjahid brandissant son arme en signe de victoire. Cependant l’enseignement le plus noble, le plus fort en profondeur reste le message de tous les temps : celui de l’unité et le rejet de toute forme de discorde. Tel est l’enseignement de l’éternel. Les drapeaux du Maghreb enracines sur la terre fertile, ensemble, flottent sous le vent de l’unité, sous le haut patronage de la glorieuse ALN. Cela datait depuis plus de 59 longues années ! Un Maghreb fort et uni, un Maghreb libre et indépendant et enfin un Maghreb tirant sa substance à partir des orientations de l’islam de la tolérance et de la fraternité. Les dirigeants politiques, malheureusement avaient perdu le sens profond de ce message si cher aux peuples épris de justice et particulièrement, la justice sociale. Le Maghreb si riche en potentialités diverses ressemble à un géant aux pieds d’argile face à une nomenklatura aux visées tendancieuses dont le but est de mettre main basse sur les acquis et les sacrifices stoïques des peuples qui ont souffert le martyr. L’illustration montre clairement que l’unité du Maghreb est le ciment qui consolidera à la fois la richesse du sol et le rafraichissement de sa productivité. MERCI NORIA pour le choix de cette noble affiche qui brave le temps car elle est vivante et défie toutes les équations et les axiomes qui tentent de discréditer le noble sacrifice .l’histoire nous rappelle que l’Algérie a peine sortie de la nuit coloniale s’est vue engagee dans une guerre fratricide dont le mobile était dicte par des visées expansionnistes du makhzen .Depuis ,les décideurs ayant opté pour des modèles économiques différents que la politique n’a jamais cessé d’orienter vers des issues loin de de concrétiser les aspirations des peuples, ont conduit vers un Maghreb devenu l’appât de d’inozores civilises et moralistes ne lésinant pas sur les moyens pour affaiblir ce qui a toujours constitue l’ossature et le nerf d’acier à savoir l’unité et le rejet de la discorde. Cette photo montre également l’innocence des enfants de la liberté qui peut être pour la première fois vivaient la joie des jeux, ces jeux que les restrictions du couvre-feu transformaient en cauchemars. Valeureux 5 juillet aux portées universelles, ton anniversaire est à la fois immense et profond car tu incarne l’une des plus grandes révolutions du monde dont le prix a été conséquent. Notre pays est beau aussi protégeons le avec toute l’énergie du grand espoir. L’illustration en grande affiche transmet une aya du livre saint qui recommande la nécessite de se regrouper et de renier toute forme de discordance. Encore une fois merci noria pour l’effort colossal que vous déployez ces derniers temps pour l’embellissement du site, pour la calligraphie, pour le choix des couleurs et le fond des thèmes qui méritent toute l’attention et beaucoup de réflexions. Bonne fin de journée a toutes et a tous.

    http://www.algermiliana.com/medias/images/0-17-photos-rares-de-la-joie-des-algeriens-le-5-juillet-1962.jpg