Algermiliana banniere animee 2

Billets de algermiliana

  • Le monde se meurt …

    _______________________

    J’ai comme l’impression qu’un pouvoir occulte de diables et d’anges du mal régente ce monde, à contrecourant de la Raison ; pour conduire une famille humaine désemparée et aux abois, vers de ténébreux desseins.Unnamed 2

    J’ai comme l’impression que des esprits malfaisants nous prescrivent des breuvages pernicieux et morbides ; passant pour des remèdes ; à nos maux.
    Les fumées de leurs encensoirs ne sont que leurres et hallucinogènes, nous conduisant à confondre les mirages avec l’eau qui sauve l’assoiffé du désert.

    J’ai comme l’impression que les présidents du monde veulent conduire- en troupeaux- les peuples ; de leurs « écuries » aux abattoirs ; pour produire davantage de viandes aux prédateurs…Leurs museaux sont avides de sang.

    J’ai comme l’impression que la déshumanisation ressuscite Machiavel jusqu’à jouir et redire « la fin justifie les moyens ».

    J’ai comme l’impression que les présidents du monde, en parfaite accointance, veulent justifier une surpopulation de la planète ; dont le trop-plein est à soustraire… Par épandage de gaz toxiques.

    J’ai comme l’impression que les guerres ne leur suffisent pas ; ils imposent de préconiser des solutions adéquates et d’efficacité déconcertante ; cultivant la vulnérabilité par les seringues et les vaccins et, en véritables imposteurs, se fardant de charisme ; ils sèment leur Sida, leur Ebola et leur Corona.

    J’ai comme l’impression que le lobby des présidents du monde décide de museler les peuples et les confiner dans leurs « écuries » pour avoir désobéi. Peu importe s’ils n’ont pas de vivres, s’ils ont faim, s’ils ont soif et s’ils n’ont pas d’argent. Cet arrêt sur image profite aux pouvoirs machiavéliques et aux prédateurs qui font des peuples comme font les esclavagistes de leurs galériens confinés aux soutes de leurs bateaux.

    J’ai comme l’impression que nos frères Algériens, parlant des nécessiteux se comptant par millions, ont grandement besoin de notre soutien moral et matériel pour endiguer cette crise de grande atrocité à l’effet de pallier aux conséquences dévastatrices ; en perspectives. Il s’impose donc à tout un chacun – citoyen ou responsable- de se sentir concerné et interpelé par sa conscience pour se procurer cette grande satisfaction DU DEVOIR ACCOMPLI.

  • L'AFRIQUE ce continent...

    _________________________________

    L'Afrique, ce massif continent a toujours attiré la convoitise des pays occidentaux par la richesse de son sol ,de son sous-sol et de ses réserves halieutiques. Dès les premières heures les européens se sont empressés de la conquérir. Les autochtones menant une vie paisible, simple et naturelle se sont vus bouleversés par la furie de ces gens "civilisés" qui sont venus d'ailleurs. Tout a été utilisé pour mater et mettre au pas ces africains qui sont différents par la religion et par la couleur de la peau (emprisonnement, tortures, exécutions sommaires en public pour la dissuasion, assassinats collectifs, déportation "Nouvelle-Calédonie", viols, confinement et parcage des populations, esclavage...). Les Africains ont beau résisté mais rien n'y fit : les forces en présence étaient inégales et disproportionnées. Presque tous les pays occidentaux ont participé, sans gloire, au partage du butin (espagnols, français portugais, belges, allemands, italiens, anglais et même américains). Tout ce monde s'est servi en spoliant les terres fertiles et en confinant les populations dans les montagnes, les déserts arides et les marécages. Les américains se sont intéressés à la main-d’œuvre gratuite en déracinant des familles entières pour en faire des esclaves pour leurs plantations.

    L'Algérie n'a pas échappé à la règle en payant un lourd tribut. L'Algérien a toujours vécu libre et indépendant. Il ne supporte pas l'asservissement et la soumission. La résistance a été farouche. Toutes les franges de la société ont participé à la lutte de libération, exclus, les collaborateurs avec le colonisateur. Près d'un demi siècle après, avec l'apparition de la pandémie de coronavirus il se trouve qu'il existe des gens à l'esprit revanchard, nostalgique qui pensent qu'ils ont toujours une tutelle sur leurs anciennes colonies. A l'image de ces deux illuminés pseudo-médecins qui proposent, le plus sérieusement du monde, de tester les résultats des recherches effectuées sur le vaccin du covid-19 sur les Africains. Rien que cela ! Hippocrate devrait se retourner dans sa tombe devant l'ampleur du scandale. L'esprit raciste et colonisateur est toujours présent dans les esprits de ces malintentionnés. Ce caractère ou plutôt ce gène récessif qui habite leur ADN, resurgit à chaque occasion. Plutôt que de proposer leur aide à ces Africains qui n'ont plus rien, colonisation oblige ! Il les considèrent comme "des animaux de laboratoire, des cobayes" comme ont fait leurs ainés avec les essais nucléaires au Sahara Algérien et à Muroroa en Polynésie.

    Messieurs réveillez-vous, le train est parti et sachez que l'Afrique est libre et prospère pour peu que des énergumènes comme vous, la laissiez tranquille. Grâce à Allah vous ne représentez que vous même.

    A BON ENTENDEUR !

  • Rendez-leur…

    _____________________________

    Rendez-leur…

    Leur enfance, leur innocence, leur douceur et leur tendresse.97996469 2664922263614237 1782385417518055424 n 2
    Rendez-leur, leur sommeil, leurs rêves et leur espoir.
    Rendez-leur, leur univers fait, seulement, d’étoiles et de lumière.
    Rendez-leur , leurs jouets ; le simple bout de bois, œuvre de menuisier,

    Qui devient pistolet ; qui enhardit et aguerrit mais, sans nulles balles assassines.
    Rendez-leur, la simple corde que roulent les fillettes sautant ; cheveux aux quatre vents ;
    Semant toute la joie et le bonheur du monde…
    Pas la corde de l’adulte, qui pend et qui guillotine l’innocent.

    Rendez leur, leur marelle pour sauter et atteindre le bout du monde, au détour d’un regard.
    Rendez-leur, le simple roseau qu’on enjambe et qui passe pour cheval ;
    Qui gagne toutes les batailles sans glaive et pas une goutte de sang.
    Rendez-leur ; leurs cartables et leurs cahiers pour dessiner sur une feuille,

    Un monde infini, fait de fantasmes et de rêves.
    Rendez-leur, leurs écoles et leurs sentiers bordés de haies sans faire frontières.
    Rendez-leur, leurs plumes pour écrire le sublime qui abolit la bêtise humaine ;
    La plume qui ne fait ni surcharges ni ratures et qui n’a besoin de gomme,

    Pour dessiner un grand cœur, à contenir tous les hommes …
    Loin des guerres, de leur horreur et de leur haine.
    A dessiner un immense printemps qui escalade jusqu’à atteindre décembre.
    Rendez-leur, leur monde innocent et candide ;

    Où l’ogre est toujours vaincu et fixé à la potence.
    Où les contes de grand-mères sont conduites à suivre et morale de toujours.
    Au diable ; vos guerres, vos bombes, vos brasiers et votre haine !

  • Inoubliables Souvenirs d’un FORUM

    __________________________________________


    D’un forum, « Amitiés sans frontières » .il ne m’en reste que le code que je conserve et que je l’utilise des fois. Le forum est inactif mais dès fois il me vient de le visiter, il rappelle ce qu’il y a de plus d’une amitié des membres que j’ai eu à connaitre et que je m’en souviens encore.

    J’ai connu le forum non pas à ces débuts mais juste à cette année 2010, celle qui me f rappelle la découverte du site Bab el Oued - Miliana. Propulsé dans un passé, captivé par un sentiment, et c’est ce qui évoqua toute une nostalgique d’envoutement de souvenirs liés aux lieux de cette ville’. Mon passage au forum était juste après quelques commentaires postés au Site « Retour dans mes souvenirs »que voilà dans mon E-mail je reçois l’agréable surprise d’une invitation de la Web Master. La Webmaster Noria m’invite à son mémorable forum du Bab el Oued – Miliana « Amitiés sans frontières ». Peu nombreux ses membres tout au début à ce forum « Amitiés Sans Frontières ».

    Se comptant au bout des doigts ses membres habituels se rencontraient là en vue d’échanger leurs idées sur plusieurs sujets divers. A tout membre et sur tout sujet le forum impose des règles de bonne conduite et le respect d’où des modérateurs sont chargés de la régularité des propos qui sont émis. De ces membres il y avait Khaled Chengab,-Alfred,- Lamie - Farah - François91 - Yan Auer – Djamila – Pierre - Charles Mazella, Seg - Mimi - Ferhat - Samia – Ferhat- Maya- Hadjer - Sekini Mohamed de Ksar el Bokhari ; quelqu’un de Mosta ville ou Oran dont je ne m’en souviens pas du nom exact sans oublier le regretté Ahmed Mahroug Rabi Erhmou. Midjou aussi que j’ai connu à travers le Site mais n’a pas été membre à ma connaissance dans ce forum Viendront par la suite d’autres noms nouveaux compléter la liste des membres.

    Le Site resta actif et de Bab El Oued il prend celui de Alger-Miliana, le forum « Amitiés Sans Frontières » fut quand à lui juste quelques temps après les retrouvailles de 2012 fermé et inactif, remplacé par celui qui actif.

    Lire la suite

  • Mensonge À Lire

    __________________________________

     

    A lire : Un scenario digne du cinéma hollywoodien

    C’est tout d’un new scenario qui montre une description retaillée et mensongère qu’un pays comme la Chine représente maintenant un danger potentiel pour les États Unis et aussi à au monde dit développé où nous vivons.

    Dans cet article paru sur une page d’information, il suffit pour bien le comprendre qu’au moment de le lire il faudrait remplacer au fur et à mesure des noms et des mots qui sont cités dans ce texte par exemple Chine par Irak -Pompeo par Powell -Virus « coronavirus » par arme chimique de destruction massive – Chinois par Irakiens -Médecins par Experts, laboratoires par Centres de recherches nucléaires- , Occidentaux par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)- Pandémie par arme chimique Donald Trump par Georges Bush et vous trouveriez un même scenario bien connu dans un argument mensongère pour faire valoir une guerre qui a fait et fait encore des victimes et qui a anéanti un pays pour ne plus qu’il relève sa tête...

    Tout en le lisant cet article vous trouveriez ce que je vous laisse pour soin à le faire pour détecter entre les deux textes s’il y a une différence de dialogues dans leurs scripts comme preuves mensongères d’un pays aussi puissant que faible mais qui retire subitement sa contribution de l’organisation mondiale de la santé ‘’OMS’’en ne trouvant mieux pour argumenter sa thèse que de mentir et mentir encore.
    Vont-ils ou iront ils encore à le croire ceux qui le prennent encore pour exemple.

    L'ARTICLE EN QUESTION PARU est le suivant;
    --Nouvelle étape dans la bataille diplomatique, et bientôt économique, entre la Chine et les États-Unis ? Mike Pompeo a en tout cas affirmé ce dimanche qu'il existait un « nombre significatif de preuves » que le nouveau coronavirus provenait d'un laboratoire de la ville chinoise de Wuhan, berceau de la pandémie.
    « Il existe des preuves immenses que c'est de là que c'est parti », a insisté le secrétaire d’État américain sur la chaîne ABC, refusant de donner plus de détails sur ces « preuves ». Une version formellement contredite par la Chine.
    « Ils continuent d'empêcher l'accès aux Occidentaux »

    « La Chine est connue pour sa propension à infecter le monde et à utiliser des laboratoires ne respectant pas les normes », a développé le chef de la diplomatie américaine. « Ce n'est pas la première fois que le monde est mis en danger à cause de virus provenant de laboratoires chinois ».
    Mike Pompeo a par ailleurs dit regretter le manque de coopération des autorités chinoises afin de faire la lumière sur l'origine de la pandémie. « Ils continuent d'empêcher l'accès aux Occidentaux, aux meilleurs médecins », a-t-il dénoncé. « Il faut que nous puissions aller là-bas. Nous n'avons toujours pas les échantillons du virus dont nous avons besoin ».

    Jeudi dernier, Donald Trump avait déjà dit envisager des taxes punitives contre la Chine après avoir vu des éléments lui faisant penser que le nouveau coronavirus proviendrait d'un laboratoire chinois à Wuhan.
    « Oui », avait-il répondu à un journaliste à la Maison Blanche qui lui demandait : « Avez-vous vu jusqu'ici des choses qui vous permettent de croire sérieusement que l'Institut de virologie de Wuhan est à l'origine » de la pandémie ?
    Le président américain, qui n'avait pas précisé quelles étaient ces preuves, a ajouté qu'il pourrait en conséquence imposer à la Chine « des taxes douanières » punitives.

    Dès la mi-avril, des médias américains, s'appuyant sur des sources émanant du gouvernement américain, avaient affirmé que le Sars-CoV-2 aurait pu s'échapper d'un laboratoire de Wuhan.

    En conclusion je me suis dit mais de quoi je me mêle, après réflexion je me suis je me mêle pour dire à ce Sieur de la diplomatie qu’après son mensonge si bien frappant à le faire avaler à d’autres une deuxième fois , "si tu n’as pas honte fais ce que tu veux ".

  • Un " mal élevé " tel qu'on le voit comme un mal élevé

    ____________________________

    Un Mal « élevé »est là parmi nous depuis quelque temps...

    Ce" mal élevé " s'accroche encore bel et bien parmi NOUS , quitte à ne pas s'en aller si vite .
    Le monde a peur de lui malgré le nombre que compte sa population .Pourtant ce "mal élevé " est seul et que nous sommes à 7 milliards et 7 millions de personnes devant lui. . Et contre tous il est là à défier jour après jour tout un beau monde devenu tout subitement impuissant à se défendre .

    Ce "mal élevé" au sens propre ou figuré qu’ on peut le nommer ainsi sans crainte de l’offenser s’est déclaré venu faire du mal sans distinction d’âge ou de rang . IL DIT :je suis un mal « élevé’ ,un malséant dépourvu de bienséance . Ainsi ,il a tout bouleversé dans la vie courante .Il a pu exilé des familles, des amis des villes des villages ,fermer des frontières entre des pays éloigner encore plus continents.

    Que même tout ce que l’homme prétendait par sa force dire en soi être le maitre du monde, il l’a étouffé PUIS il l’a écrasé pour l’enterrer en un rien de temps. .
    Même la puissante’ armée en ce monde qui faisait sa guerre à tort et à travers dans son but précis de tuer à outrance tout ennemi mal élevé comme lui et tout comme elle le prétend s’est vue incapable de faire son rôle de gendarme,qu’elle préféra plier armes et bagages et rentrer dans sa caserne s’hiberner pour s’y cacher .A vrai dire c’est à elle qu’il revenait de sortir combattre l’ennemi présent sur le terrain de bataille .Peut etre à t elle peur de nous montrer ce qu’elle cachait vraiment au monde que le mal ne va toujours pas par le mal .. Mais heuresement on voit que le combat sur le champ de bataille est venu d’une armée en blanc vêtu .Elle s’est mobilisée à travers le monde et s’est portée volontaire et à l’attaquer de front. C’est tout un prestige pour ce monde devenu sans défense à posséder une telle armée où aucun conseil de sécurité ne l’enfreint à ses regles de securité.sociale . Gloire à elle donc et à son rôle de sacrifice...Elle mérite toute l’estimation due à son rang.

    Des dirigeants de pays d’un peu partout ont tendu leurs mains pour s’entre aider ,ils l’ont fait par acte humanitaire peut être même avec difficultés..
    Mais qu’on voit dans des pays d’autres bien vêtus en costume de bal venir à coups de gueules dire :« ça a fait mal de voir un pays qui dans un temps sous développé envoyer de l'aide humanitaire à un pays bien développé » . Soyons honnêtes. nous aussi pour leur dire : « Donc là on voit que l’homme à une certaine carence en lui .Et parmi le lot de carence qui s’y trouve et existe en lui c’est l’inexplicable défaut qu’il tend toujours à dissimuler..et lui dire en finalité « ce mal est venu pour dire à ces exemples de gens si on veut diriger ou inspirer d’autres à le faire ,on doit se proposer à être un model de bien ou être un exemple à faire du bien en ce monde.

    Aujourd’hui à l’exemple des puissants empires qui se sont succèdes durant les siècles et qu’il n’reste que leurs vestiges ,un grand pays est à la limite de l’inutilité et à disparaitre comme eux . A l’instant il « CE grand pays ‘ » n’a pas grand-chose à donner comme exemple à le suivre. Voir rien du tout à proposer. Nombres de pays suivaient son exemple mais au moment de montrer son exemple il ne fut pour eux d’aucune utilité.
    Il se trouve qu’il n’a pas compris la leçon d’histoire que tous les empires engloutis l’ont été par leur folie de grandeur de faire le mal au lieu du bien à l’humanité . si , tant de pays se montrent paniquer maintenant où tout risque de vaciller comme lui c’est que pas mal d’entre eux qui sont en déséquilibres ont bien suivi son chemin.

    Et Comme tant d’autres empires avant lui dans toutes les décadences à travers les siècles jusqu’à cet empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais, selon l’expression consacrée, prit fin en 1997. .Mais l’homme inconscient tel qu’il est ne comprendra jamais sa faute et ne l’admettra jamais jusqu’au jour où …Mais à ce jour là est ce qu’il y pense vraiment …

    Maintenant A qui ce tour de prendre à nouveau les commandes en attendant la fin comme d’autres peuples et empires qui ont précédé...
    Un autre pays précurseur prévoit asseoir son pouvoir sera-t-il autre que ses prédécesseurs…

    Pour avoir dit ça laissez moi vous dire que ,je ne prédis pas l’avenir ,,je ne dirais pas que c’est la fin du monde. mais je crois à sa fin , elle viendra quand Dieu et lui seul décidera de son heure le moment voulu. Et j’ai choisi cette Sourate qui dit :
    Dis: « Rien ne nous atteindra, en dehors de ce qu'Allah a prescrit pour nous. Il est notre Protecteur. C'est en Allah que les croyants doivent mettre leur confiance. » verset 51 Sourate Et Tawbah Le Repentir.

  • Face à la pandémie

    ______________________

    MC

    Face à la pandémie

    La survie de l’humanité

    Entretien avec Mustapha Cherif

     

    Question : Professeur, en tant que philosophe que vous inspire la pandémie mondiale ?

    Mustapha Cherif : L’avenir de l’humanité est en jeu. Il est trop tôt pour cerner toutes les significations. Ce sera systémique, même si personne n’en détient les secrets et les conséquences. C’est une nouvelle catastrophe, de par le village global incohérent dans lequel les peuples sont embarqués. Ce qui est certain est le vouloir vivre. Tout un chacun découvre que la vie est un miracle, un don inestimable, qu’il faut préserver. Cela veut dire qu’on ne peut pas se comporter de n’importe quelle manière. Par exemple, on ne peut pas consommer une nourriture impropre, ni pratiquer des actes contre nature, polluer et abandonner des populations dans l’insalubrité et la précarité, au point de susciter des virus et des maladies mortels. La vie a ses règles. Les valeureux médecins qui font preuve aujourd’hui d’un engagement remarquable, partout dans le monde, le savent. Sur le fond, l’oubli de la mort, de la fragilité humaine et du sens à leur donner se pose. Dans cette épreuve, les êtres humains sont confrontés à leur finitude. Les politiques des systèmes hégémoniques, néocoloniaux et spéculatifs, portent atteinte à la santé, à l’écologie et au vivre ensemble. Dans le contexte néo-libéral, des systèmes de santé publique ont subis des mesures d’austérité drastiques, dont les populations paient aujourd’hui un lourd tribut. Les pays soucieux de justice sociale ripostent mieux à la pandémie qui a surpris le monde entier. L’Algérie, nourrit de la culture de la résistance, prend des décisions adaptées, en sachant que c’est une responsabilité collective. A travers les cinq continents, les guides spirituels, les philosophes, les psychologues, et autres vocations bénéfiques rappellent qu’il faut honorer la vie et s’occuper de l’essentiel. Les croyants rappellent que le Maitre des mondes est miséricorde et qu’il faut garder l’espérance. Les militants appellent à la mobilisation contre les injustices et l’oppression. L’histoire est en marche, vers un monde incertain dont on ignore les contours. Reste à être vigilants et disciplinés, se méfier du populisme, de l’alarmisme et des fake-news.

    QO : Dans le monde actuel qu’est ce qui fonctionne, ou pas, au point de subir une catastrophe ?

    MC : Il n’y a pas de hasard. En effet, il faut discerner. Le monde dominant est à la fois attractif et répulsif. Parmi ses données positives, ce qui fonctionne est la créativité, la recherche scientifique et l’esprit d’entreprenariat. Il semble émancipateur, mais n’a pas su forger une civilisation fraternelle et protectrice. Sur le plan politique, il est antidémocratique. Sur le plan économique, il est inégalitaire. Sur le plan culturel, il est aliénant. Il remet en cause les bases de la civilisation humaine en place depuis des millénaires. Il produit du malaise. La désignification du monde déshumanise. En réaction aveugle, l’autoritarisme, le fanatisme, l’égoïsme et la xénophobie prolifèrent. Des détresses psychiques sont visibles, le suicide a atteint des taux inquiétants. Le chômage et la déliaison sociale sont ses plaies. Le techno-capitalisme est dans l’impasse. Violent, il ignore l’éthique, flatte les bas instincts et repose sur la marchandisation de la vie, l’idée nihiliste qu’il est interdit d’interdire et la logique de la loi du plus fort. La pandémie est la goutte qui fait déborder le vase. L’humanité, interpellée, a besoin d’un ordre juste et qui ait du sens. La question est celle de l’alternative raisonnable. Il est légitime de façonner la modernité selon nos propres buts et contexte historique.

    QO : Concrètement comment se dessine l’avenir géopolitique ?

    MC : Sur la base de nouveaux rapports de force, les pays du Sud auront raison de remettre en cause l’iniquité de l’ordre dominant. C’est le début de la fin de l’architecture imposée après la deuxième guerre mondiale. La crise profonde du néolibéralisme, qui exploite les peuples et la planète à bas coûts financiers et de désastres pour la santé physique et moral de l’humanité. Pour le XXIème siècle, ce système mise sur le numérique et l’intelligence artificielle, un monde virtuel déshumanisé. C’est autour de la table des négociations que les grandes puissances et le monde entier doivent s’atteler pour coopérer et solidairement combattre le virus et à terme instaurer un nouvel ordre mondial juste. Il s’agit de la survie de l’humanité.

    QO : Quelle est l’alternative ? Est -il possible de changer le monde, de revenir à des normes anciennes ou de réinventer d’autres ?

    MC : L’espoir est permis, les gens ne sont pas dupes. Ils veulent le progrès, mais refusent qu’on leur vole leur vie. Il ne s’agit pas d’utopie, ou de retour vers un passé précapitaliste, ou de nostalgie d’un âge d’or quel qu'il soit. Il est légitime de dénoncer la logique prédatrice et la falsification de l’histoire, de rechercher un nouvel humanisme, de préférer le bien commun et de conjuguer économie de marché et règles éthiques, fondées sur la justice sociale et l’équilibre entre les biens collectifs stratégiques, services publics à préserver, et les biens particuliers. Les peuples veulent un monde où la dignité n’est pas bafouée, où les besoins essentiels soient garantis, marqué par une juste répartition. Il y a des penseurs critiques et divers au sujet des failles. Sont un héritage éclairant pour assumer nos responsabilités, les œuvres de penseurs comme Rousseau, Spinoza, Marx, Grasmci, Freud, Lacan, René Guenon, Emmanuel Mounier, Derrida, Berque, Samir Amin, Omar Aktouf, Edgar Morin, J-L Nancy, et sur un autre versant Ibn Khaldoun, Abu Hamed Ghazali, Ibn Rochd, ibn Arabi et l’émir Abdelkader. Sans nier la pensée traditionnelle, produire une nouvelle culture politique, un nouveau droit international et une gouvernance mondiale est urgent. La question est de concilier justice et liberté, éthique et efficacité, mondialité et spécificité. L’avenir de l’humanité est ouvert.

    QO : Vous pointez une fin de civilisation, comment l’avenir se présente-il ?

    MC : Nous vivons un bouleversement. L’humanité sera capable de surmonter cette épreuve, d’inventer une nouvelle civilisation universelle à condition qu’elle soit solidaire et favorise l’alliance du mondial et du local. Les sociétés techniquement développées ne renonceront pas facilement à leur mode de vie consumériste et inéquitable et la lutte entre les grandes puissances risque de redoubler de férocité, mais les peuples refusent la guerre et l’hégémonie d’une conception du monde périlleuse. Pour forger une société de la connaissance, patriote, compétente et vertueuse, il y a lieu de repenser le système éducatif. L’UNESCO, en particulier, doit être fortement soutenue. Pour bâtir un ordre mondial juste, aboutir à une véritable solidarité et affronter ensemble les grandes crises, il y a lieu de repenser l’interdépendance et l’organisation mondiale de production, notamment des médicaments. Dans le contexte de l’éveil des consciences et d’un monde connecté, tout sera possible si l’on est solidaire, en veillant à notre souveraineté individuelle et collective. La crise n’est pas seulement sanitaire et économique, mais existentielle. Sans l’éclairage du sens de la vie, les autres dimensions resteront insuffisantes. Le confinement auquel des milliards d’humains sont soumis est une épreuve qu’il faut respecter. Ce n’est rien par rapport à la perte de sens, de l’éthique et de justice sociale que l’humanité subit depuis trois siècles. Il faut débattre, respecter le droit à la différence et mettre fin à la politique des deux poids et deux mesures. L’éthique musulmane de la médianité est vivace. Elle enseigne que l’avenir est imprévisible, rien n’est donné d’avance et qu’il est de notre devoir de faire l’effort, de lutter, afin que le vrai, le beau et le juste adviennent. Confiance en la volonté divine, sens de la responsabilité dans le partage et priorité à la science, sont l’alchimie pour relever le défi.

    *Mustapha CHERIF est philosophe, lauréat du prix UNESCO du dialogue interculturel.

  • ÉMOTIONS D'UN TEMPS QUI FUT..

    _____________________________

    On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s'y accroche une certaine nostalgie Eve Belisle

    Rien de plus ennuyeux dans un repos dit on que d’avoir des pensées incohérentes; convaincu qu’elles ne peuvent être saisies par l’esprit cela m’enleva leurs idées immuables. IL me sied alors d’accorder toute une allégeance au mérite d’un repos dont j’ignore le début et sa fin pour chaque jour qui vient. SI bien qu’il  m’est venu l’idée que je recompte chaque fois que je me repose mes jours passés. L’idée était bien bonne pour moi qu’elle me donna un autre courage de voir la vie. C’est devenu un jeu de passe temps de compter un temps qui passe. Je suis arrivé à ne plus en douter que dix ans sont bientôt écoulés.

    C’était une traversé de chemin dans ma vie inactive. Ce parcours fut indéniable et assorti en marge d’une décision administrative légale prise par mon employeur dont sa remarque spécifique stipule une retraite définitive. C’est à la possession de ce parchemin 21X27 daté en l’an onze d’un XXI siècle que j’en ai déduit dans sa conception que tout préjudice dans un passé mérite vraiment dédommagement dans le futur. Un simple papier insipide et inodore dont je garde copie en gage en est une compensation à toute fin utile m’a-t-on dit, qualifiée estimable d’alléger les souffrances en douceur et aux douleurs d’un repos de vieillesse.

    Mes coordonnées personnelles figurent largement en dessous avec une simple griffe sur un cachet humide. Ce papier authentifie toutes mes années d’endurance au nombre de 34 que j’ai fournis en labeur. Cela aux yeux du monde du travail est vu honorablement que cela est vu aux règles de la loi du travail que je suis libre de tout engagement envers mes geôliers du travail qui me retenaient sans gêne jusque là.

    Autant que mes jours soient comptés je me suis résigné à ma nouvelle vie de détente. Mais A ce repos infligé s’attache une ’histoire indélébile, qu’ineffaçable que mon esprit, trimbale. Son récit à raconter ressort de l’histoire d’une trimarde m’étant autant perplexe auparavant. Parfois avec une raison à nullement l’écrire que souvent avec la flamme des souvenirs qui tant m’ incitent. Mais tout au moins l’histoire est mon histoire d’un temps qui fut, Et c’est à toute une vie de trimardeur que je me revois en passé avec dans l’enthousiasme et l’écœurement. Avec encore des hésitations, je raconte ce qui est de réel dans cette histoire et je parlerai de ce que j’ai vu. Et tout comme je la connais et connu dans sa réalité dans l’ensemble de son contexte, que même si elle m’était contée, elle dira authentiquement l’irréductible b.a.BA d’une vie que j’ai connu un certain temps.

    Là où ébauche mon récit de ce ‘’temps qui fut se situe au milieu d’une année 2011. Une année comprise avec tant d’autres et qu’après les épouvantables et inévitables vents de sable discontinus de la saison de jour comme de nuit, il commence à faire très chaud même à l’ombre.

  • Que c'est merveilleux !

    ----------------------------------------------------------


    La chanson m’a plu qu’en souvenir d’un passé j’ai cherché des mots cachés ici et là pour les faire chanter avec cette magnifique musique .A son titre intitulée ''c'est merveilleux' je ne sais si j’ai bien choisi le mot ,celui‘’entre merveilleux ou malheureux’’. qui convenait peut être au mieux Je vous accorde le soin de me le dire et si c’est vraiment ‘c’est malheureux’’ au lieu de’’ c’etait merveilleux ‘’ j’ai bien reflechi ne pas l’écrire , j’ai pensé que c'est la seule chose qu’on ne doit pas dire un jour ou l’autre après un amour pour ne pas à le regretter peut être un jour pour le chanter comme je l’ai fait.

    {Que c'est merveilleux !}

    Que c'est merveilleux**toi et moi dans ce passé de notre temps
    Que c'est merveilleux**nous nous aimions tant
    Étais-ce avec nos mains ou nos yeux
    Qu'on s'est dit bonjour?
    Je ne me souviens pas qui ce jour
    Mais on a commencé à parler l’un à l'autre Et mon cœur en un instant s'est retrouvé fou de joie Rempli d'amour pour toi
    C’est la chose la plus belle d’amour
    C'était la chose la plus belle pour nous
    Que c'est merveilleux**toi et moi dans ce passé de notre temps
    Que c'est merveilleux**nous nous aimions tant

    je me souviens de tes yeux lorsque tu les ai posés sur moi
    comme je me souviens de mon cœur lorsqu’il tremblait pour toi
    Que c'est merveilleux **
    Que c'est merveilleux **
    C'était la chose la plus belle pour nous C'est la chose la plus belle d'amour
    Que c'est merveilleux**toi et moi dans ce passé d’un temps
    Que c'était merveilleux**nous nous aimions tant

    Dès que je t'ai vu mon cœur s'est offert à toi
    Je n'ai rien pu faire d'autre à part te l'offrir
    J'ai porté ce jour là mon cœur dans tes mains
    Et tes yeux m'ont répondu: je prendrais soin de lui
    Que c'est merveilleux**toi et moi dans ce passé d’un temps
    Que c'est merveilleux**nous nous aimions tant

    Mais voilà Apres, bien Après arriva ce qui arriva je ne sais pas ce qu'il m’ est arrivé Je me suis surpris à dire un autre nom qui n’est pas à toi* Ton cœur m’a surpris à répéter ce nom non de toi plusieurs fois .
    Depuis tu as repris ton cœur
    tu m’as remis mon cœur
    O’’ c'est malheureux, que c’est malheureux
    je t’ai bien dit ce jour Attend ne pars pas
    Le monde nous sourira à nouveau Le monde va nous sourire à nouveau
    Mais tu m’as dit je ne peux attendre que tu reviennes à moi
    ET ! dans le dernier élan à nous deux C'est moi qui me suis précipite vers toi
    Mais ton amour et ton désir de m’aimer une autre fois n’ont pas voulu
    Et Moi pour te porter encore dans mon cœur Et te chanter partout encore
    Dois-je dire c'est Merveilleux ou c’est Malheureux
    Ou ‘’ O’ ’c'est malheureux, que c’est malheureux
    c’est malheureux C'est la chose qu’on ne doit pas dire un jour
    Et on m’a dit : ‘’qu’on doit s’attendre à l’atteindre pour le dire un autre jour’’

    Dois je dire alors que c’est malheureux pour nous c’est bien fini nos beaux jours
    Dois je le dire encore jusqu’à la fin de mes jours
    Mais je paverai de mes pas tout chemin ,tout sentier toujours encore et encore pour dire toujours
    Mais Que c'était merveilleux**toi et moi dans ce passé d’un temps
    Mais Que c'est merveilleux**nous nous aimions tant

    Que c'était merveilleux**toi et moi dans ce passé de notre temps
    Que c'était merveilleux**nous nous aimions tant

    J’ai fini ma chanson comme je l’ai débuté elle parle d’un passé vécu peut être qu’elle vous rappelle quelque chose à vous aussi dans la vie.

  • Qu’appelle -t-on être musulman ?

    ________________________

    MC

    A la veille du mois béni de Ramadhan et en plein confinement, méditons sur ce que nous sommes, du moins ce que nous devons être. Dans un monde déspiritualisé, désenchanté et désorienté, se demander «Qu’appelle-t-on être musulman ? » est une question qui interpelle.

    Surtout à l’heure où l’écart entre ce qui est écrit et ce qui est fait est important. Il est temps de redonner la priorité au savoir et faire reculer l’ignorance pour vivre en paix.

    Le Coran est clair : le musulman est celui qui croit sincèrement au Créateur Unique des mondes et des âmes, Celui à qui rien ne ressemble, l’Infini, qui a avertit pour la dernière fois l’humanité à travers son Livre descendu sur le Sceau des envoyés, le Prophète (sws). C’est aussi la croyance au jugement dernier, à l’au-delà, aux anges, aux paradis et à l’enfer. Cette attitude de la foi doit se traduire à travers des rites et des bonnes actions.

    Cinq normes religieuses, dénommées les « piliers de l’islam » par la Sunna prophétique, permettent de saisir la figure de l’être musulman, qui doit s’imposer une saine discipline de vie spirituelle par le bel-agir, en donnant l’exemple et sans chercher à imposer son point de vue aux autres : «Seriez-vous hommes à ordonner de faire le bien, tout en oubliant de le faire vous-mêmes, alors que vous récitez le Livre ? N’êtes-vous donc pas raisonnables ? » (2 : 44)

    La foi

    Le Coran vise à éduquer au comportement spirituel, humain, à la vie plénière, afin de faciliter le vivre paisible entre les humains et préparer à l’au-delà du monde. Ce n’est pas une foi qui se contente de consoler, ou qui tourne le dos au monde terrestre. Sur la base de la foi réfléchie, il s’agit de former un être humain responsable, pacifique, instruit, créatif et vertueux, pour une Cité vertueuse. Le Coran vise à la fois l’autonomie de l’individu et l’être commun.

    Le Prophète (sws) a dit : « Je suis venu parfaire l’éducation des Humains » (1). La foi est définie par le Coran comme une réponse à l’Appel du Créateur des mondes : «Ô vous qui croyez ! Répondez à Dieu et au messager lorsqu’Il vous appelle à ce qui vous donne la vraie vie, et sachez que Dieu s’interpose entre l’homme et son coeur et ce que vers Lui que vous serez rassembler ». (8 : 24). Devenir musulman c’est répondre à l’Appel coranique pour vivre raisonnablement.

    Il s’agit dans le même mouvement de découvrir notre origine, notre humanité, de pratiquer la sagesse, les bonnes actions, et de s’abstenir d’actes immoraux : « Ceux qui ont cru et n’ont point troublé la pureté de leur foi par quelque iniquité ceux-là ont la sécurité et ce sont eux les bien-guidés » (6 : 82).

    Chacun est libre. Être incroyant, athée, est défini comme une forme d’aveuglement, c’est nier l’origine de la vie et sa finalité : « Et quiconque se détourne de Mon Rappel mènera une vie pleine de gêne et le jour de la Résurrection Nous l’amènerons aveugle au rassemblement. “Ô mon Seigneur, dira-t-il, pourquoi m’as-Tu amené aveugle alors qu’auparavant je voyais ?” Dieu lui dira : “De même que nos Signes t’étaient venus et que tu les as oubliés ainsi aujourd’hui tu es oublié » (20: 124-126).

    La Révélation présente l’humain doté de la capacité de croire et du défaut de mécroire, de se détourner : « Et par l’âme et Celui qui l’a harmonieusement façonnée et lui a inspiré son immoralité de même que sa piété. A réussi qui la purifie. Est perdu celui qui la corrompt » (91: 7-10) Le mot îmân, signifiant « foi » en arabe, est de la même racine que le mot amân, qui signifie la tranquillité du coeur, la sérénité, la paix, et que le mot al-amâna qui signifie le dépôt, la responsabilité.

    Al-îmân est la foi confiante et réfléchie, ce n’est pas une croyance surnaturelle, incertaine, hésitante, irrationnelle ou superstitieuse. Elle est liée au savoir, au bon sens, et se veut le contraire de la dénégation de l’évidence. Mais chacun est libre. La foi n’est pas une simple croyance, c’est faire preuve librement de confiance en paix, signification du mot islâm : s’en remettre en confiance au Créateur.

    Avoir la foi, c’est en premier lieu accepter volontairement de s’en remettre en confiance au Créateur, Dieu Unique, l’Invisible, l’Absolu, et à la Loi comme guidance et guérison, houda et chiffa, qu’a reçue le Prophète, l’approuver sincèrement du fond de son coeur, d’où l’importance de l’intention. Celui qui témoigne de cette vérité, celui qui a cette qualité, est un croyant musulman, éclairé, non méfiant, ni contraint.

    Il est celui qui considère que l’exécution des préceptes est vitale, tout en pratiquant l’ijtihâd, l’effort d’interprétation. Les théologiens classiques de l’Islam, comme al-Ach‘arî et al- Ghazâlî disaient que l’origine de la foi signifie avoir foi aux ordres de Dieu, qui a confié la demeure de la Terre à l’homme, et pratiquer Ses commandements. Le concept de îmân signifie la foi réfléchie, car elle se veut ferme conviction, appuyée sur des preuves logiques, en la réalité, qui responsabilise l’homme.

    Les savants musulmans s’accordent à définir la foi comme l’acceptation réfléchie et sincère de la mission octroyée par Dieu en vue de L’adorer sous des formes multiples et concrètes. Un travail bien accompli, un sourire à autrui, une aide accordée à la plus faible des créatures, une pensée pieuse, une hygiène propre de vie, l’amour de la patrie, le respect de la nature, un savoir approfondi, le tout pour la Face de Dieu et le bien commun, font parties de la foi ; pas seulement les cinq piliers de la pratique religieuse.

    Islam, iman et ihsan

    Le sens de la foi, iman, ses qualités et ses principes, occupe le deuxième rang dans le degré des qualités du musulman. Une place située entre l’islâm et l’ihsân, c’est-à dire entre la remise en confiance, premier degré, et le bel-agir, troisième et plus haut degré, selon les propos célèbres de l’Archange Gabriel, Jibrîl, adressés au Prophète, dans un hadith rapporté par Muslim d’après ‘Umar Ibn al-Khattâb.

    Celui-ci relate : « Un jour que nous étions assis chez le messager de Dieu apparut à nous un homme aux habits d’une vive blancheur et aux cheveux d’une noirceur intense, sans trace visible de voyage. Personne parmi nous ne le connaissait. Il vint s’asseoir en face du Prophète et plaça ses genoux contre les siens, posant les pommes de ses mains sur les cuisses du Prophète. Puis il lui dit : “Ô Muhammad, informe moi au sujet d’al-islâm”.

    Le Prophète répondit : “L’islam, c’est témoigner paisiblement qu’il n’y a pas d’autre dieu que Dieu et que Muhammad est son messager, accomplir la prière, verser l’aumône purificatrice, jeûner le mois de Ramadhan, et effectuer le pèlerinage pour qui en a la possibilité.” L’homme lui dit : “Tu as dit vrai”. Nous fûmes étonnés de sa question et son assentiment.

    Il demanda au Prophète de lui parler d’al-îmân. “C’est, répondit le Prophète, croire en Dieu, à Ses Anges, Ses Livres, Ses messagers, au Jour Dernier et au destin qu’il soit favorable ou défavorable – Tu as dit vrai, répliqua l’homme. Parle-moi d’al-ihsân. – C’est adorer Dieu comme si tu Le voyais, et si tu ne Le vois pas, Lui Il te voit. – Parle-moi de l’Heure dernière. – Celui qui a été questionné n’en sait pas plus que celui qui l’a interrogé, répondit le Prophète.”

    L’homme parti, après un temps le Prophète se retourna vers moi, me disant : “Sais-tu Umar qui posait ces questions ?” Je lui répondis : “Dieu et Son prophète savent mieux !” Il dit alors : “C’était Gabriel qui est venu pour vous enseigner votre religion” » (2).

    La différence entre, d’un côté, l’acte de témoigner par la chahâda, l’attestation de foi, en s’en remettant à Dieu, niveau dit d’al-islâm, qui implique la pratique des piliers, et, de l’autre côté, la foi en tant que telle, al-îmân, est évidente. Dans ce hadith sont distingués les degrés essentiels de la Religion : la remise à Dieu par les actes cultuels ; la foi ; le bel-agir, conformément au verset coranique : « Les Bédouins on dit : “Nous avons foi”. Dis : “Vous n’avez pas encore la foi. Dites plutôt : ‘Nous nous sommes simplement soumis’, car la foi n’a pas encore pénétré dans vos coeurs. Et si vous obéissez à Dieu et à son messager, Il ne vous fera rien perdre vos oeuvres. Dieu est Pardonneur et Miséricordieux” » (49 : 14).

    Islam, iman et ihsan

    Islâm et îmân, la confiance en Dieu et la foi sont liées : «Nous en fîmes sortir alors ce qu’il y avait comme croyants. Mais Nous n’y trouvâmes qu’une seule maison de gens soumis » (51 : 35-36). Selon des hadiths du Prophète : « La foi comprend plus de soixante-dix branches » ; « La pudeur fait partie de la foi » ; « La propreté fait partie de la foi » ; « L’amour de la patrie fait partie de la foi ». Cela signifie que la foi comporte plusieurs niveaux de mérite, et que le degré varie chez les croyants. L’islam est un, mais les musulmans pluriels.

    Le Prophète peut vouloir désigner par le mot islâm les actions apparentes, et par le mot îmân la croyance intérieure. Cela ne signifie pas que les actions n’appartiennent pas à la foi ou que la croyance par le cœur n’appartient pas à l’islâm. Il s’agit d’une explication détaillée d’une réalité une et plurielle, de la religion en général. Pour preuve, les Paroles de Dieu : « La religion acceptée par Dieu, c’est al-islâm » (3 : 19); « J’agrée al-islâm comme religion pour vous » (5 : 3).

    Le Coran informe qu’al-islâm est la religion agréée et acceptée, si la foi est alliée à la sincérité, à la réflexion et aux actes justes. Le Prophète interprète al-islâm comme étant la conviction du coeur et la remise en confiance. Cela consiste à croire en Dieu, à Ses Anges, à Ses Livres révélés, à Ses Messagers. De même qu’il interpréta aussi al-îmân comme étant la pratique sincère, fondée sur les cinq piliers, estimant qu’elle représente un degré élevé. C’est la raison pour laquelle le Prophète disait : «Al-islâm se manifeste par la parole, et al-îmân est dans le coeur » (3).

    Le Prophète disait : « Le musulman (al-muslim) est celui qui ne porte pas atteinte à autrui avec sa langue et sa main ; et le croyant (al-mu’min) est celui auquel les gens font confiance à l’égard de leur sang et leurs biens » (4). Il a défini par là une dimension intérieure et extérieure : la sûreté du coeur qui garantit la sécurité du sang et des biens d’autrui ; et la qualité de l’îmân est supérieure par rapport à celle de l’attestation de la foi, déclaration verbale qui dote de la qualité de musulman.

    Les gens devraient être à l’abri avec celui qui croit, pratique paisiblement et raisonnablement, et en qui on a confiance : le musulman qui a la foi réfléchie, humble et ouverte. Les citoyens de confession musulmane partout dans le monde doivent donner l’exemple et contribuer au bien commun de la patrie et de l’humanité, afin d’accéder au degré supérieure de l’ihsan, l’excellence.

    Mustapha Cherif

    (1)- Ibn Hajar al-Asqalanî commentaire du Sahîh de Bukhârî, Fath al-Bârî, cite l’affirmation de Qurtubî selon lequel ce hadith mérite d’être nommé « la mère de la Sunna », au même titre que la sourate liminaire Al-Fâtiha est appelée « la mère du Livre ».
    – (2) Hadiths Rapportés par Muslim dans son Sahîh, Kitâb al-îmân, « Des branches de la foi », 1/63, n° 35. – Ibid.
    – (3) Rapporté par l’imam Ahmad dans son Musnad 3/134, n° 1208.
    – (4)Rapporté par l’imam Ahmad dans son Musnad, 2/379, n° 8918, et par Tirmidhî dans ses Sunan, Kitâb al-îmân, 5/17, n° 2627.