ALGER-MILIANA.COM

Le cinéma c’est l’art de sculpter le temps…

________________________________________

Le cinéma c’est l’art de sculpter le temps

Andrei Tarkovski

Mon village avait ce grand honneur d’avoir son univers cinématographique, les enfants de mon village ont toujours pris d’assaut ces coins de rêve… pour rêver. Trézel, sougueur c est revoir cet enfant prodigue portant en bandoulière un tableau de moyenne dimension sur lequel sont épinglées quatre petites affiches tirées du film du jour. Usant d’une clochette, notre ami Miloud, faisait pratiquement le tour du village, les tintements qu’il magnait avec tant de prouesse étaient si familiers qu’aux premiers sons on ne s empêchait de crier : voilà Miloud qui arrive, allons voir de près ce qu’il nous ramène. Les pas se précipitaient, les esprits ont déjà regagné les lieux choisis par les maitres de la mise en scène, au beau milieu des canyons géants, une rude bataille entre visages pâles et peaux rouges faisait rage, l’odeur de la poudre taquinait déjà nos narines avant même d’avoir eu accès aux premières loges du Nador.

L’enfant faiseur des beaux rêves, quotidiennement, véhiculait le film et ses héros soutenus par un enthousiasme hors pair pour réussir le pari publicitaire. L’imagination, tambour battant, faisait le plein. La projection du film était programmée selon trois séances reparties entre une première matinée fixée à 14 heures, une deuxième matinée à 17 heures et enfin une soirée à 21 heures. Selon les saisons, un décalage horaire de trente minutes était de rigueur avant le démarrage du film. A travers le petit tableau tenu en bandoulière, sur le terrain ou on jouait au ballon, on saisissait au vol le double plaisir de jouer et d’être à jour de ce qui allait se dessiner sur les confins du Nador. Miloud ne manquait pas l’occasion de donner un coup de pied à notre ballon l’envoyant un peu plus loin, histoire de prolonger un peu plus le temps de gouter à son menu. Notre ami ne souffrait pas du manque d’idées. Oui, je crois bien qu’il était toujours à la hauteur des exigences de son devoir de faiseur de joie et de bonheur. A ce stade ou en sont les choses, j’avais déjà ressenti le désir ardent de mettre en pratique une manœuvre émotionnelle qui le plus souvent se soldait par une réussite. Mon atout majeur était ma tendre maman… Ma très chère maman, hier j’ai vu en rêve… je connais la suite…( ma mère était persuadée que le rêve n’a jamais frôlé mon esprit ) et que par contre il s’agissait tout simplement d’un tour innocent afin d attendrir son grand cœur … s assurant qu’ il n’y avait aucun témoin gênant ( particulièrement mon frère Saïd) elle me fait signe de la suivre vers le fameux sandougue, une sorte de fourretout ( il y a du café, du sucre, des bougies, des allumettes, du parfum ploum ploum, etc..etc..) il faut croire que les abc de l’économie politique se traduisaient en termes clairs dans l’apport de ce sandougue miraculeux… finalement ma mère m’avait, sans surprise aucune de ma part, remis une jolie pièce de 100 francs (un total de 20 doros…à ne pas confondre avec euros) ce qui me permettait à la fois de gagner une place honorable dans la salle romanesque agréablement agrémentée d’un succulent casse-croute. Chose étrange, vraiment étrange, à chaque coup Saïd était à côté de moi !!! On se rappellera les deux cette légende aussi longtemps qu’avait duré cet éternel prochainement sur cet écran. A l’occasion de la projection des super productions, le pousse pousse trempé de sueurs chaudes et froides nous acculait dans cette terrible angoisse de voir que le ciné allait afficher complet. Le grincement que dégageait la porte d’entrée s’enfonçait profondément dans nos corps, éliminant toute possibilité d’avoir un ticket pour une place a même le sol. Une gargote aussi vieille que le temps des pas premiers de notre cher cinéma s’offrait a nos menus francs pour calmer notre déception. Une maakouda bien grillée à l’huile Lesieur nous aidait tant bien que mal à supporter les heures qui nous séparaient de la prochaine séance. A ce jour, depuis des lustres, le cinéma et la gargote sont face à face. L un consigné dans le registre de l’indifférence et de l’oubli tandis que l’autre, alléchante et fumante, refusait la noyade dans la mémoire d il était une fois. IL m’arrive souvent de passer par la rue menant à ces deux endroits, là où les souvenirs s’entrecroisent, de voir et de ressentir les éclats d’antan. Pensif, l’air hagard, écoutant cette lointaine chanson d’avant le lancement des grandes aventures que nous attendions avec une joie impatiente. La chanson disait : ya Mustafa, ya Mustafa, ana bahibek ya Mustafa. Je revois encore les éclats de la MGM, La Columbia picotures, la Paramount, la Twenty century fox, avec des acteurs de renommée de l’envergure de Kirk douglas, de Randolph Scott, de Jeff Chandler, de Garry Cooper, de Steve Reeves, de Victor mature, de Johnny Weissmuller, et la liste était longue…très longue. Qui se souvient de Samson et Dalila ? De mangala fille des indes, Attila, les dix commandements, taras boulba, hercule, tarzan, maciste, et qui se souvient de tout et de rien ? Le film a démarré il ya de cela une trentaine de minutes, tout baignait dans le calme du silence lumineux jusqu’ au moment où le regretté zaiouache, notre précieux operateur, trouva le temps opportun pour écourter une séquence jugée inutile, mais c’était sans compter les cris et les injures de l’incorrigible, le regretté allèle, rabbi yarhamou. Dans les colonnes du noble site, mon frère Saïd, dans son coin avait évoqué une séquence inédite intitulée ce cher ciné Nador. La reprise de la séquence travaillée par notre operateur avait latéralement refroidi le rebelle qui apparemment satisfait se frottait les mains en signe de victoire. En fin de semaine, l’équipe du Nador à l’aide de grattoirs nettoyait les deux façades murales qui avaient servi d’espace publicitaire dans l’attente de coller de nouvelles affiches. Quelque fois, à cause d’une panne imprévue, les affiches restaient silencieuses provoquant en nous une tristesse insoutenable. Des fois cette inertie durait des jours et des jours dont la cause était liée au manque de pièces de rechange jugées introuvables sur le marché. Cependant l’équipe est présente, leurs noms à eux seuls suffisaient pour renouer avec la légende qui refusait la mort dans l’anonymat. Miloud et son cinéma ambulant, Zioueche et son terrible bistouri, Allel et ses cris de tarzan raté, les grincements de la porte d’accès qui en avait pardessus la tête de recevoir au-delà de ses capacités, étaient autant de signes révélateurs d’une légende nommée silimet, lahcen allah yarhmou. Une légende que nous retraçons avec l’encre des cheveux gris et blancs, jadis heureux de s’asseoir face à un écran de la dimension du monde. Ecran de tous les chants, écran de toutes les fibres qui ont vibré à l’écoute de l’amour et de la haine, l’honneur et la trahison, la puissance et la faiblesse, la richesse et la pauvreté. Ecran des escapades des instants ou parents, frères et sœurs savouraient la paix dans un profond sommeil, atténué par la psychose de fauteurs de troubles, je touchais à peine le loquet de la porte centrale de peur d’être pris à froid. La lumière s’est éteinte, le film reprend de nouveau la piste qui devait l’amener à sa fin…nos yeux …nos esprits… nos rêve avec… Adieu ciné Nador, adieu grand écran de la dimension du monde…Dans la piste des échos tu as conservé ton nom, ta marque et ton endurance et jusqu’à l’orée du site de mes passions là où le bonheur se dessine dans les colonnes qui ne meurent jamais. Ils ont pour nom : ALGER MILIANA.

 

Par BELFEDHAL Abderrahmane

Commentaires

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 1. BELFEDHAL Abderrahmane Le 10/06/2022
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 2. BELFEDHAL Abderrahmane Le 10/06/2022
    Amis du noble site bonsoir… un petit appel pour un grand retour…
    En buvant l’eau du puits, n’oubliez pas ceux qui l’ont creusé…………Citation.
    La reconnaissance est la plus belle fleur qui jaillit de l’âme……………..Citation.
    Le choix de ces deux citations s’explique en grande partie par le silence incroyable qui s’est établi ces derniers temps dans les colonnes d’un site extraordinaire qui s’est imposé par son sérieux et son objectivisme dans l’analyse des faits que de belles plumes avait tracé au fil des ans. En buvant l’eau du puits(le site Alger Miliana) n’oubliez pas ceux qui l’ont creusé (notre amie Noria). La reconnaissance est la plus belle fleur qui jaillit de l’âme est le sentiment le moins que l’on puisse exprimer vis-à-vis de notre webmestre qui mérite assistance et encouragement dans sa noble mission. Amis (es) du noble site et particulièrement celles et ceux qui ont choisi les chemins de l’absence, une absence remarquable car leur présence était plus que remarquable au vu de leur participation active dans la mouvance des différents coins qui avaient tant charmé notre évasion une fois les heures de travail achevées. A toutes et à tous, j’ai choisi pour vous une autre envolée dans les temps de ceux qui ont admirablement composé avec les aléas de la vie…il s’agit de ceux qui ont arraché à juste titre le trophée pour en faire un passage sur dans le fleuve éternel… ce fleuve a un repère appelé sagesse. Le dictionnaire Larousse nous renvoie à la définition suivante : la sagesse est la qualité de quelqu un qui agit avec prudence et modération. Elle est aussi la connaissance du vrai et du bien, fondée sur la raison et sur l’expérience. Wikipédia de son côté considère que la sagesse est un concept utilisé pour qualifier le comportement d’un individu, souvent conforme à une éthique qui allie la conscience de soi et des autres, la tempérance, la prudence, la sincérité, le discernement et la justice s’appuyant sur un savoir raisonné. Par ailleurs le site Psycho media dans une étude publiée en 2017 dans le journal of Psychiatrie Research fait état d’un intérêt en psychologie relatif à la santé physique et mentale, le bien être, le bonheur, la satisfaction par rapport à la vie, la maitrise personnelle et la résilience. Cette étude d’emblée avait posé la question suivante : qu’est-ce que la sagesse ? Quelles sont les caractéristiques des personnes que nous considérons comme sages ? Le chercheur en psychiatrie Dilip N. jeste a l’université de Californie à San Diego avec ses collègues ont identifié six composants de la sagesse dont voici quelques-uns : les comportements pro sociaux à savoir empathie, compassion, altruisme et sens de l’équité. L’esprit de décision d ou la capacité de prendre des décisions rapides et efficaces. Voir les choses dans leur juste mesure. La connaissance de la vie et les décisions sociales, capacité de donner de bons conseils, connaissance et compétences pour mener sa vie. Amis du noble site reprenons le chemin des sages pour voir ce qu’ils ont dit à propos de la sagesse, cet art de vivre. Le sage a dit à propos d’une pierre : le distrait a trébuché a cause d’elle. Le violent l a utilisée comme un projectile. L’entrepreneur a construit grâce à elle. Le paysan fatigué s’est reposé sur elle. Pour les enfants c’est un jouet. David a tué Goliath avec, Michel Ange en a fait des sculptures. Dans tous les cas, la différence ne se trouve pas dans la pierre, mais chez l’homme. Il n ya pas de pierre sur votre chemin qui n’ait rien à vous offrir. Un autre sage a dit : un oiseau assis sur un arbre n’a jamais peur que la branche casse, parce que sa confiance n’est pas dans la branche mais dans ses ailes. Croyez toujours en vous-même. Dalai Lama a préconisé dix-huit règles de vie dont voici à titre d’exemple ce qui suit : Suivez les trois R : respect de soi, respect des autres et responsabilité pour toutes vos actions. Ne laissez pas une dispute briser une grande amitié. Rappelez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance. Amis du noble site je termine ce petit voyage parmi les vestiges de la pensée humaine par une citation de ghandi, une citation connue dans notre patrimoine musulman depuis fort longtemps : Vis comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours. Chère amie noria dans les colonnes de votre excellent Alger miliana.com nous avons appris énormément de choses utiles et agréables, nous avons eu l’occasion de connaitre des plumes trempées dans l’encre de la sérénité et de l’objectivisme et par voie de reconnaissance, j’exprime profondément le plus grand souhait de réussite au site et vous assure de mon entière adhésion à toute action de votre part pour hisser les voiles bien haut car sans doute les vents ne sont que favorables. Un tel site est désormais un patrimoine. Amis du noble site, il est grand temps que le silence de certaines plumes fasse le plus grand vacarme…Pour le bonheur de tout le monde. Toute la vie est régie par une seule loi, celle de la hiérarchie de l’âge, de l’expérience et de la sagesse (Seydou Badiah). Rappelons-nous aussi que la patience est le pilier de la sagesse. Avec l’âge vient la sagesse, mais parfois l’âge vient seul. (Oscar Wilde) . A toutes et à tous ya elfa laila.

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 3. BELFEDHAL Abderrahmane Le 27/05/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    La vie, c’est le mouvement, l’agitation, la dépense incessante des forces physiques, morales et intellectuelles…………………………………………………………………………………………………….Georges Sand.
    Récemment nous avons entrepris la tache de vadrouiller ca et la via les colonnes de notre super Alger Miliana autour des expériences vécues par des littéraires confirmés tels Ilya Abou madhi et son poème lestou adri, Aidh el karni et son bestseller ne sois pas triste ou le poème Desiderata de max ehrrmann ou encore avec mahmoud elmasri alias Abou ammar et son œuvre ne sois pas triste et souris a la vie, la liste est bien longue de ceux qui ont réussi à composer avec les aléas de la vie, à surmonter les peines pour arriver finalement à cerner au mieux l’enjeu de l éxistence même. Il arrive souvent de traverser des moments insurmontables liés par exemple a une douloureuse séparation ou la disparition d’un être cher à l’image de la célèbre « O temps suspend ton vol » le poète est latéralement brisé au point de demander au temps de s’arrêter, tandis que le père de la légende des siècles s’empresse a l’heure ou blanchit la campagne d’aller rejoindre sa fille Léopoldine « je sais que tu m’attends ». Beaucoup par leur plume ont retracé leur voyage dans la vie en mettant en exergue le prix de leur alliance avec les aléas du temps. Pour mes amies et amis, j’ai cherché à reproduire dans les annales du prodigieux site une autre ouverture sur l’expérience des autres dont voici un certain nombre de citations et de proverbes du monde, portant sur des thèmes divers ayant un rapport direct avec la vie dans sa forme la plus simple à savoir « l’ensemble des phénomènes liés à la croissance, au métabolisme et à la reproduction, de la naissance à la mort ( dictionnaire le Robert) . »
    Mohamed Abdou : « Nos cœurs sont exposés aux passages des insufflations, voire aux incertitudes et aux doutes. Ce qui raffermit noc cœurs, chasse l’instabilité et les attache à la certitude, c’est le noble coran.
    Confucius : « si tu rencontres un homme de valeur cherche à lui ressembler. Si tu rencontres un homme médiocre, cherche ses défauts en toi-même.
    Socrate : « Tomber n’est pas un échec, L’échec c’est qu’on reste là où on est tombé.
    Victor Hugo : « les bras des mères sont faites de tendresse, les enfants y dorment profondément. Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière.
    Charles Baudelaire : « d’un magistrat ignorant c’est la robe qu’on salue.
    Proverbe chinois : « la langue bute toujours la dent qui fait mal.
    Proverbe africain : « on ne peut pas peindre du blanc sur du blanc ou du noir sur du noir, chacun a besoin de l’autre pour se révéler. »
    Amis du noble site, qu’en est-il du bonheur, de la vertu, de la patience, de la quiétude, de la colère, la tolérance et l’espoir ? Voyons de près ce que nous offre l’expérience des autres.
    L’espoir est une force morale génératrice d’autres forces permettant de triompher des plus durs obstacles.
    Les sages sont ceux qui pratiquent l’humilité, la bonté et la tolérance. Mais ils conservent de la fermeté dans la bonté, de la clairvoyance dans l’indulgence et de la rigueur dans la justice.
    Les hommes sont nés pour une mutuelle assistance. La colère est née pour une destruction commune. Agir dans la colère c est s embarquer dans la tempête.
    Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu.
    On ne peut pas labourer, semer, récolter et manger le même jour.
    Avec le temps l’herbe devient du lait.
    Amis du noble site, nous avons rapporté quelques proverbes et citations dans le plaisir de les partager avec vous et brièvement voyons ce que nous propose Wikipédia au titre de la distinction entre un proverbe et une citation ?
    Le proverbe provient le plus souvent de la sagesse populaire. Il n’est pas lié à un auteur précis, beaucoup de proverbes de langues différentes et d’époques différentes disent au fond la même chose. Wikipédia considère le proverbe dans le sens d’une formule langagière de portée générale contenant une morale, une expression de sagesse populaire ou une vérité d’expérience que l’on juge utile de rappeler. La citation par contre est l’action de citer, de rapporter les mots ou les phrases de quelqu un, paroles ou passage emprunté à un autre ou à quelqu un qui fait autorité. Dans ce dernier volet j’ai tenu particulièrement à reproduire dans les colonnes de l’excellent Alger Miliana un passage relevant d’un témoignage poignant, brulant, hissant haut l’étendard de l’histoire des temps modernes. Le colonel jaques Allaire, à l’époque au grade de lieutenant avait en 2007 déclaré dans une chaine de télévision française ce qui suit : « Si je reviens a l’impression qu’il m’a faite, à l’époque où je l’ai capturé, et toutes les nuits ou nous avons parlé ensemble, j’aurais aimé avoir un patron comme ça de mon côté, j’aurais aimé avoir beaucoup d’hommes de cette valeur, de cette dimension de notre côté, parce que c’était un seigneur Ben M hidi ». Une telle déclaration comporte en elle-même tout l’engagement et la détermination qui définissent la carrure des immortels. Peu avant sa mort en 1961 Frantz Fanon a déclaré : Nous ne sommes rien sur terre, si nous ne sommes pas d’abord l’esclave d’une cause, celle des peuples et celle de la liberté. Je termine cette envolée parmi les vestiges de la pensée humaine par la déclaration du président Mohamed Boudiaf : « … nous sommes guidés par une main supérieure. La seule règle est d’agir pour le bien de tous. Jamais pour ses propres intérêts. C’est ma règle. A partir de là, tout peut m’arriver demain ». Amis du noble site dans le but d’adoucir un peu l’atmosphère, à toutes et à tous 500 years ago.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 4. BELFEDHAL Abderrahmane Le 15/05/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    Ne laisse pas la tristesse ou la crainte de l’avenir te voler le bonheur du présent……..Citation.
    Il ya plus de choses naufragées au fond d’une âme qu’au fond de la mer…………………….Citation.
    Apres avoir pris connaissance du bestseller du prédicateur aidh el karni édité a plusieurs millions d’exemplaires et traduit en plusieurs langues, après avoir eu vent de l’excellent poème desiderata de Max Ehrmann, nous hissons les voiles depuis les colonnes du noble site vers d’autres horizons, vers d’autres ouvertures, là où le gouvernail bercé par les ondes magiques se laisse aller dans la douceur de se retremper à nouveau dans les sillons du grand fleuve qui coule lentement. Arrivés a point, le célèbre prédicateur Mahmoud el masri alias Abou Ammar nous accueilla avec son excellent ouvrage intitulé « ne sois pas triste et sourit a la vie » D’emblée l’auteur nous avisa que le titre de son œuvre est en lui-même un symbole qui traduit la volonté de planter l’espoir dans le désert du désespoir. Si a un moment tu te trouves assailli et totalement pris à la gorge par la horde des problèmes ne dit pas : O mon Dieu je suis la proie de terribles soucis mais dis plutôt : O désespoir j’ai un grand Dieu L éxalté et le glorieux soit-il. L’auteur sur la lignée du prédicateur aidh el karni, avait traité d’innombrables sujets aussi divers que complexes dans le de propulser a grandes échelles les richesses et les faveurs que nous perdons souvent de vue à cause des futilités et des déboires. Parmi les aspects négatifs répandus dans les comportements sociaux, le recours à l’expression « profitons de notre temps pour tuer le temps » loin de considérer la valeur du temps, on entend souvent cette expression qui dépasse le cours du gaspillage et de la dissipation. Si l’argent perdu est récupérable, le temps une fois gaspillé ne revient pas. Pour Abou Ammar tuer le temps n’est autre qu’une forme de suicide silencieux au su et au vu de tout le monde que personne ne condamne. Ne sois pas triste et sourit a la vie et considère que le pire des crimes c’est de tuer le temps. Ne sois pas triste et adopte le bon conseil de la morale qui s’exprime ainsi : « pourquoi tuer le temps quand on peut l’employer »
    Le dictionnaire répond à la question suivante : Est-ce que le temps nous appartient ? « Vivant physiquement dans le présent et responsables de nos actes, nous pouvons tout de même avoir une incidence sur le temps, puisque, en quelque sorte le présent nous appartient, il est la dimension du temps pendant laquelle nous agissons et décidons de notre vie. » Par ailleurs cheikh salim el fawzan considère que l’on ne peut tuer le temps, le temps n’est pas un ennemi que l’on tue, bien au contraire c’est notre capital et notre provision auprès d’Allah. Simone de Beauvoir a laissé entendre : « Ils se contentent de tuer le temps en attendant que le temps les tue. » D’autres citations renforcent l’absurdité de ceux qui pensent tuer ou avoir tué le temps. A titre d’exemple nous citerons :
    « Tuer le temps est d’un sot, le bien employer est d’un sage. »
    « L’homme oisif tue le temps, le temps tue l’homme oisif. » Notre voyage à travers les temps immuables n’a pas encore pris fin, aussi amis du noble site observons une honorable halte parmi les vestiges et le patrimoine légués par le coran et la sunna et saisissons au vol toute l’importance du temps tirée d’une excellente conférence animée par le sieur Abou el yousr ahmed via Islam house.com. Dont voici le contenu.
    Le temps dans le Coran et la Sounna
    Dieu — Exalté et glorifié Soit-Il — dit en rappelant ce grand bienfait qu’Il a généreusement accordé à Ses serviteurs : « Allah qui a créé les cieux et la terre et Qui, du ciel, a fait descendre l’eau ; grâce à laquelle Il a produit des fruits pour vous nourrir. Il a soumis à votre service les vaisseaux qui, par Son ordre, voguent sur la mer. Et Il a soumis à votre service les rivières. * Et pour vous, Il a assujetti le soleil et la lune à une perpétuelle révolution. Et Il vous a assujetti la nuit et le jour. * Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d’Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L’homme est vraiment très injuste, très ingrat ». Sourate 14, Ibrâhîm, versets 32 à 34.
    Dieu a ainsi compté la nuit et le jour, qui constituent le temps dont nous parlons, parmi les bienfaits les plus grandioses qu’Il a généreusement accordés à l’humanité. C’est par le temps que ce grand monde passe, depuis le début de sa création jusqu’à sa fin.
    Dieu — Exalté et glorifié Soit-Il — a insisté sur ce bienfait précieux dans un autre verset en disant : « Pour vous, Il a assujetti la nuit et le jour ; le soleil et la lune. Et à Son ordre sont assujetties les étoiles. Voilà bien là des preuves pour des gens qui raisonnent ». Sourate 16, An-Nahl, verset 12. A la fin de ce verset que nous venons de citer, Dieu souligne qu’il y a en ces bienfaits des signes et des preuves manifestes pour ceux qui sont pourvus de raison et ceux qui méditent.
    Et Il dit — Exalté et Soit-Il : « Nous avons fait de la nuit et du jour deux signes, et Nous avons effacé le signe de la nuit, tandis que Nous avons rendu visible le signe du jour, pour que vous recherchiez des grâces de votre Seigneur, et que vous sachiez le nombre des années et le calcul du temps. Et Nous avons expliqué toute chose d’une manière détaillée ». Sourate 17, Al-Isrâ’, verset 12.
    Et Il dit — Exalté et Soit-Il : « Parmi Ses merveilles, il y a la nuit et le jour, le soleil et la lune : ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Dieu qui les a créés, si c’est Lui que vous adorez ». Sourate Fussilat, verset 37.
    Dieu, Exalté Soit-Il, a blâmé les mécréants qui ont perdu leur vie et l’on dépensée dans la mécréance. Ils n’ont pas quitté la mécréance au profit de la foi, malgré la longue vie qu’ils ont eue.
    Dieu, Exalté Soit-Il, dit : « ...Ne vous avons-Nous pas donné une vie assez longue pour que celui qui réfléchit réfléchisse ? L’avertisseur, cependant, vous était venu. Et bien, goûtez (votre punition). Car pour les injustes, il n’y a pas de secoureur » Sourate Fâtir, verset 37.
    Dieu montre ainsi que le fait d’avoir une longue vie implique le devoir de prendre conscience et de voir avec lucidité. La longue vie est un champ pour la foi et le rappel. Dieu a fait de l’âge, qui est le temps vécu par l’être humain, un argument contre lui, de même que la présence d’un message et d’un avertissement constituent un argument contre lui.
    Le Hâfidh Ibn Kathîr dit dans l’exégèse de ce noble verset : « Cela veut dire : n’aviez-vous pas eu ici-bas des vies qui, si vous étiez de ceux qui profitent de la vérité, étaient largement suffisantes pour que vous en profitiez ! Qatâdah dit : Sachez que la longueur de la vie est un argument [contre celui qui la perd] ; nous recherchons refuge auprès de Dieu contre la perte de la foi avec l’âge ».
    Al-Bukhârî a rapporté, dans son Sahîh, selon Abû Hurayrah, que Dieu l’agrée, le Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, a dit : « Dieu, Exalté Soit-Il, n’a laissé aucune excuse à une personne dont il a prolongé l’âge jusqu’à soixante ans ». L’Imâm Ahmad a rapporté, dans son Musnad, selon Abû Hurayrah également, le Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, a dit : « Celui à qui Dieu accorde une vie de soixante ans, Il ne lui a laissé aucune excuse ». Cela signifie que Dieu ne lui a laissé aucune excuse à présenter, car Dieu lui a accordé un long sursis à travers cette longue vie.
    Outre les versets susmentionnés, de nombreux autres versets attirent l’attention sur la grande valeur de ce bienfait fondamental qu’est le temps. Il suffit de savoir que Dieu, Exalté et glorifié Soit-Il, a juré par le temps sous ses diverses formes, dans Son Noble Livre, dans maints versets, pour montrer la valeur du temps et son importance. Ainsi, Dieu, glorifié Soit-Il, a-t-Il juré par la nuit, le jour, l’aube, le matin, le crépuscule, le jour montant (ad-duhâ), et le temps (al-‘asr) : « Par la nuit quand elle enveloppe tout ! * Par le jour quand il éclaire ! » Sourate Al-Layl, versets 1 et 2, « Et par la nuit quand elle se retire ! * Et par l’aurore quand elle se découvre ! » Sourate 74, Al-Muddaththir, versets 33 et 34, « par la nuit quand elle survient ! * et par l’aube quand elle exhale son souffle ! » Sourate At-Takwîr, versets 17 et 18, « Non !... Je jure par le crépuscule * et par la nuit et ce qu’elle enveloppe » Sourate Al-Inshiqâq, versets 16 et 17, « Par l’Aube ! * et par les dix nuits ! » Sourate Al-Fajr, versets 1 et 2, « Par le Jour montant ! * Et par la nuit quand elle couvre tout ! » Sourate Ad-Duhâ, versets 1 et 2, « Par le Temps ! * L’homme est certes, en perdition » Sourate Al-‘Asr, versets 1 et 2.
    Notons que toute chose sur laquelle Dieu a juré par le temps est de la plus grande importance. Il a juré par le temps notamment sur deux questions d’une importance capitale. La première consiste à innocenter le Messager, paix et bénédiction de Dieu sur lui, de la fausse allégation des mécréants qui prétendaient que Dieu avait abandonné le Prophète. La seconde chose c’est de montrer que l’homme sera perdu et périra sauf ceux qui ont cru et qui ont accompli les bonnes œuvres. Pour ces deux questions, Dieu Exalté Soit-Il, a juré par le temps :
    « Par le Jour montant ! * Et par la nuit quand elle couvre tout ! * Ton Seigneur ne t’a ni abandonné, ni détesté » Sourate Ad-Duhâ, versets 1 à 3.
    « Par al-`asr (le temps) ! * L’homme est certes, en perdition, * sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance » Sourate Al-‘Asr.
    L’Interprète du Coran (Turjumân Al-Qur’ân), notre maître ‘Abdullâh fils de ‘Abbâs, que Dieu les agrée tous deux, dit : al-‘asr c’est le temps.
    Si tu perds mille ans dans des choses futiles, puis tu te repens et le bonheur s’établit pour toi pendant le dernier instant de ta vie, alors tu seras dans le Paradis éternellement. Tu sauras alors que la chose la plus précieuse c’est ta vie à cet instant de bonheur. Le temps fait partie des bienfaits fondamentaux. C’est pour cela que Dieu en a fait un serment solennel et a attiré l’attention sur le fait que la nuit et le jour constituent une opportunité que l’homme perd ! Ce sont là quelques éléments du noble Coran indiquant la valeur du temps et montrant qu’il fait partie des bienfaits. Nous terminons enfin notre voyage qui ne sera que parfumé davantage par l’apport du hadith rapporté par el boukhari dans son livre authentique. Le prophete salla allahou aleihi wa sallam a dit : IL ya deux choses que les gens n’apprécient pas à leur juste valeur : la santé et le temps libre. Il ressort de ce noble hadith que celui qui est en bonne santé, qui a un temps libre mais n’en profite pas pour multiplier les bonnes œuvres et augmenter son capital dans l’au-delà est un grand perdant.
    Amis du noble site si le voyage a réellement pris fin gardons toujours l’essentiel dans toute chose. Mon souhait est que chaque plume ayant déjà laissé ses traces dans les colonnes de notre très agréable site puisse soutenir sans réserve aucune notre amie Noria qui est en train de déployer des efforts titanesques pour que chacun puisse s’exprimer ouvertement et laisser le temps au temps afin d’écrire l’histoire d’un temps, un temps où il fait si bon de relater les choses dans leur contexte le plus vrai, le plus objectif et le plus naturel et le tout emballé dans le plus beau conseil : tache d’être heureux… ne sois pas triste…ne sois pas triste et sourit a la vie. Amis de notre site de tous les temps employons au mieux notre temps.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 5. BELFEDHAL Abderrahmane Le 07/05/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    L’invocation selon la définition simple et facile du dictionnaire est une prière des demandes formulées à des puissances divines selon des rites précis. En Islam l’invocation s’appelle Doua , qui consiste à demander à Allah une ou plusieurs choses. Elle se traduit par des mots cités à haute voix ou à voix basse. En ISLAM, il est utile de rappeler que l’invocation ne doit être adressée qu’à Allah. Faite à autre Qu Allah constituerait un grave péché. Plusieurs hadith rapportés par les compagnons du prophète que la prière de Dieu et le salut soient sur lui que l’invocation se situe favorablement en fonction des moments et des circonstances précises pour qu’elle soit exaucée. Le prophète que la prière de Dieu et le salut soient sur lui a dit : Deux invocations ne sont pas repoussées « l’invocation au moment de l’appel à la prière et celle faite sous la pluie. » « Il n ya aucun musulman qui fait une invocation dans laquelle il n ya ni péché, ni rupture des liens de parenté, sans qu’Allah ne lui donne une de ces trois choses : soit il exauce tout de suite son invocation, soit il lui retarde l’exaucement pour l’au-delà, soit il le protège d’un mal qui est équivalent. » Mes chers amis du noble site, avant d’entamer le pourquoi de ce sujet très important et combien salutaire dans notre vie, il est utile de rappeler la différence entre le verbe invoquer et le verbe évoquer qui ont une origine étymologique commune. Evoquer c’est se rappeler à titre d’exemple un souvenir, faire penser a quelque chose, se rappeler un passé, un nom … etc.…alors que l’invocation c’est le fait de prier, faire appel a Dieu. Je reviens donc sur le pourquoi du choix d’un tel sujet ? Profitant d’un petit moment évasif en ces jours de l’aïd el fitr je me suis retrouvé face à des extraits de poèmes du célèbre poète perse sous les Abbassides, connu surtout pour avoir chanté les joies du vin et des spiritueux. Il était également très connu pour son savoir en matière de jurisprudence religieuse. IL s’agit du poète Abou nouas. De source religieuse et de science musulmane le grand Imam Echafii aurait dit : Si Abou nouas ne s’était distingué pour ses déboires en chantant le vin et autres démences pour des écrits interdits j’aurais volontiers puisé de ses connaissances en jurisprudence et en fetwa. Abou nouas connaissait parfaitement le coran et les sciences y dérivant. Le calife Haroun Errachid a joint ce dernier à sa cour eu regard à la beauté et l’éloquence de ses poèmes mais il l’avait emprisonné à plusieurs reprises à cause de ses mentions érotiques. Cependant les historiens ont affirmé qu’à la fin de ses jours, Abou nouas aurait imploré la clémence divine en regrettant ce qu’il a considéré comme des erreurs du passé. Le présent texte aurait pu se terminer sous l’auspice de ce regret si ce n’est une petite randonnée à travers Google, Wikipédia et autres sources digne de crédibilité qui ont fait que je croise une réalité d’une beauté de haute gamme. Le grand Imam et savant érudit en religion musulmane a prié pour Abou nouas lors de son enterrement. Pourquoi un tel revirement chez le grand imam du rite echafii ? La réponse est dans le poème de Abou nouas découvert dans ses vêtements avant son enterrement. Abou nouas est l’auteur de la présente invocation chantée par cheikh nakchabendi .A toutes et à tous, il est indispensable, crucial et déterminant de rappeler que la fontaine de la miséricorde est intarissable.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 6. BELFEDHAL Abderrahmane Le 03/05/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    Le poème de max Ehrmann Desiderata publié par l’excellent Alger Miliana à la veille de l aid el filtr est plein de sagesse née à partir de longues expériences vécues tout au long de ce grand fleuve qui coule lentement que l’on appelle la vie. Le poème s’achève dans une douce recommandation : Sois joyeux, tache d’être heureux. Une telle recommandation à son tour m’avait humblement transposé dans le sillage d’autres conseils tirés de la sagesse de l’expérience des autres. Sois joyeux, tache d’être heureux… formulée autrement, la sagesse de max Ehrmann se renouvelle dans : Ne sois pas triste. Un bestseller traduit dans plusieurs langues et vendu à des millions d’exemplaires, réalisé par l’auteur Aidh el karni. Mes chers amis du noble site, c’est avec joie que je prends l’initiative de partager avec vous trois extraits du livre « ne sois pas triste » non pas à titre de comparaison entre les deux auteurs mais beaucoup plus à titre de complémentarité afin que chaque lecteur puisse tirer le maximum de remèdes et de calmants dans une vie aux aspects changeants et imprévisibles dans la vie de chacun. Le livre, ne sois pas triste ne se referme pas, de tous les extraits nombreux qu’il recèle, retenons cette grande leçon : la fontaine de la miséricorde est intarissable, alors ne sois pas triste.
    Tu jouis de grâces et d'avantages innombrables, mais tu ne t'en rends pas compte.
    Tu vis soucieux, chagriné, triste et malheureux alors que tu possèdes du pain chaud, de l'eau fraîche, Ie sommeil paisible, la tranquillité absolue; tu penses à ce qui est perdu et tu ne remercies pas pour ce qui est disponible, tu t'agaces pour un déficit d'argent alors que tu détiens la clé du bonheur, des tonnes toutes entières de bien, de dons, de talents, d’agréments et de choses, réfléchis et sois reconnaissant; "Et en vous-mêmes, ne voyez-vous donc pas ?", (Coran 51: 21) médite sur toi-même, ta famille, ta maison, ton travail, ta santé, tes amis, tes camarades et la vie autour de toi.
    Considères-tu que Ie fait de marcher de tes deux pieds est chose facile, alors que d'autres les ont perdus, que tes jambes te soutiennent, alors que pour d'autres elles ont été coupées, l'est-il insignifiant que tu dormes pleins yeux alors que la douleur en prive beaucoup, que tu remplisses ton estomac de nourriture succulente et que tu l'abreuves d'eau douce et fraîche alors qu'il y a ceux pour qui l'alimentation et Ia boisson ont été interdites par des maladies et altérations ? Pense à ton ouïe et ta chance de n'avoir pas fait l'objet d'une surdité, médite au sujet de ta vue et de n'avoir pas été aveugle, observe ta peau et Ie fait d'avoir été sauvé de la Lèpre et autres maladies cutanées, ton bon sens et ta raison qui t'ont été dédiés par Sa Grâce, t'évitant ainsi la folie et la déraison.
    Si tu es frappé par la pauvreté, d'autres sont enchaînés par les dettes. Si tu n'as pas de chaussures, d'autres n'ont pas de pieds. Si tu ressens une douleur maintenant, d'autres souffrent depuis des années. Si ton fils vient de mourir, d'autres en ont perdu plusieurs. Si tu as commis des péchés alors repens-toi. Si tu as commis une erreur, corrige là. Les portes de la repentance sont toujours ouvertes! La fontaine de la miséricorde est intarissable! Alors, ne sois pas triste! La tristesse gâche ta vie! Elle détruit ton bonheur! Et le transforme en misère! Alors ne sois pas triste! Regarde comment la terre est vaste! Comment les jardins et les forêts sont agréables! Comment les étoiles brillent! Tous sont heureux, mais toi tu es triste! Alors ne sois pas triste! Après la pluie, le bon temps! Après les longues nuits, vient le soleil radieux! La vie bientôt te sourira! Sois prêt pour l'accueillir! Oublie le passé! Ce qui t'est prédestiné, tu le verras! Être triste ne changera rien! Alors, ne sois pas triste! L'invocation est ton bouclier! La prière est ton phare! La prosternation est ton arme ! Alors, ne sois pas triste! Tu as de l'eau douce pour boire ! De l'air frais pour respirer! Des pieds pour marcher! Tu dors paisiblement dans ton lit! Alors, ne sois pas triste! Alors ne sois pas triste! La vraie vie est celle passée dans le bonheur! Alors, barre la route aux jours tristes dès maintenant! La paix de l'esprit est un trésor inestimable ! Alors ne sois pas triste!
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 7. BELFEDHAL Abderrahmane Le 01/05/2022
    A MES AMIS DU NOBLE SITE, AID MOUBAREK.
    Pour un ramadhan plein de succès et un aïd el fitr porteur de joie, de santé et de prospérité, j’ai l’immense plaisir, par le biais des colonnes de l’excellent Alger Miliana, de vous transmettre mes vœux les plus chaleureux . Que cet aïd qui s’est joint à nous dans des circonstances difficiles soit également la promesse d’une clémence divine. Que cet aïd nous renvoie aux temps jadis propulsant en nous la douceur de revivre la paix et la sérénité de ceux qui ne sont plus parmi nous. Bien que les temps ont terriblement changés, chacun de nous se rappelle en tous temps et circonstances le sourire O combien significatif de celles et ceux qui ont compris que la vie est si belle à condition de la comprendre et la comprendre c’est la vivre dans son contexte le plus simple et le plus naturel. Nos parents Rabbi yarhamhoum ont vécu humblement en nous inculquant les grandes leçons de la morale, de l’équité et la culture de l’amour vis-à-vis de son prochain. Ils nous ont appris à gouter de la douceur de la notion des fêtes dans toute sa plénitude. Aïd des temps jadis, Aïd des traditions ancestrales, Aïd des temps difficiles ou les bruits des canons au lieu d’annoncer la rupture du jeune se font le plaisir de dévier le sens d’une boussole en proie à des crises multiples manipulées par des mains horribles. Aïd te voilà parmi nous… cependant nous avons honte de te recevoir et parmi nous et en nous la concurrence déloyale qui nous écrase au point de nous rendre vulnérables en tous points. Aïd des temps glorieux, en ces temps difficiles, je me pose souvent cette question : sommes-nous en mesure de préserver le riche et grand patrimoine légué par nos ancêtres malgré le progrès qui caractérise ces temps que l’on appelle : les temps modernes ? Mais n’oublions pas de vue que l’Aïd est une des grandes fêtes religieuses aussi je me résigne en toute foi à le célébrer dans sa forme la plus humaniste tout en vous souhaitant a toutes et à tous de le vivre en toute beauté. Je saisis cette occasion pour remercier particulièrement notre amie noria qui durant ce mois sacré avait publié l’ensemble de mes commentaires appuyés par des vidéos dans leur intégralité et sans aune retenue. Dans le même ordre d’idées je parachève le présent commentaire par un certain ensemble de traits liés à la sagesse qui se dégage de l’esprit vivant et libre du poème Desiderata ou les temps difficiles, avec en bonus, la chanson de tous les temps et les souvenirs d il était une fois, la grandeur et la joie d’un jour …Un jour qui rappellera a chacun, quel que soit son âge, la tendresse de Yemma mabrouk aidak. En réponse, un joli sourire de ma tendre maman rabbi yerhamha signifiait toujours l’acquisition d’un honorable quitus pour une merveilleuse place face à un écran de la dimension du monde. A toutes et à tous Desiderata le poème en prose de l’auteur américain Maximilian Ehrmann (1872_ 1945) .Desiderata selon le dictionnaire Larousse c’est ce que l’on souhaite voir se réaliser, souhaits, vœux) suivi de Mezinou nhar el youm, paroles et chant el marhoum Abdel krim Dali (1914_1978).

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 8. BELFEDHAL Abderrahmane Le 28/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE, FI RIHABI LEILET EL QADR.
    Avant que ne s’éteignent les dernières nuits du mois sacré avec en particulier celle qui est meilleure que mille nuits, appelée nuit du destin, j’ai le grand plaisir de saisir les colonnes de notre agréable site pour reproduire les mérites et les signes de cette illustre nuit selon deux éminents savants de la daoua en islam, fawzan et al otheimine. Pour le premier « la nuit du destin a beaucoup de mérites. Premièrement, c’est la nuit ou a été descendu le coran. Le très haut a dit : Nous l’avons certes, fait descendre pendant la nuit d’Al Qadr.
    Le deuxième mérite, est qu’elle est meilleure que mille nuits.
    Le troisième mérite est quiconque accomplit la prière de nuit et en cherchant la récompense aura tous ses péchés passés pardonnés. Elle est donc une nuit bénie, une nuit méritoire, une nuit de grande valeur qui a un haut rang. Elle est renouvelée à chaque fois que vient ramadhan. Ceci est une grâce venant d’Allah glorifié et très haut. Il incombe au musulman qu’il s’empresse et se repentir a Allah l exalté de sa négligence et qu’il se reforme pour ce qu’il lui reste à vivre. Allah l exalté accepte le repentir de celui qui se repent a lui et il accepte le repentir de ses serviteurs et efface ses péchés et il sait ce que vous faites. Qu Allah donne à tous le succès dans ce qu’ il aime et agrée. Que la prière de dieu et le salut soient sur notre prophète. »
    Pour terminer nous reproduisons par le biais de notre agréable site les signes de la nuit du destin citée par le savant Al Othaimin dont voici le texte :

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 9. BELFEDHAL Abderrahmane Le 26/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE, FI RIHAB EL YAKINE.
    Un poème, une chanson et des interrogations ? Le poème que nous allons reproduire dans les colonnes de notre vaillant site a été réalisé par une sommité de la littérature arabe dite du mahjar. L’auteur, Ilia Abu madhi, compagnon de l’illustre joubrane Khalil joubrane s’est démarqué au sujet de beaucoup de choses liées aux principes et aux fondements de la foi jusqu’ au point de nier l’origine de sa propre créature. Le titre du poème est : je ne sais pas… I do not know… lestou adri… Ceux de mon âge avaient beaucoup aimé la chanson orientale lestou adri composée par le maestro mohamed abdel wahab sans pour autant saisir le sens et la portée délimités par l’auteur sur le plan de la conviction religieuse. Mes chères amies et amis du noble site je reproduis textuellement d’abord la traduction du poème par le sieur Saadane Benbaali et ce afin de mettre notre amie Chantal à l’aise quant à la compréhension du texte qui dit :
    Je suis venu, je ne sais d ou, mais je suis venu.
    J’ai vu devant moi un chemin alors j’ai marché
    Et je continuerai à marcher que je le veuille ou non.
    Mais comment suis-je venu ? Comment ai-je vu mon chemin ?
    Je ne le sais pas.
    Ou est mon rire, ou sont mes pleurs de petit enfant ?
    Ou est mon ignorance, ou sont mes plaisanteries alors que j’étais un tendre rameau ?
    Ou sont mes rêves, que je suivais ou qu ils me menaient ?
    Tout a été perdu, mais comment tout cela a-t-il été perdu ?
    Je ne le sais pas.
    Je ne me rappelle rien de ma vie passée,
    Je ne sais rien de ma vie future.
    Je suis un être, mais je ne sais pas ce que je suis.
    Quand saurais-je qui je suis ?
    Je ne le sais pas.
    Le docteur Rateb Ennaboulsi s’est posé à son tour la question suivante « pourquoi j’existe ? » « l’essentiel de l’essentiel est que tu crois en l’au-delà et que tu œuvre pour cela. Que tu transfères tes préoccupations vers l’au-delà. Que tu saches pourquoi tu es dans cette vie. Tu es dans cette vie dans le but de connaitre Allah et que tu t’aligne conformément à sa méthodologie et que tu sois bon et généreux envers ses créatures pour être digne de la clémence de dieu et bénéficier de la juste récompense dans un paradis dont les cieux et la terre constituent sa largeur ». Qu en est-il alors de sa longueur ? Nul ne pourrait l’imaginer. Mes chères amies et amis du noble site, Dieu n’a pas créé les cieux et la terre, les mers et les océans, et toutes les galaxies pour les laisser dans le désordre. Il n’a pas non plus crée l’ensemble de ses créatures pour les abandonner et les laisser dans le désarroi. Le poète hormis ses facultés d imminent homme de lettres, s’est jeté corps et âme dans la négation de tout ce qui est sensé être salutaire pour lui le lors du jugement dernier. Pour terminer je vous propose d’écouter en chant et en musique lestou adri pour apprécier le volet artistique et plus encore méditer sur l’impact des paroles sur la conviction intime qui se dégage par rapport aux principes et fondements de la grande religion musulmane.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 10. BELFEDHAL Abderrahmane Le 25/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE SAHA SYAM KOUM.
    Essyam du point de vue législation musulmane est le fait de s’abstenir de boire et de manger et tout ce qui annule le jeune depuis l’aube jusqu’ au coucher du soleil. Il exprime de façon générale l’interdiction de commettre des péchés. A ce propos, le prophète que la bénédiction de dieu et le salut soient sur lui a dit : L’homme en faillite dans ma communauté est celui qui se présente le jour de la Résurrection avec à son actif la prière, le jeune et l’aumône. Cependant, il avait sur terre insulté un tel, diffamé un tel, mangé l’argent d’un tel, versé le sang d’un tel ou frappé un tel. Des lors, les uns et les autres prendront de ces bonnes œuvres. Si ces dernières s’épuisent avant qu’il puisse réparer tous ses préjudices, on jettera sur lui les péchés de ses victimes avant d’être jeté en enfer. Si le jeune pendant le ramadhan est fixé pour le compte d’un mois, face aux péchés, le musulman est tenu de s’abstenir durant toute sa vie et ce afin de s acquérir pleinement le succès en se rapprochant davantage de son seigneur. Ramadhan touche à sa fin et qu’en est-il du bilan de nos actes ? Que dieu nous pardonne nos erreurs. Amis du noble site, pour cette fois ci ma contribution est limitée mais elle sera en conséquence étoffée par la présente vidéo que je dédie a toutes et à tous a travers les colonnes de notre super site Alger Miliana.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 11. BELFEDHAL Abderrahmane Le 21/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONJOUR.
    Le plus malheureux des gouverneurs est celui qui fait le malheur de ses administrés…Umar Ibn el khattab.
    Faites mourir le faux en le délaissant et faites revivre la vérité en la rappelant…Umar Ibn el khattab.
    Le mois sacré tire vers sa fin en ces derniers jours du mois d’avril. Cependant le jardin fleuri des temps immuables regorge encore de nectars et d aromes à chaque fois que le corps et l’esprit, la main dans la main se maintiennent pour méditer la douceur infinie qui se dégage des parchemins d’un certain rabbi el awwal de l’an dit de l’éléphant (Am el fil) qui correspond à l’an 571 du calendrier grégorien. Ce jour a vu la naissance du prophète Mohammed aleihi essalat wa salam dans la ville de la Mecque située dans l’actuelle Arabie saoudite. Dans sa noble mission, il avait inculqué a ses compagnons les profonds enseignements de l’adoration du dieu unique et les principes du droit humain qui depuis plus de 14000 ans pactisent encore et par la façon la plus homogène avec les mutations des époques modernes et même les temps à venir. Durant toute sa vie, il a fourni aux musulmans des connaissances très étendues se rapportant à l’islam et aux lois de l’islam. Parlant de lois c’est mettre en relief le système islamique et sa morale qui recommandent de faire régner l’esprit de l’égalité et de la justice parmi les musulmans. Le jour ou le prophète aleihi essalat wa Salem rejoignit le créateur, les musulmans y étaient, malgré leur attachement au Messager mieux préparé. De cette introduction, amis du noble site, évoquant le sens de la justice, un nom s’impose, une encyclopédie toute entière s’ouvre à nous en la personne d’Umar ibn el khattab surnommé a juste titre Umar el Farouk. Opposant farouche au prophète aleihi essalat wa salem, une fois ayant embrassé l’islam, est alors devenu à lui seul une pierre angulaire dans l’édification d’un état de droit basé sur la justice. Il est cependant très utile de se poser une question sur le sens de la justice pour mieux saisir les tenants et les aboutissants.
    Le dictionnaire Larousse définit la justice en tant que principe moral qui assigne le respect du droit et de l’équité. Le terme de justice veut dire aussi droit, loi et légalité. Elle est à la fois le bien fondé, la droiture, l’impartialité, la justesse et légitimité. Le dit dictionnaire évoque d’autres aspects de la justice qui se présentent en tant qu’action par laquelle le pouvoir judiciaire ou l’autorité qui reconnait le droit ou le bon droit de quelqu un qui demande justice pour un préjudice commis. Cependant et afin de répondre a la question relative aux tenants et aboutissants du sens de la justice nous allons voir de près un extrait du penseur et philosophe Blaise Pascal qui met en relief l’impact de ce qui est juste et de ce qui est fort et constater jusqu’ ou peut aller le lien de causalité entre eux ? Illustre penseur nous vous écoutons : « Il est juste que ce qui est juste soit servi, il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit servi. La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. La justice sans la force est contredite, parce qu’il il ya toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force et pour cela, que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste. Pour blaise pascal, la justice qui veille au respect des règles de la vie en société, a un double rôle qui se traduit à la fois par sanctionner les actes interdits par la loi et protéger les personnes. pour réussir, la justice doit respecter scrupuleusement des règles précises afin d’assurer un procès équitable à savoir la présomption d’innocence ( karinet el baraa) qui veut dire tout simplement que toute personne est innocente tant qu’ elle n’est pas été jugée définitivement par un tribunal, tandis que le deuxième principe est celui de la proportionnalité de la peine qui veut dire que toute sanction doit être proportionnelle à la peine prévue par les textes en vigueur. Depuis plus de 14000 ans un homme s’est distingué en prônant le principe le plus profond et le plus juste renforcé par des actes de bravoure, de sagesse, de rigueur et d’impartialité dans ses rapports avec le sens de la justice, c’est le calife Umar ibn el khattab. Pour renforcer les qualités du calife, mes chers amis du noble site, faisons ensemble un voyage dans les sphères des temps glorieux et accordons nous une petite halte, tout juste le temps de lire une lettre expédiée par Umar radia allahou anhou au gouverneur Amr ibn el ass que j’ai tiré d’une page à partir d’un forum de discussion et de rencontre entre algériens en date du 26 juin 2019 in islam, religion et philosophies :
    : رسالة عمر بن الخطاب إلى أبي موسى الأشعري – رضي الله عنهما – في أمر القضاء

    فإن القضاء فريضة محكمة، وسنة متبعة، فافهم إذا أدلي إليك، فإنه لا ينفع تكلّم بحق لا نفاذ له، آس الناس في » مجلسك وفي جهك وقضائك، حتى لا يطمع شريف في حيفك ولا ييأس ضعيف من عدلك، البينة على من ادعى، واليمين على من أنكر، والصلح جائز بين المسلمين إلا صلحاً أحل حراماً أو حرّم حلالاً، ومن ادعى حقاً غائباً أو بينة فاضرب له أمداً ينتهي إليه، فإن بينه أعطيته بحقه، وإن أعجزه ذلك استحللت عليه القضية، فإن ذلك أبلغ في العذر، وأجلى للعمى، ولا يمنعك قضاء قضيته اليوم فراجعت فيه رأيك وهديت فيه لرشدك أن تراجع الحق فيه، فأن الحق قديم لا يبطله شيء، ومراجعة الحق خير من التمادي في الباطل، والمسلمون عدول بعضهم على بعض في الشهادة إلا مجلوداً في حدٍ أو مجرباً عليه شهادة زور، أو ظنيناً في ولاء أو قرابة، فإن الله تعالى تولى من العباد السرائر، وستر عليهم الحدود إلا بالبينات والأيمان، ثم الفهم الفهم فيما أدلي إليك مما ليس في قرآن ولا سنة ، ثم قايس الأمور عند ذلك، واعرف الأمثال، ثم اعتمد إلى أحبها إلى الله وأشبهها بالحق ، وإياك والغضب والقلق والضجر والتأذي بالناس عند الخصومة والتنكر، فأن القضاء في مواطن الحق يوجب الله به الأجر، ويحسن به الذكر، فمن خلصت نيته في الحق ولو على نفسه كفاه الله ما بينه وبين الناس ، ومن تزيّن بما ليس في نفسه شانه الله، فان الله لا يقبل من العباد إلا ما كان خالصاً، وما ظنك بثواب الله في عاجل رزقه وخزائن رحمته …
    « والسلام
    Traduction de la lettre :
    «La justice est une obligation rigoureuse et un usage suivi, alors comprends quand il est fait recours à toi. Il est inutile de parler de droit, s’il n’a pas d’effet. Sois égal entre les gens dans ton abord, dans ton tribunal et dans ton jugement qu’ainsi, un nanti ne soit pas tenté de te corrompre ou qu’un faible ne désespère pas de ta justice. Il est au demandeur d’apporter la preuve. Le serment est pour celui qui nie. L’arrangement est acceptable entre musulmans à part celui qui autorise l’interdit ou celui que interdit l’autorisé. Au prétendant d’un droit ou d’une preuve, absents, fixe-lui une date ultime. S’il amène une preuve, rend-lui ce qui est de droit. S’il en est incapable et qu’il se complait dans l’affaire, c’est qu’il a excédé dans l’excuse. Évacue pour les aveugles! Un jugement que tu as prononcé aujourd’hui, qu’ensuite tu y as révisé ton opinion, tu y as trouvé la raison par ta sérénité, ne doit pas t’empêcher de revoir ce qui est le droit. Car le droit est ancien. Rien ne lui fait obstacle. Réviser le droit est meilleur que de persister dans l’erreur. Les musulmans sont notaires les uns aux autres en témoignage, à part un fouetté sur condamnation, un confondu pour faux témoignage ou un soupçonné d’alliance ou de parenté. Dieu se charge de l’intime des gens en les protégeant par des frontières, sauf celles de la preuve et de la conviction. Puis comprendre et comprendre ce qui vous été fourni qui n’est ni dans un coran ni dans une sunna et compare les choses à cet instant et prend connaissance des exemples et des phénomènes et opte pour celles que Dieu pourrait aimer et plus analogues à la vérité. Méfiance de la colère, de l’ennui, de l’impatience ou porter atteinte aux gens dans les conflits et dans les dénis. Dieu a prévu une récompense pour le rendement de la justice dans les lieux de la vérité et sait en faire un atout.
    Que celui qui a eu la bonne intention qu’il a consacrée au droit, même quand c’est malgré lui, Dieu récompense ce qu’il a entre lui et les gens et que celui qui se déguise par ce que son âme est dépourvue, Dieu s’en charge. Car Dieu n’admet que des gens purs. Qu’en penses-tu de la récompense de Dieu et aux trésors de sa miséricorde? Salut !»
    Par ailleurs l’auteur Issa Meyer dans son œuvre « la justice de Umar ibn el khattab nous livre quelques extraits de ce qui va suivre :
    1/ Le calife Umar exige la même conduite irréprochable des hommes qui le suivent. A ses gouverneurs il imposa un code de conduite très stricte en interdisant formellement belles montures, vêtements de luxe et repas fins. Il tient ainsi ce discours : « je ne t’ai pas désigné uniquement pour préserver la vie et l’honneur des musulmans, je t’ai principalement nommé pour présider assidument leurs prières en commun, protéger ce qui leur revient de droit et trancher équitablement leurs litiges.
    2/ Par souci d’impartialité et rejet de népotisme, Umar tient à l’écart des affaires du gouvernement toute personne qui lui est liée par le sang, même si ce dernier a des qualités personnelles le qualifiant a un poste.
    3/ Pour éviter l’apparition de potentats locaux, le calife prenait soin à ne jamais laisser un homme au même poste plus de deux ans.
    4/ Le calife interdisait aux services de l’Etat toute activité commerciale tant qu’ils sont en fonction.
    5/ Le calife a été le premier à concevoir une sorte de tribunal administratif en créant un service destiné à examiner les plaintes contre les agents de son califat. Il examinait lui-même les dossiers. L’affaire la plus célèbre et la plus révélatrice du sens de la justice d’Umar el hak reste sans doute celle du copte Egyptien et du fils du gouverneur Omar ibn el ass. Les faits sont les suivants : Un jeune chrétien d’Egypte avait été battu sans raison valable par le fils du gouverneur et conquérant de la province, qui furieux, que son rival l’ait devancé lors d’une course de chevaux. Informé par la victime venue solliciter sa protection. Le gouverneur et son fils furent convoqués à Médine puis, dès leur arrivée, ordonne au plaignant de se faire justice « Prend le fouet et frappe le » ! L’Egyptien s’exécute, mais a son grand étonnement Umar lui lança ensuite : A présent, assène des coups a la calvitie de Amr ibn el ass, car par Allah, ce n’est que grâce à son pouvoir que son fils a osé te frapper ». Le copte refuse la proposition, mais le message est passé. Même un héros de guerre tel que le gouverneur de la plus riche province du califat n’est pas à l’abri de la justice et Umar de conclure « Comment vous permettez vous de traiter les gens comme des esclaves alors que leurs mères les ont fait naitre libres ? » fin des extraits de Issa Meyer. Tel était celui qui était l’opposant le plus farouche au prophète salla allahou aleihi wa salam,et tel est Umar el Farouk, Umar le juste dont son nom est confondu avec la justice, la vraie justice au sens le plus vrai. Des siècles plus tard les philosophes ont parlé de l’esprit des lois. De nos jours la rumeur et les médias condamnent le prévenu avant même sa comparution devant le tribunal, avant même d’être jugé et déclaré coupable !!! Saha shour koum fi ahla noble site Alger Miliana.Com.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 12. BELFEDHAL Abderrahmane Le 17/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE SAHA SHOUR KOUM.
    Vous me demandez de maudire les incroyants. Je n’ai pas été envoyé pour maudire…Le prophète que la prière de dieu et le salut soient sur lui.
    Le pardon couronne la grandeur……………………………………………………….Proverbe Islamique.
    Ramadhan le mois symbole des sacrifices suprêmes a été au cours des temps immuables encore une fois l’inévitable plaque tournante avec les enjeux historiques décisifs et déterminants. En ce jour, le 29 décembre 629, soit le sixième ramadhan après l’hégire, l’armée musulmane s’est dirigée vers la Mecque. Pourquoi et dans quel but ? En 628 la tribu des koreich et les musulmans de Médine avaient signé un traite de dix ans connu sous le nom de traité d’el houdeibya. En 630, un conflit devait voir le jour entre deux grandes tribus, l’une alliée au prophète aleihi essalat wa salam appelée khouzaa et l’autre alliée a koreich appelée Banu Bakr . E cours de route vers la Mecque plusieurs tribus se sont jointes à l’armée musulmane qui s’est vu ses effectifs augmenter en nombre pour totaliser un millier de combattants. Un effectif record jamais réalisé auparavant. Conscients du danger qui pesait sur eux koureich envoya une délégation pour parlementer avec le prophète que la prière de dieu et le salut soient sur lui dans le but de maintenir le traité d’el houdeybiya. La délégation était dirigée par Abou soufiane ibn Harb l’un des plus éminents dirigeants de la tribu Qu’orchite. Le traité a été conclu avec succès et les musulmane ont enfin retrouvé la terre sainte qu’ ils avaient abandonné, fuyant avec leur foi vers Médine la ville du prophète aleihi essalat wa salem. Aucune goutte de sang ne fut versée Le lundi 03 mai 2021 s est tenue à Alger une commémoration pour méditer les valeurs de tolérance et de pardon issus de la conquête de la Mecque. Valeurs qui ont constitué les fondements de l’état musulman. Lors de cette conférence présidée par le haut conseil islamique à Alger, le conférencier Zad el kheir mabrouk a évoqué à ce propos : la conquête de la Mecque qui a été un tournant important dans l’histoire de l’islam et qui a illustré l’importance du principe d indispensabilité d’autrui pour asseoir les bases d’un état unique et assurer sa paix et sa sécurité. De son côté le conférencier Ismail Khessal a indiqué que la commémoration de la conquête de la Mecque par les musulmans sans effusion de sang témoigne du principe de paix consacré par la charia dans toutes ses dispositions. Pour sa part le directeur de la fondation pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM) a estimé que la conquête de la Mecque constituait une halte « marquant la création du droit islamique international qui a précédé le droit humain international » appelant de davantage d’études et de recherche en la matière pour mettre en avant « la tolérance prônée par l’islam en tant que religion, bannissant toute forme de radicalisation contrairement à ce qui est relayé en Europe et dans d’autres pays à travers notamment la promulgation de lois anti islam. » Amis du noble site, une fois la Mecque conquise sans effusion de sang et une fois la Kaaba, lieu de culte pré islamique, à partir de la prise de la ville, dédié uniquement a l islam et un lieu de culte majeur vers lequel se tournent les fidèles pour prier, trois mois plus tard après avoir fait le sermon du pèlerinage de l’adieu, le prophete aleihi essalat wessalem est rappelé à dieu , unique créateur de toute l’existence. A travers ce sermon apparaissent clairement les fondements pour la naissance d’un état de droit universel basé sur la tolérance et le pardon.

    D'après Ibn Ishâq, le Prophète dit:
    « Ô peuples ! Écoutez mes paroles; car je ne sais pas si, une autre année, je pourrai me retrouver encore avec vous dans ce lieu ! Soyez humains et justes entre vous. Que la vie et la propriété de chacun soient inviolables et sacrées pour les autres; que celui qui a reçu un dépôt le rende fidèlement à celui qui le lui a remis et sans intérêt. Vous paraîtrez devant votre Seigneur, et Il vous demandera compte de vos actions. Traitez bien les femmes, elles sont vos aides, elles ne peuvent rien par elles seules. Vous les avez prises comme un bien que Dieu vous a confié, et vous avez pris possession d'elles par des paroles divines.
    Ô peuples ! Écoutez mes paroles et fixez-les dans vos esprits. Je vous ai tout révélé; je vous laisse une loi qui vous préservera à jamais de l'erreur, si vous y restez fidèlement attachés; une loi claire et positive, le livre de Dieu et l'exemple de son prophète.
    Ô peuples ! Écoutez mes paroles et fixez-les dans vos esprits. Sachez que tout musulman est le frère de l'autre; que tous les Musulmans sont frères entre eux, que vous êtes tous égaux entre vous, et que vous n'êtes qu'une famille de frères. Gardez-vous de l'injustice; personne ne doit la commettre au détriment de son frère : elle entraînerait votre perte éternelle.
    Ô Dieu! Ai-je terminé mon message et terminé ma mission? — La foule qui l'entourait répondit : « Oui, tu l'as accomplie. » Et Mahomet s'écria : Ô Dieu, daigne recevoir ce témoignage7! »
    Selon Ibn Ishâq, il dit aussi:
    « Votre sang et vos biens sont sacrés jusqu’au jour où vous rencontrerez votre Seigneur ; comme le sont ce jour-ci et ce mois-ci. » « J’ai laissé parmi vous ce qui, si vous y tenez fermement, vous préservera de l’erreur, une orientation claire, le livre de Dieu. Ô gens, écoutez mes paroles et comprenez ! »
    Il leur transmit ensuite ce verset qui venait de lui être révélé :
    « Les incrédules désespèrent aujourd'hui / de vous éloigner de votre Religion / Ne les craignez pas! Craignez-moi!
    Aujourd'hui, j'ai rendu votre Religion parfaite; / j'ai parachevé ma grâce sur vous; j'agrée l'Islam comme étant votre Religion. »
    Après cette révélation ‘Omar pleura et le Prophète lui dit :
    « Qu’est-ce qui te fait pleurer? »
    Il répondit :
    « Ce qui me fait pleurer c’est que nous étions en train d’accroître notre religion mais celle-ci est à présent parachevée. Or, jamais rien ne s’achève sans s’exposer à la diminution ».
    Le Prophète lui répondit : « Tu as raison »
    Il conclut son sermon en posant cette question :
    « Ô peuples ! Vous ai-je fidèlement délivré mon message ? »
    Un puissant murmure s’éleva alors qu’il y avait des milliers de gorges (entre 124 000 et 144 000 hommes) et les mots furent « Allâhumma na′am: par Dieu, Oui »
    Ensuite le prophète leva l’index et s’exclama à trois reprises « Ô Dieu, sois Témoin ! » O dernier prophète que la prière de dieu et le salut soient sur toi, je témoigne que vous avez fidèlement délivré votre message du fait que l’islam ainsi transmis est une grande religion monothéiste en pleine adhésion avec la grande mutation à travers les temps. Pour preuve voici un témoignage fulgurant de grands penseurs sur Mohamed aleihi essalat wessalam. Amis du noble encore une fois saha shour koum en compagnie de ce témoignage qui détruit toute visée à faire croire que l’islam prône pour la violence et l’obscurantisme.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 13. BELFEDHAL Abderrahmane Le 14/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE SAHA SIAM KOUM.
    L’Histoire n’est pas un dénombrement de jours et d années. L’Histoire se forge par l’influence que laisse tel ou tel homme, aussi courte soit sa vie… tiré du site Islamophile.org.
    Nous avons dans un récent commentaire évoqué deux grands événements qui ont eu lieu durant le mois de ramadhan à savoir la révélation coranique et la première bataille que les musulmans avaient livré contre les païens mecquois a Badr. Pour cette fois ci nous allons aborder un autre évènement d’une extrême importance tant l’enjeu historique était déterminant dans l’avenir de l’islam face à la horde des mongoles dirigés par le sanguinaire Hulagu. Au cours de leur invasion, damas, Alep, diar bakr(Turquie), Bagdad, ont été saccagés, incendiés, pillés et le crime le plus odieux fut sans doute le ravage, la destruction et l’incendie de la plus grande bibliothèque de l’humanité toute entière sise à Bagdad. Ces invasions avaient entre temps provoqué en Egypte une terreur générale. L’Egypte alors gouverné par un jeune enfant roi était loin de faire face à la puissance des tatars ce qui incita le régent du roi seif Eddine Qutuz à le déposer et prendre en main la destinée de l’Egypte. Qutuz ne rencontra pas d’objection à sa décision et tous étaient conscients du danger qui pesait sur eux. Des émissaires de Hulago arrivèrent au Caire porteurs d’une lettre destinée à Qutuz. Une lettre bourrée de menaces et d’intimidation dont voici le texte.
    « De la part du Roi des rois, en Orient et en Occident, le Chef Suprême,
    Au nom de Toi, Ô Dieu, Créateur de la Terre et du Ciel.
    Al-Malik Al-Mudhaffar Qutuz, celui-là qui fait partie de la race des Mamelouks qui ont fui ces contrées devant nos épées, qui jouissaient des délices de cette terre et qui tuaient ceux qu’ils avaient sous leur autorité... Al-Malik Al-Mudhaffar Qutuz et l’ensemble des princes de son État et de ses territoires égyptiens doivent savoir que nous sommes les soldats de Dieu sur Terre. Il nous a créés par Sa colère et nous a enjoint de combattre ceux contre qui Il est en colère. Vous avez un exemple dans tous les pays que nous avons traversés et notre détermination ne saurait être arrêtée. Méfiez-vous d’agir comme d’autres l’ont fait, et rendez-vous à nous de votre plein gré. Avant que la coupe ne déborde : vous le regretterez alors et vous morfondrez en remords. Car nous n’avons pas pitié de ceux qui pleurent ni ne nous attendrissons sur ceux qui souffrent. Vous avez entendu que nous avons conquis le monde, nous avons épuré la terre de toute forme de corruption et nous avons tué la plupart des humains. Vous devez donc fuir et nous devons vous soumettre. Quelle terre vous protégera ? Quelle route vous sauvera ? Quel pays vous défendra ? Vous ne pourrez échapper à nos épées, ni vous soustraire à notre terreur. Car nos chevaux sont des éclairs, nos flèches ne manquent jamais leur cible. Nos cœurs sont tels des montagnes, et nous sommes aussi nombreux que les grains de sable. Les châteaux ne nous résistent point. Les armées dressées contre nous ne servent à rien. Et vos imprécations ne nous toucheront point. Car vous consommez l’interdit, vous dites des obscénités, vous trahissez vos promesses et vos serments, parmi vous s’est répandue la désobéissance et l’impiété. Réjouissez-vous de l’humiliation et de l’avilissement qui vous attendent. On vous rétribue donc aujourd’hui du châtiment avilissant, pour l’orgueil dont vous vous enfliez injustement sur terre, et pour votre perversité. Les injustes verront bientôt le revirement qu’ils éprouveront ! Quiconque a cherché à nous combattre l’a regretté, et quiconque a cherché à s’attirer nos faveurs s’est retrouvé en sécurité. Si vous obéissez à nos ordres et vous soumettez à nos conditions, vous et nous aurons les mêmes droits et les mêmes devoirs. Mais si vous refusez, votre sort sera scellé. Ne perdez donc pas vous-mêmes vos vies. Nous vous aurons avertis. Il est établi chez vous que nous sommes les mécréants. Et il est établi chez nous que vous êtes les débauchés. Le Détenteur de la destinée nous a lâchés contre vous. Le noble parmi vous est un vaurien chez nous. Et le puissant chez vous est un esclave chez nous. Ne perdez donc pas de temps en de longs discours. Et répondez-nous rapidement, avant que ne fusent les étincelles de la guerre et qu’elle ne projette ses flammes contre vous. Vous ne trouverez alors chez nous ni puissance ni reconnaissance, ni protecteur ni secoureur. Vous trouverez plutôt en nous des gens extrêmement puissants qui ne vous épargneront guère. Votre pays sera désert. Nous avons été justes envers vous puisque nous vous avons prévenus par cette lettre. Nous vous avons réveillés afin que vous soyez avertis. Car vous êtes notre dernière cible.
    Que la paix soit sur nous et sur vous, ainsi que sur ceux qui suivent la vraie voie, qui craignent les conséquences de l’insoumission et qui obéissent au Chef Suprême. » En guise de réponse les émissaires de Hulagu furent tués. La guerre est imminente entre les Mamelouks d’Egypte et les mongoles. C’était au début de l’année 1260. Reference Islamophile, Ressources Islamiques en langue française. Amis du noble site quelle a été la stratégie adoptée par Qutuz pour stopper l’invasion des tatars et leur faire subir une défaite historique ? A toutes et à tous la présente vidéo et la bataille d’Ain jalout. Qutuz est cet homme qui cria « Wa- Islamah ».

  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 14. BELFEDHAL Abderrahmane Le 08/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    Une moitié de la victoire est dans le choix du champ de bataille, l’autre moitié dans le choix du moment…………………….William Shakespeare.
    Dans un précédent commentaire relatif aux grands événements qui ont eu lieu durant le mois de Ramadhan, nous avons évoqué l’évènement le plus déterminant dans l’histoire de l’humanité donnant naissance aux premières lueurs du monothéisme. Cet évènement a pour nom la révélation coranique. Dans ce second volet nous allons parler de la première bataille qui a eu lieu entre les musulmans et les polythéistes mecquois dans la vallée de Badr située entre la Mecque et Médine. L’histoire retiendra a jamais le vendredi 17 ramadhan de l’an 2 de l’hégire qui correspond au mois de mars 624 de l’ère chrétienne. Durant ce mois de l’an 2 de l’Hégire une grande caravane commerciale sous la direction d’Abou Sofiane rentrait de Syrie a la Mecque. Pour l’authenticité de l’histoire nous rappellerons que la dite caravane a été financée par les biens que les polythéistes Quouraishites avaient spoliés. Ces biens ont été spolies lors des répercussions endurées par les musulmans qui avaient tout abandonné dans le seul but de sauver leur foi. Devant cette situation le prophète que la prière de dieu et le salut soient sur lui avait demandé des volontaires pour aller intercepter la dite caravane pour récupérer une partie de leurs biens spoliés par les païens. Les historiens avaient estimé la valeur de la caravane à quelque cinquante mille dinars en pièce d’or et comptait mille dromadaires. Trois cent et quelques musulmans partirent avec le prophète que la bénédiction de dieu et le salut soient sur lui. Quatre-vingt-six Mouhajirine : musulmans mecquois émigrés à Médine et le reste des Ansar : musulmans médinois, appartenant successivement aux tribus AWS et Khazraj. A bou soufiane qui avait la charge de ramener la caravane commerciale jusqu’ à la Mecque a eu vent d’une information que le prophète que la prière de dieu et le salut soient sur lui, a la tête d’une armée s’était dirigé vers la caravane. Le combat était imminent. Ce soir-là il plut une averse. Du coté des polythéistes ce fut un déluge qui les empêcha d’avancer tandis que du côté des musulmans c’était une pluie fine qui les purifia et les lava de toute souillure. Les musulmans après avoir été ravitaillé en eau, prirent la décision de boucher le reste des puits de BADR. Mes chers amis du noble site j’ai choisi pour vous en la circonstance une vidéo qui retracera les péripéties de cette grande première bataille appelée aussi la bataille El fourkane( séparation) entre el hak wel batel, entre el imane wa shirk. Nous rappellerons également que les anges ont participé à cette bataille pour secourir les musulmans contre les mécréants. Dieu révéla aux anges « je suis avec vous : soutenez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. » Puis il révéla a son messager que mille anges descendraient en renfort pour combattre à ses cotés. A toutes et à tous Saha ftourkoum en compagnie de la vidéo.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 15. BELFEDHAL Abderrahmane Le 02/04/2022
    AMIS DU NOBLE SITE AHLANE BIRAMADANE.
    Ne comptez pas les jours du ramadhan, faites que les jours du ramadhan comptent…..Citation.
    Durant le mois de ramadhan beaucoup d’évènements de grande envergure avaient changé le cours de l’histoire. La révélation coranique reste l’évènement le plus important et la plus extraordinaire eu regard aux profonds changements qui vont ébranler d’abord la péninsule arabe en luttant contre toutes les formes du shirk et par voie de conséquence la mise en place de ce qui va désormais aboutir à l’adoration de dieu seul et unique. Mes chers amis du noble site afin de donner une approche explicite de cette grande manifestation divine qu’est la révélation, j’ai choisi pour vous deux études sur les circonstances exactes de la révélation coranique l une réalisée par M. Kassab intitulée gloire à dieu ou les 1000 vérités scientifiques du coran et la deuxième intitulée l’islam réalisée par A. benachenou .
    Mohamed que la prière de dieu et le salut soient sur lui avait l’âge de 40 ans quand il pénétra ce mois de Ramadhan dans la célèbre grotte de Hira( 610 de l’ère chrétienne) s’adonnant à de profondes méditations. A cette époque-là le jeune n’était pas encore prescrit. Après 26 jours de retraite, vint enfin la nuit bénie, la nuit du destin. Comment cela est arrivé ? Durant cette nuit bénie l’ange Djibril (Gabriel) lui est apparu porteur d’un message divin. Hamidullah Mohamed dans son livre le prophète de l’islam rapporte ce qui suit : « il m’apprit qu’il était l’ange Djibril, et que dieu l’avait envoyé pour m’annoncer qu’il m’avait choisi pour être son messager. L’ange m apprit à faire mes ablutions et lorsque je revins purifié dans le corps, il me demanda de lire, moi de répondre : « je ne sais pas lire » il me prit dans ses bras et me serra très fort, et me laissant ensuite, il me demanda encore une fois de lire, je lui dis mais je ne sais pas lire, il me sérra de nouveau, et plus fort, puis me demanda de lire, et je répondis que je ne sais pas lire, il me prit dans ses bras pour la troisième fois et m ayant serré plus fortement que jamais, il me relâcha et me dit : « lis au nom de ton seigneur, celui qui a créé, il a créé l’homme d’une adhérence ( nidation de l’œuf fécondé dans l’utérus) lis ! et ton seigneur est le plus généreux. Lui qui a enseigné à l’homme l’usage de la plume (l’écriture) et lui a enseigné ce qu’il ignorait. M onsieur kessab nous avise que la description qui va suivre est tirée du livre intitulé l’islam de A. Benachnou publié par les éditions populaires de l’armée Alger. Je récitai ces paroles après lui. Puis il disparut et m étant ressaisi vivement, je ressentis cette impression qu’ un livre tout entier venait d’être gravé dans mon cœur. Je quittai, ajouta le prophète, la grotte pour recouvrer mes esprits, lorsque me trouvant à mi côté de la montagne, j’entendis une voix venant du ciel. Elle me dit : « Mohamed, tu es le prophète d’Allah et moi je suis Djibril ! « je levai la tête vers le ciel, Djibril l emplissait, j’avais beau détourner mes regards aveuglés vers d’autres parties de l’horizon partout je retrouvais son apparition éblouissante. J’étais cloué, pétrifié dans le même endroit, ne pouvant ni avancer ni reculer. Une seconde fois, Djibril me répéta : « O Mohamed tu es prophète d’Allah et moi je suis Djibril. » puis il disparut comme une vision dans un rêve. Alors je courus en grande hâte, le cœur secoué par la plus terrible angoisse, dans la direction de ma demeure. M. KASSAB dans son livre cité plus haut en page 78 et se référant au livre de A. Benachnou, L’Islam, relate la suite des évènements : Lorsque Mohamed que la prière de dieu et le salut soient sur lui entra dans son logis, il courut vers Khadîdja dans le giron de laquelle il cacha la tête, comme pour chercher refuge auprès de cette épouse bien aimée, et, pris d’un fort accès de fièvre, il s’écria. « Couvrez moi, couvrez moi » on le couvrit jusqu’ a ce qu’il se fut calmé. Emue Khadîdja, le questionna en ces termes : Par dieu ou étais tu ? O Aboul kacem ( père de Kacem) que t est-il arrivé ? j avais envoyé mes gens a ta recherche, ils sont revenus sans t avoir trouvé, ni à Hira ni dans les environs de la ville. Le prophète lui fit le récit de l’évènement en disant qu’il avait bien cru mourir. Cela ne pouvait être, répliqua Khadîdja, assurément Dieu ne voulait aucunement t affliger au malheur, car tu te montres très bien pour ta famille, clément pour les faibles, généreux pour les pauvres, secourable pour toutes les victimes de l’injustice. C’est une bonne nouvelle que tu m’apportes. Par Dieu, qui tient la vie de Khadîdja entre ses mains, je n’ai pas le moindre doute que tu seras le prophète de notre nation. Fn de citation. Durant le mois sacré beaucoup d’autres évènements très importants avaient eu lieu au cours de l’histoire. Nous citerons à titre d’exemple la bataille de BADR, la conquête de la Mecque, la conquête de l’Andalousie, la construction de la mosquée el Azhar… in chaa Allah nous y reviendrons. Mes chers amis du noble site, encore une fois je vous souhaite un excellent ramadhan bien que les conditions actuelles de vie soient difficiles, cependant notre foi en dieu sans doute nous aidera à surmonter ce qui parfois nous semble être insurmontable. A toutes et à tous sourate el Qadr (la destinée) version lue en arabe et traduite en français.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 16. BELFEDHAL Abderrahmane Le 27/03/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    Tout musulman qui plante un arbre duquel mange un être humain, une bête ou un oiseau, se verra compter une bonne action pour cela au jour de la résurrection…………………………rapporté par Muslim.
    Si seulement celui qui fait l’aumône savait que son aumône tombe directement dans la main d’Allah avant de tomber dans la main du pauvre, la joie du donneur aurait été plus grande que celle de celui qui reçoit l’aumône…………………………………………………………………………………………………Ibn al qayyim.
    Qui donne au pauvre prête a Dieu…………………………………………………………………………..Victor Hugo
    Le prophète que la prière de dieu et le salut soient sur lui a dit « trois choses suivent le défunt, deux s’en retournent et une reste. Sa famille, sa fortune et son œuvre le suivent. Sa famille et sa fortune s’en retournent et son œuvre reste. Comment définir cette œuvre et qu’elle est sa portée dans le temps et dans l’espace ? Autrement dit qu’elle est alors son mérite dans la balance des grandes actions humanitaires ? Dans les colonnes de notre noble site, j’ai le plaisir de vous inviter à observer un moment solennel ici même ou l’âme l’emporte haut la main sur la matière qui chaque jour écrase ce qu’il ya de meilleur en nous à croire que privée de ses bons auspices on est presque insignifiants dans la nébuleuse des rapports sociaux. Mes chers amis le point de notre rencontre est l’œuvre la plus méritoire, elle a pour nom l’aumône continue ou essadaka el jariya. L’aumône continue symbolise le don par excellence et de ce fait elle représente aussi une récompense ininterrompue dans la vie ici-bas et également dans l’au-delà. La sadaka el jariya est une des œuvres les plus méritoires tant sa noblesse n’est plus à démontrer. ALLAH exalté soit-il, encourage et incite à cette pratique. Dieu a dit : Les hommes et les femmes qui font don d aumônes, et qui ont consenti à un prêt de bonne volonté, seront remboursés au cantuple et auront rémunération généreuse. Le dictionnaire nous donne dans ce sens la définition de l’aumône comme étant une action qui dure dans le temps tout en créant un cycle des bienfaits. Wikipédia nous fait part d’une approche généralisée quant au sens de l’aumône tel que préconisé dans la plupart des religions en disant : Dans la plupart des religions, l’aumône est considérée comme une offrande à Dieu. Elle sert à libérer celui qui l’offre du péché et à compenser ses mauvaises actions de façon à ne pas souffrir des remords de conscience. Elle permet de soulager la peine de ceux qui sont dans le tort. Dans cette optique notre prophète que la prière de dieu et le salut soient sur lui nous annonce l’une des plus profondes clémences en affirmant clairement et franchement que l’aumône éteint les péchés comme l’eau éteint le feu. Mes chers amis du noble site les exemples qui illustrent l’impact de la sadaka el jariya sont nombreux, je me contenterais de vous de vous faire part de celui-ci : L’arbre que nous plantons, la simple graine qui donnera l’olivier, les olives qui seront récoltées puis vendues ou mangées par l’homme comme par l’oiseau, quelle sera donc la valeur de cette graine ? Nous terminons cette envolée par une citation de Dalai lama qui dit : l’apaisement réside en chacun de nous. Quant à Rex desmarchais il a dit : Est-ce une loi inéluctable que chacun passe à côté de son bonheur et s’évertue à le mendier ailleurs ? En ce mois sacré que chacun, quel que soit son rang et ses aptitudes puisse enregistrer un acte de bienfaisance vis-à-vis d’autrui car cela sans réserve aucune multiplierait son gain ici-bas dans cette vie que dans l’au-delà. Le noble site est là pour véhiculer toute bonne action visant à rassembler l’ensemble des plumes qui font encore les moments les plus extraordinaires de notre vie de tous les jours. A l’avance je souhaite à toute l’équipe du noble site Alger Miliana de passer un ramadhan plein de santé, de courage et de patience tout en implorant Dieu pardon et bénédiction. A notre amie Noria également beaucoup de courage et de persévérance.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 17. BELFEDHAL Abderrahmane Le 25/03/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    A l occasion du mois sacré qui s apprete a pointer dans les quelques jours a venir, j ai l immense plaisir de partager avec l ensemble des intervenants des colonnes du noble site un apercu plus ou moins détaillé sur les vertus du mois sacré, ses bienfaits, son impact sur le comportement social et bien sur un mot a l adresse de tous ceux qui pour cause de maladie se voient dans l obligation d interrompre le jeune non sans ressentir le regret le plus grand et le plus profond.
    Le nom de Ramadan provient de la racine arabe ( ar- ramad) qui signifie chaleur accablante. En l an 610 l ange Gabriel serait apparu au prophete Mohamed que le salut et la benediction de dieu soit sur lui et lui aurait révélé le coran. Cette revelation a eu lieu pendant le ramadhan.elle est baptisée la nuit du dentin. Ramadan est le neuvieme mois du calendrier héjirien ou le careme est obsevé depuis que l aube permet de distinguer le fil blanc du fil noir et jusqu au coucher du soleil. Dans cette perspective il s agit de se poser une question fort interessante car s agissant de personnes atteintes de maladies chroniques (particulierement le diabete) et voir dans quelle mesure la religion musulmane a delimité le champ d application pour que la benediction de dieu les embrasse au meme titre que ceux qui auront accompli le rite en question conformément aux regles prescrites et par la Meniere la plus juste possible. D emblée posons nous la question suivante: quells sont les risques liés au jeune durant le ramadhan? Les diabetiques doivent respecter les conseils des medecins traitant. Lors d une rencontre intitule diabete et ramadan, forum organise par le quotidian EL moudjahid, il a été souligné que durant le mois de ramadan, le jeune est alors une source d importantes modifications des cycles hormonaux et biologiques pour les diabetiques. Ces modifications peuvent entrainer des risques, hypoglicemie, hydratation et desequilibre glycémique. A cet égard le professeur mimouni safia, diabetologue au CHU Mustapha bacha a precisé que sur la possibilité de jeuner ou pas, le malade doit avant tout demander conseil aupres de son medecin traitant. Si ce dernier voit que le jeune pourrait avoir des consequences néfastes sur la santé de son patient, le malade doit respecter la decision de son medecin . Par ailleurs le president de la federation algerienne des associations des malades de diabete Noureddine boucetta, a deploré que de nombreux diabetiques, particulierement les personnes agées, exposent leur santé et leur vie en danger en jeunant et en négligeant les conseils du medecin. Le professeur noureddine boucetta a enfin rappelé, que du point de vue religieux, que jeuner devient illicite s il est jugé nuisible a la santé du diabetique. Le ministere des affaires religieuses et des wakfs par la voix de son porte parole Rabah merabtine a conseillé aux malades du diabete de respecter les conseils du medecin traitant précisant que si le medecin juge que le jeune deviant un danger pour la santé du malade, la pratique devient illicite. Le professeur nacer abderraouf, vice president de la societé des medecins de famille la willaya de blida, lors de la journée de sensibilisation sur le careme et les maladies chroniques, tenue au centre d information territorial de la premiere region militaire: après avoir insisté sur l avis du medecin traitant sur la question, il a ajouté que la prise de grandes quantités de medicaments en l espace de sept heures entre le Ftour et le Shour peut meme conduire au deces. Par ailleurs Il a ajouté que d autres malades comme ceux ayant des ulceres d estomac, les grosseses a risques, les maladies cardio vasculaires nécéssitent l aval du medecin. En conclusion, le jeune de Ramadan est possible dans bien des cas de maladies chroniques mais nécéssite des ajustements de traitement et un investissement accru du patient et de son medecin. Mes chers amis du noble site si tel est le cas des malades chroniques qui restent tributaries des conseils du medecin traitant qu en est il alors de ceux qui se portent bien et accomplissent le careme conformement aux regles prescrites par la religion et la tradition? en d autres termes quells sont les aspects benefiques porteurs de santé et de bien etre pour ceux qui pratiquent le careme en ce mois sacré? La medecine moderne par l article de son auteur Abduldaeem el kaheel nous revele les avantages multiples du careme. A toutes et a tous voici donc “Soignez vous avec le careme”

    Soignez-vous avec le jeûne
    Cet article vous rapporte ce que la médecine moderne met en évidence des vertus du jeûne pour vous montrer comment l’islam a ordonné le jeûne bien avant les médecins de nos jours qui le préconisent vu ses effets stupéfiants en soignant maintes maladies.….
    Allah le très haut, exalté soit-Il, dit : « ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété », la vache, v. 183.
    Le Bon Dieu ne donne l’ordre que pour gratifier et combler ses serviteurs du bien. Or, les bienfaits du jeûne étaient toujours reconnus par les peuples depuis toujours qui optaient pour cette pratique dans le but de soigner naturellement beaucoup de maladies.
    Jeûnez pour plus d’énergie
    Les scientifiques affirment que l’énergie atteint son apogée chez le jeûneur. Quand vous jeûnez, chers frères, de nombreux changements s’effectuent à l’intérieur de vos organismes sans vous en rendre compte. Les diables sont attachés au mois de Ramadhan, donc, ils sont incapables de vous souffler le mal comme ils le font les autres jours de l’année ; ce qui vous donne de l’énergie car vous êtes ainsi éloignés des sources de stress et de la perte de votre énergie efficace causée par le diable.
    Plus de 10% de l’énergie de votre corps est dépensée lors de la digestion de la nourriture consommée. Plus la quantité de la nourriture est importante, plus elle exige de l’énergie pour la digérer. Or, pendant le jeûne, on économise cette énergie et on se sent bien léger et à l’aise. Cette énergie sera alors utilisée pour débarrasser l’organisme des toxines nocives.
    La quantité de l’énergie du corps est limitée. Le jeûne, la pratique des actes pieux, la stabilité émotionnelle vous aident à économiser de l’énergie. Cette énergie sera à son comble pendant ce mois de bénédiction, vous serez alors plus apte à mémoriser le Saint Coran, et à avoir une grande volonté vous facilitant l’abandon des mauvaises habitudes.
    Le jeûne pour purifier l’organisme de ses toxines
    La vraie guérison pour beaucoup de maladies vient de nous-mêmes. Or, les médecins affirment aujourd’hui que le jeûne est un besoin vital pour chacun d’entre nous, même quand on a un corps sain, mais les toxines s’y accumulent avec le temps, et le seul moyen de s’en débarrasser sera alors de jeûner. Durant sa vie, chacun d’entre nous absorbe, rien qu’avec l’eau avalée, plus de 200 kg des substances toxiques telles que le dioxyde du carbone, le plomb et le soufre. Figurez-vous donc combien sont importantes les quantités des toxines qui accablent et fatiguent notre organisme. En d’autres termes, ces toxines pourraient causer des affections et des perturbations graves, elles seraient le facteur causant à notre insu des maladies chroniques, alors, quelle est la solution ? La solution bien idéale pour s’en débarrasser de ces toxines accumulées dans le corps est d’opter pour le jeûne, arme efficace, pour protéger et purifier nos cellules. Pour des conséquences optimales, le jeûne doit être régulier. Or, quand on jeûne le mois de ramadhan, une fois par an, on suit de la sorte un bon régime mécanique pour se débarrasser des toxines.
    Le jeûne pour moins de stress
    Le jeûne est capable de traiter des troubles psychiques très graves comme la schizophrénie car il procure au cerveau la distraction dont il a besoin pour retrouver sa sérénité. Ce qui se reflète d’une manière positive sur l’état psychologique du jeûneur.
    Certains psychologues traitent leurs patients avec le jeûne et ils ont réussi à avoir des résultats surprenants. Le jeûne est ainsi une vraie guérison pour beaucoup de maladies psychologiques telles la schizophrénie, la dépression, le stress, le découragement…
    Le jeûne nous aide à affronter les difficultés et les accablements de tous les jours, il nous donne la force de surmonter les contrariétés interminables de notre vie. Combien a-t-on donc besoin de trouver un remède efficace pour combattre les soucis ?! Le jeûne a la vertu de nous calmer et de nous garantir la sérénité.
    Le sang devient plus sain quand il se débarrasse des substances toxiques. Ce sang sain irrigue et purifie alors le cerveau pour qu’il soit plus apte à réfléchir et à endurer ; en d’autres termes plus stable psychologiquement.
    Le jeûne pour convaincre l’obésité
    Une fois le jeûne déclenché, les cellules faibles et détériorées seront détruites par les cellules saines de l’organisme selon la règle : le plus fort dévore le moins fort. Cependant, le jeûne stimule la digestion mécanique des substances stockées sous forme de lipides nocives. Ainsi, le corps commence à se débarrasser des déchets toxiques et des tissus défectueux. Les chercheurs affirment que cette opération atteint son apogée lors du jeûne total ; c’est-à-dire, l’abstraction de la nourriture et des breuvages, en d’autres termes : le jeûne islamique. Figurez-vous donc la grande importance de cet acte de dévotion qu’est le jeûne prôné par Allah le très Haut, exalté soit-il.
    Le jeûne pour maîtriser son envie sexuelle
    Les études et les expériences ont démontré que le jeûne pourrait rend la vie des animaux plus longue. Ainsi, des centaines des livres publiés sur le jeûne par des chercheurs non musulmans confirment cette relation entre le jeûne et la longévité. Le jeûne nous garantit au corps une vie longue et saine. Pourtant, le jeûne dont ils parlent n’est pas total mais s’accompagne avec du jus de fruits, donc il n’est pas total, et pratiqué sans spiritualité, ni piété et alors sans aucune sensation de plaisir comme c’est le cas chez nous les musulmans pendant le mois de Ramadhan.
    Le nettoyage régulier des cellules effectué lors du jeûne est un facteur de longévité ; il retarde de la sorte la vieillesse chez les jeûneurs. Le besoin corporel des protéines devient cinq fois moins lors du jeûne ; ce qui délasse les cellules. Le jeûne est un moyen sûr pour renouveler les cellules de l’organisme. Si c’était cela l’effet du jeûne non islamique, comment serait donc l’effet du jeûne islamique ?
    Le jeûne pour arrêter de fumer
    Le jeûne aide à arrêter de fumer ! Il travaille discrètement à nettoyer le corps des toxines dont la nicotine. En même temps, il purifie le sang, ce qui diminue promptement l’envie de fumer.
    Le jeûne traite le rhumatisme
    Autre spécialité étonnante du jeûne est qu’il contribue à soigner les maux du dos, de la colonne vertébrale et de la nuque. Il traite aussi la fatigue générale et toute sorte d’inflammations.
    Le jeûne traite les maladies relatives au système digestif
    Combien sont nombreuses les personnes atteintes de constipation chronique qui ont beau suivre des traitements ? Si seulement ils essayaient le jeûne pour une guérison rapide avec la permission d’Allah, exalté soit-Il.
    Les maladies chroniques du système digestif, les troubles intestinaux et les colites peuvent être traités par le jeûne.
    Les chercheurs affirment que le côlon crasseux et le sang pollué sont le point de départ pour 85% des maladies.
    Le jeûne pour traiter l’hypertension
    Dans certains cas d’hypertension, les médicaments chimiques ne donnent pas des résultats bien satisfaisants. Or, cette maladie peut être traitée par le jeûne.
    Le jeûne pour traiter le diabète
    Le jeûne a des effets bénéfiques sur les diabétiques ; cela est dû au fait que le jeûneur reste en bon état d’âme, stable émotionnellement. Cette béatitude aide au bon fonctionnement des systèmes de l’organisme en les rendant plus aptes à maintenir le taux du sucre dans le sang.
    Le jeûne pour traiter l’asthme
    Le jeûne est un moyen efficace pour traiter l’asthme et les maladies du système respiratoire. Il s’est même avéré que nombreuses sont les maladies chroniques qui se dissipent par la pratique fréquente du jeûne. Gloire à Allah.
    Le jeûne pour traiter le cœur
    Le jeûne traite les maladies cardiovasculaires et l’artériosclérose. Moi, je connaissais une personne depuis dix ans atteinte par l’obstruction de ses artères, les médecins lui affirmaient que son état allait s’aggraver sans une intervention chirurgicale. Mais elle n’avait rien fait à part jeûner deux mois avant Ramadhan et un mois après. Miraculeusement, cette personne est toujours en bonne santé malgré ses soixante-dix ans.
    Le jeûne pour traiter l’hépatite
    Les maladies hépatiques peuvent être soignées par le jeûne sans effets secondaires.
    Le jeûne pour traiter l’épiderme
    Le jeûne traite les maladies épidermiques et notamment l’allergie et l’eczéma chronique et cela est à l’augmentation du niveau de l’immunité pendant en période de jeûne.
    Le jeûne pour traiter les calculs rénaux
    Le jeûne aide à prévenir des maladies néphrétiques, ainsi toute sorte de caillou. Je reprends mon discours à propos de la personne atteinte d’artériosclérose, je vous informe alors qu’elle souffrait aussi d’un caillou dans la vessie, mais les médecins ne pouvaient pas lui faire une intervention chirurgicale vu l’état vulnérable de son cœur.
    Mais, il a refusé la chirurgie en optant plutôt pour le jeûne. Quelques mois après, il ne souffrait plus de quoi que ce soit ; c’est une vérité attestée aujourd’hui par des chercheurs de confiance.
    Le jeûne pour traiter le cancer
    Le jeûne peut traiter des maladies malignes comme le cancer, il est même considéré l’arme n° 1 en médecine préventive.
    Enfin…
    Que ce soit évident que l’islam ne nous ordonne que pour notre bien et notre salut, et ne nous interdit que pour nous protéger du mal. C’est pour cette raison qu’il faut comprendre ce que le Bon Dieu, exalté soit-Il, dit : « Et si vous jeûnez ce serez mieux pour vous si seulement vous compreniez », la vache, v. 184…. Abduldaem Al Kaheel.
    Le careme est loin de s abstenir uniquement de manger et de boire de l aube jusqu au coucher du soleil, le careme est une grande école ou l’on apprend à maitriser soi-même et rayonner de façon noble sur son environnement et son prochain. Pour illustrer ces fondements je vous propose le hadith rapporté par mouslim dans riadh essalihin. Le prophete que le salut et la bénédiction de dieu soit sur lui a dit : Méfiez-vous des soupçons ! car le soupçon est la plus menteuse des paroles. Ne tentez pas de déceler les défauts des autres. Ne vous espionnez pas, ne rivalisez pas entre vous, ne vous enviez pas les uns les autres, ne vous tournez pas le dos ! Soyez des serviteurs d’Allah et des frères comme Allah vous l’a ordonné. Le musulman est le frère du musulman, il ne l opprime pas, il ne l’abandonne pas et ne le méprise pas. C’est la (en désignant sa poitrine) que réside la crainte d’Allah, c’est là que réside la crainte d’Allah. Le fait même qu’un musulman méprise son frère est déjà un mal. Toute la personne du musulman à l’égard de son frère est sacrée : tant sa vie que son honneur et ses biens. ALLAH ne regarde pas vos corps ni vos apparences mais il regarde vos cœurs et vos œuvres. Mes chers amis du noble site je vous dédie el madih intitulé machi binour Allah.
  • BELFEDHAL Abderrahmane
    • 18. BELFEDHAL Abderrahmane Le 18/03/2022
    AMIS DU NOBLE SITE BONSOIR.
    L’hymne éternel de la prière trouvera partout des échos…………………………..Lamartine.
    L’écho continue à répercuter après que le son s’est éteint…………………………citation.
    Quand tout se tait…………….Quand tout se lit d’un trait.
    Retour dans mes souvenirs…et voilà une douce et captivante rencontre avec les bruits, les intonations, le silence et les échos qui avaient silencieusement pris acte au plus profond de nous-même, régulant sans interruption nos gestes et nos habitudes. De façon simple et originale, ils nous invitent malgré nous à une alliance avec la plus belle des plénitudes des temps fuyants.
    Aya cherbet…Aya cherbet… ici le précieux jus des sources enchantées, trempé dans le vert et le jaune, enivré par la grâce du safran et la vitalité du citron, flottait gaiement au fur et à mesure que le grand récipient en bois se vidait et se remplissait d’avantage en eau limpide… fortement sucré, cherbet étanchait la soif, multipliant l’ardeur de tirer d’autres coupes tant la fraicheur et la saveur étaient irrésistibles… Aya cherbet…Aya atchane…Bared wa hlou. Le frigidaire n’ayant pas encore pointé dans les demeures indigènes, cherbet constituait alors un substitut efficace à la fois économique et plein de vitalité. Le vendeur de cherbet depuis longtemps avait rejoint le temple du silence… au fil des des temps résonne encore le merveilleux écho d il était une fois une succulente cherbet mélangée aux cris des bambins toujours prêts à semer a tous les vents, la joie de vivre.
    Homos hami… foul tayab…et c’était l’inévitable rendez-vous avec le guerrier de la première guerre mondiale qui ne manquait jamais de prononcer un accent allemand dignement soutenu par un salut appliqué en règle…le cornet homs hami ainsi servi, le sel et le cumin, piquant la langue, terrassaient le dernier doro en poche. Les chérubins, sortant de l’école avaient pris le pli de cerner à la fois le récipient fumant et le légendaire actif tandis que l’appétit grimpait sans chercher à s’arrêter. Le récipient une fois vidé mettait fin au brouhaha dans l’attente d’un nouveau rendez-vous que les heures de pointe coïncideraient avec la sortie des élèves. Homos hami… Foul malah wa bnine et le super garde à vous à leur tour avaient pris place sans se bousculer dans le répertoire d il était une fois une si belle accolade avec les âges enfantins … il ne restait dans l’immensité de l’espace que les refrains de la chanson des échos.
    Drink…Drink…et c’est la rencontre avec les héros de notre prime jeunesse… l’enfant espiègle accompagné de sa clochette annonçait la projection du film du jour. Chemin faisant la joie se dessinait sur les visages de ceux qui vont sans tarder prendre d’assaut les sièges assez connus et se placer hardiment face à un écran de la dimension du monde… le temps d’un petit rêve. La clochette, la vadrouille des affiches collées sur les murs porteurs des joies inestimables, perdus de vue, avaient laissé place à la surenchère des sentiments brulants à chaque fois que l’esprit cherchait à se localiser dans l’affinité des coins heureux.
    Tac…Tac… Tac… une armoire à déplacer ? Une zarbia à ramener du souk ? Des sacs de blé et d’orge pour le meunier ? De la laine pour le teinturier ? Pas de problème. Le transporteur polyvalent détaxé de toute forme d’imposition est là pour vous servir. La brave charrita, l’increvable deux roues tirée par un cheval, du matin au soir, longe les rues et les ruelles du village et souvent jusqu’ aux fermes avoisinantes. La piste et les chemins sinueux font un ménage commun et quotidien dans la vie de la brave et audacieuse charrita. Tac…Tac… Tac… une bonne provision d’avoine et le tour est joué. A ce jour la fameuse deux roues continue à braver les temps modernes. Sans complexe, elle côtoie les quatre roues et même la sixième vitesse. Hu brave charrita…autant en emporte le vent. Ici le son et l’écho, la main dans la main, sillonnent encore les chemins de la vie de tous les jours.
    Kilomet… kilomet… et voilà la pâte magique qui s’étend, qui s’étire au rythme des tintements des doros, dégageant une saveur irrésistible. Kilomet en long, Kilomet en circulaire, tout dépendra de ce que l’on a en poche. De nos jours, le geste et la voix du marchand ne sont plus que de vagues souvenirs.
    Sssié…Sssié… et c’est le rendez-vous avec une toute première ! Le rendez-vous avec le fameux mille feuille ! Le marchand a la chéchia rouge rentrait tôt au village dans le but de vendre ses merveilles. Quand vint le soir, la grande caisse vide mais surement pas les poches, satisfait de son gain, le marchand reprenait aisément le chemin du retour… vers Tiaret. Sciééé…Siéeee… Le vendeur du mille-feuille et sa douce criée ont depuis longtemps quitté ce bas monde. Il ne reste désormais que l’écho.
    Echo sublime, pour cette fois ci je ne peux décrire ton âme douce ! Accueillante, douce, chaleureuse et humanitaire, elle coulait à flot pour le bonheur et l’extase des assoiffés et les jarres des lessiveuses. C’est la claire fontaine…c’est la fontaine publique ! Eau merveilleuse, eau de fées, je ne saurais imiter ta voix car tu es l’âme du village. Autour de ton jet, les vieux savouraient à cœur joie le nectar des propos échangés entre eux …le temps d’un petit bruit… Le temps d’un écho… le temps d il était une fois la claire fontaine qui offrait ses délices à ses enfants de tous âges. La claire fontaine avait durant son existence majestueusement maintenu l’espoir au plus haut degré… Dans le répertoire des souvenirs… dans la ballade de tous les temps qui se succèdent elle est là, elle est la source de la vie.
    Tang… tang … nous y voilà au boulevard des forgerons. Dès les premières lueurs du matin, les chevaux attelés devant la forge, attendaient de pied ferme l’instant solennel de se libérer enfin des fers usés dans la trotte des sentiers battus. Un balancement de queue, un hennissement salutaire traduisaient à la fois la quiétude due à l’apport du neuf et la prouesse du maréchal ferrant magistralement œuvrée dans la sueur du front et l’agilité des bras audacieux. Mes chers amis du noble site, concernant ce passage particulièrement, je me suis limité aux échos sonores de façon succincte et abstraite alors que les grands signes se croisaient à l’intérieur de la forge. Je saisis cette occasion pour remercier notre amie Noria qui a bien voulu reproduire dans les colonnes du super Alger Miliana l’intégralité de l’excellent ouvrage, la lecture liée au langage, dont la page 110 nous invite à rentrer dans la forge du père Youcef, ce courageux forgeron qui du matin au soir exécutait son travail dans une cadence réglée au rythme du soufflet et du marteau…Nous sommes en classe de cours préparatoire deuxième année, tachons de mieux cerner la profondeur des sentiments du petit élève émerveillé par les sons et la belle illustration de la forge. « Nous voici donc chez le forgeron »
    1/ Salah arriva à la forge du père Youcef, située à l’autre bout du village. Elle est déjà pleine de fumée. Le grand soufflet souffle sur le charbon qui flambe, le lourd marteau s’abat sur le fer rouge qui jette des étincelles.

    2/ Le forgeron, tout noir, répare une hachette, celle-là même que vient chercher Salah. Il la tient avec ses longues pinces, la tourne, la retourne sur son enclume, la façonne, et lui donne enfin un coup de lime. « Tiens, Salah, emporte la a ton père. »
    3/ L enfant parti, père Youcef reprend son travail. Le soufflet se remet à ronfler, le marteau à frapper, car de nombreux outils, apportés par les fellahs du village, restent encore à réparer. Demain, aussi, du matin au soir, on entendra le courageux forgeron frapper sur son enclume.



    Mon village avait la particularité d’avoir eu une rue, appelée aujourd’hui boulevard colonel amirouche, ou trois forges étaient alignées l’une à côté de l’autre semant a tout vent le concerto des sons croisés. Aujourd hui, rangés dans le répertoire des temps révolus, il ne reste que le souvenir.
    Echos de mon village, échos vibrant les cœurs attendris, votre souffle n’a jamais cessé de redonner vie au silence des traces impérissables. Forgerons, meuniers, teinturiers, braves usagers de la claire fontaine, le mille-feuille en alerte, le kilomet aux gouts fantaisistes, dans une splendide lucidité connectée par les sentiments en éveil, j entend la houba des dernières vendanges aux couleurs automnales. Plus tard, bien après les adieux formulés dans l’insouciance des âges enfantins, d’autres échos téméraires avaient fait leur apparition dans la croisée des temps fuyants…Aya el hout, Aya loumaine, Aya la jafile, et voici el barrah qui annonce dans la piété, le voyage d’un être cher vers la demeure la plus stable de toute l’existence. Mes chers amis du noble site, pour clôturer cette envolée parmi les êtres et les choses, durant l’année scolaire ou l’on avait comme livre de classe l’unique Ali Omar , le calcul vivant et leçons de choses, le cinéma scolaire était toujours présent là ou assurément la joie était pleinement acquise. Cette joie je la partage avec vous, avec Charlie Chaplin dans un fulgurant gala de boxe organisé en 1931. Quand tout se tait… quand tout se lit d’un trait… alors c’est avec plaisir de renouer avec ces images enfantines sous la coupole d’un site merveilleux, le noble site Alger Miliana. Longue vie, honneur et gloire à tous les échos qui nous parviennent de tous les coins qui animent a la fois le passé, le présent et l’ouverture sur les horizons dorés.